Chroniques

La Dvdthèque : Fantastic Mr. Fox

La Dvdthèque : Fantastic Mr. Fox

La Dvdthèque : Fantastic Mr. Fox

 

Bonjour à tous et bienvenue dans ce sixième épisode de La Dvdthèque, votre rubrique cinéma sur Cleek ! Comme toujours, nous allons vous présenter un film déjà sorti au cinéma et dont vous pouvez faire l’acquisition en DVD ou Blu-Ray pour compléter votre Dvdthèque geek. Analyse, présentation, synopsis, musique et extraits continuent d’égayer votre lecture de La Dvdthèque, pour un contenu garanti sans spoilers.

Nous nous retrouvons après près de sept semaines de pause estivale pour reprendre de plus belle notre confection de cette bibliothèque de films au parfum si particulier. Aujourd’hui est un numéro un peu spécial, où nous allons nous intéresser à un film d’animation pas tout à fait comme les autres. Loin des paillettes de Pixar et des titres un peu trop évidents que seraient Les Mondes de Ralph ou Les Nouveaux Héros, nous avons décidé de nous intéresser pour ce sixième numéro à un film d’animation beaucoup moins connu, et pourtant petit bijou du genre : Fantastic Mr. Fox.

 

Mr Fox 3

 

Fantastic Mr. Fox est un film d’animation réalisé par Wes Anderson et adapté du livre éponyme de Roald Dhal, sorti en 2010 en France. Film assez discret à sa sortie, il s’est pourtant imposé comme une œuvre à part entière de la filmographie de Wes Anderson, reprenant les thèmes si chers au réalisateur des relations père-fils et des difficultés de la vie adulte. Mais Fantastic Mr. Fox est, avant tout, probablement un des meilleurs films d’animation de la décennie, dans un style d’animation pourtant volontairement éculé pour laisser l’humour et l’inventivité du récit s’épanouir pleinement. Véritable petit ovni du genre, Fantastic Mr. Fox se révèle à l’œil bienveillant et averti aussi atypique que nécessaire.

 

Fantastic Mr. Fox

 

Mr. Fox

 

Genre : Animation, comédie
Durée : 87 minutes
Titre original : Fantastic Mr. Fox
Musique : Alexandre Desplat

Distribution : George Clooney, Meryl Streep, Jason Schartzwan, Bill Murray (version originale), Mathieu Amalric, Isabelle Huppert, Alexis Tomassian, Patrick Floersheim (version française)
Réalisation : Wes Anderson (La Vie Aquatique, À bord du Darjeeling Unlimited, Moonrise Kingdom, The Grand Budapest Hotel)

Sortie : 2009
Pays d’origine : États-Unis

 

Synopsis

 

Voleur invétéré de poules, et ayant fait les quatre cents coups avec sa compagne Felicity, Mr. Fox décide raccrocher après la naissance de son fils, Ash. Devenu chroniqueur dans le journal local et après avoir emménagé dans un hêtre grand luxe, Mr. Fox, cependant, s’ennuie. Il décide de frapper un dernier grand coup à l’aide d’un plan magistral qui lui permettra de voler simultanément ses trois méchants voisins, fermiers cupides de leur état. Le plan génial, malheureusement, ne se déroulera pas exactement comme prévu, et tous les animaux du coin vont se retrouver embarqués dans un conflit où il leur faudra se montrer aussi rusés qu’ingénieux.

 

28.hd210_0030_L1TK1_0193.tiff.dng

 

“ Je me sens en danger.
C’est parce qu’on l’est. Tu devrais mettre ta cagoule de bandit maintenant. Personnellement, je n’en ai pas, mais j’ai transformé une chaussette de tennis. (Ils mettent leurs cagoules.)
On en jette.
Ouais, carrément. ”

 

L’intérêt du film

 

Histoire que vous sachiez un peu plus précisément à quoi nous avons affaire, et une fois n’est pas coutume dans La Dvdthèque, nous allons passer du côté obscur de la salle, et vous montrer la bande-annonce du film. Avec une préférence marquée pour la version française. Il arrive en effet parfois, dans le monde si particulier du film d’animation, que la version française surpasse la version originale (sacrilège), et, en l’occurrence, que Mathieu Amalric coiffe au poteau le pourtant mythique Georges Clooney (sacrebleu). Eh ouais.

 

 

Fantastic Mr. Fox appartient à la catégorie trop rare des films alignant pas loin d’une réplique culte à la minute, et dont la joyeuse propension à ne pas se prendre au sérieux et la douce folie en fait un des films les plus réussis de Wes Anderson. La même année où sortaient, au cinéma, les créations numériques Avatar, Là-Haut, et L’Âge de Glace 3, Anderson présentait un film d’animation « à l’ancienne », image par image, avec marionnettes, plus de 150 décors et 4000 accessoires faits main pour adapter le livre éponyme de Roald Dahl. L’humour absurde et le sens génial du décalage qui ont fait les grandes heures du cinéma indépendant made in Wes Anderson font de Fantastic Mr. Fox un festival de répliques et de situations improbables.

Ultra créatif, jamais à court de bonnes idées, l’imagination débordante du film (sérieusement, le whackbat, quoi) et la touchante innocence de ses personnages font de Fantastic Mr. Fox un excellent film d’animation, parfois excentrique et toujours assez insolite. On s’attache rapidement à Mr. Fox, Felicity, Ash et Kristofferson, et à tous les animaux de leur communauté en résistance contre les fermiers. Fermiers qui ne sont pas loin de constituer une brillante caricature d’un capitalisme complètement crétin et résolument déshumanisé contre un mode de vie plus « dilettante » incarné par la manie de Mr. Fox de dérober les poules de ses dangereux voisins, même lorsque le besoin ne s’en fait pas nécessairement sentir.

 

Mr Fox 4

 

Dans Fantastic Mr. Fox, Wes Anderson revient à l’essentiel. Chaque plan fait avancer l’intrigue ou nous en dévoile un peu plus sur le quotidien de ses malicieux personnages, dans des décors miniatures parfois magnifiques et à la lumière maîtrisée. Le relief est créé en jouant sur l’effet de la profondeur de champ, et l’on devine dans les marionnettes une certaine raideur. Car tout le génie de Fantastic Mr. Fox est là. Le film a, en effet, réussi à transformer ces handicaps en atouts : la raideur des marionnettes devient, grâce à l’animation et au récit, la maladresse touchante du renardeau Ash. Quant au sourire qui anime la marionnette de Mr. Fox, il lui confère toute la désinvolture nécessaire, laquelle, avec son côté crâneur, lui donnent cette profondeur psychologique insoupçonnée qui fait tout le charme du protagoniste.

Film d’aventures bourré de péripéties aussi extravagantes que drôles, touchant, imaginatif, Fantastic Mr. Fox, à mi-chemin d’un Wallace et Gromit (pour le style) et du film de casse à la Ocean’s Eleven (pour l’histoire), fait preuve d’une maîtrise et d’une inventivité remarquables, dans le cadre d’un film d’animation qui a eu le courage d’aller jusqu’au bout d’une démarche artistique pourtant quasiment obsolète à l’époque où l’animation en 3D règne en maître absolu sur le genre.

 

Musique

 

Quand le western rencontre la comptine, ça donne le savoureux morceau Boggis, Bunce and Beans, du nom des trois fermiers et redoutables adversaires de Mr. Fox, signé Alexandre Desplat.

 

Chroniques
Plus Chroniques