Business

LoRa: exclusivement pour les objets connectés !

LoRa: exclusivement pour les objets connectés !

Bouygues Telecom, Orange et Archos ont tous les trois lancé un nouveau type de réseau : LoRa.

On commence de plus en plus à voir passer ce terme sur les sites d’actualités dédiées aux objets connectés et aux réseaux M2M (machine to machine), et le réseau LoRa est censé révolutionner le monde des objets connectés. Mais de quelle manière ?

C’est ce que nous allons découvrir dans cet article.

VG_LoRa_Alliance

Il y a quelques semaines, à l’occasion d’une conférence de presse sur le réseau LoRa dédié aux objets connectés, Bouygues Telecom, Sagemcom et le président de l’alliance LoRa – Geoff Mulligan – sont revenus en détail sur le fonctionnement et les enjeux de ce réseau radio longue portée à basse consommation. Car c’est ça l’objectif de LoRa : permettre la création d’un vaste réseau destiné aux objets connectés, permettant de réduire les coûts ainsi que la consommation électrique des appareils s’y connectant. LoRa est un type de réseau un peu comme la 3G/4G. Mais, contrairement à ces derniers, le protocole n’est pas basé sur la technologie IP, mais sur LoRaWAN, un nouveau protocole développé pour l’occasion afin de répondre aux problématiques des objets connectés.

 

LoRa : Une entreprise française.

En mars dernier, Bouygues Telecom a annoncé sa volonté de lancer le réseau LoRa dès le mois de juin. La technologie de modulation utilisée provient du rachat de l’entreprise française Cycleo en 2012 par l’entreprise américaine Semtech. C’est cette société grenobloise à qui l’on doit la technologie radio qui se cache derrière LoRa. Un signe que la France est toujours présente dans le domaine des nouvelles technologies. L’alliance LoRa comprend en tout 127 membres et notamment Bouygues Telecom, Sagemcom, mais aussi des poids lourds internationaux comme HP, IBM et Cisco.

 

Des exemples pratiques de l’utilisation de LoRa

Dans la pratique, à quoi sert LoRa ? Sagemcom a donné trois exemples de produits connectés grâce au réseau LoRa. C’est le cas de capteurs permettant de connaître l’état de fermeture des portes des baraques de chantier (pour savoir si elle s’est fait cambrioler), ou encore la position des engins de travaux grâce à la triangulation. L’entreprise a aussi abordé le cas des capteurs de places libres dans les parkings, plus facile à mettre en oeuvre qu’avec une connexion Wi-Fi qui nécessite de nombreux répartiteurs. On peut également citer les compteurs (eau, électricité, gaz, etc.) qui transmettent les relevés par les ondes. On est donc plus sur une approche B2B qu’un réseau purement destiné aux consommateurs. Toutefois, ces derniers s’en serviront sûrement, sans forcément le savoir.

Un réseau économe en énergie

Le grand avantage de LoRa par rapport à un réseau cellulaire conventionnel, c’est l’autonomie des récepteurs. Le réseau LoRa est conçu de manière à consommer le moins d’énergie possible. Il serait ainsi possible d’atteindre une autonomie de l’ordre de plusieurs dizaines d’années sur des produits comme des compteurs (d’eau, d’électricité, etc.) avec une batterie. Cela est rendu possible par le fonctionnement du protocole LoRaWAN avec trois modes différents. Le premier permet à un objet d’envoyer des informations vers une antenne puis d’en recevoir immédiatement après l’envoi. Si le serveur veut envoyer des informations à l’objet, il devra attendre le prochain cycle d’envoi. On pense par exemple aux compteurs d’eau qui envoient les données de manière régulière et espacée dans le temps. Ce mode est le moins gourmand en énergie. Le second mode permet à l’objet connecté de recevoir des données à des intervalles réguliers et paramétrés à l’avance. Enfin, le dernier mode permet au récepteur de recevoir des données en continu. Le mode le plus gourmand en énergie.

VG_LoRa_1

Niveau débits, le réseau LoRa est loin, très loin de la 3G et même de la 2G. Il est question d’un débit compris entre 0,3 à 50 kbps selon les besoins. Le débit s’adapte automatiquement selon les besoins des objets, afin de limiter la bande passante et donc la consommation. Le débit est amplement suffisant pour transmettre quelques chiffres qui représentent

 

Pour le moment, en France, Bouygues Telecom débutent le déploiement de son réseau LoRa, tout comme Orange. Si ce dernier ne fait pas encore partie de l’alliance, ça ne saurait tarder selon les sources internes de l’alliance. Archos est le dernier entrant en ayant annoncé le déploiement, dès 2016 d’un réseau LoRa un peu particulier. Au lieu d’utiliser de classiques antennes, Archos déploiera des mini antennes prenant la forme d’une prise électrique, chez les partenaires comme La Poste ou les Abribus de JCDecaux par exemple.

VG_LoRa

Mais le plus étonnant provient du protocole utilisé par Archos qui n’est pas LoRaWAN, mais un protocole propriétaire. Ainsi, un objet connecté utilisant le protocole LoRaWAN ne pourra pas se connecter au réseau d’Archos. Dommage puisque cela fragmentera encore plus le marché existant des réseaux M2M (machine to machine) contrairement aux réseaux LoRa d’Orange et Bouygues Telecom qui seront compatibles avec les mêmes objets.

 

Business
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Business