Culture Geek

Les antihéros #5 : Forrest Gump

Les antihéros #5 : Forrest Gump

Les antihéros #5 : Forrest Gump

On dit de ce film que c’est un chef-d’œuvre, mais il est probablement dans la catégorie au-dessus de cela (si tant est qu’il y en ait une). Certains disent que Forrest Gump est un génie, d’autres qu’il est simplement autiste et simplet. Mais c’est surtout un film qui n’a plus rien à prouver à personne. Étant probablement considéré comme l’un des plus grands films des années 90 avec 10 prix et 22 nominations, Forrest Gump est à la fois un film et un personnage hauts en couleur véhiculant des messages simples mais aussi troublants.

Dans ce cinquième volet consacré aux antihéros, nous allons vous montrer que Forrest Gump est loin, très loin, de la vision « normale » d’un héros et que le film pourrait presque être une « anti-histoire ».

 

Forrest, 65 de QI et un dos en compote

 

 

Forrest est un jeune garçon simple, trop simple. Il est rapidement diagnostiqué comme idiot par les médecins. En plus de cela, il semble avoir une scoliose importante et est contraint de porter de grosses prothèses métalliques aux jambes durant son enfance. En bref, il n’a ni un physique ni un mental attirant et ce sont ces points qui font de ce personnage tout le contraire d’un héros. Forrest Gump est un homme qui n’a pas d’avenir, très clairement. Bercé par des dictons maternels (dont le fameux « la vie est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber »), Forrest est un personnage qui n’a quasiment pas de libre-arbitre. Vivant au jour le jour, il ne fait que subir sa vie, sans réellement la comprendre. L’exemple marquant reste son recrutement à l’armée : lui qui ne s’est jamais interrogé sur son futur s’engage, à la suite d’une distribution de tracts lors de la remise des diplômes de fin d’étude (merci le football américain).

Néanmoins, tout n’est pas perdu pour notre bêta. En effet, il va effectuer lors de son périple des actions pouvant vraiment être qualifiées d’héroïques. Le sauvetage de quasiment toute sa garnison au Vietnam par exemple et pour ne citer que cela. Mais en a-t-il vraiment conscience ? Probablement pas car dans sa tête, l’homme veut aller trouver son ami Bubba ! Il tombe « malheureusement » sur ses camarades de régiment et décide de les emmener un par un dans un endroit sûr tant qu’il n’a pas retrouvé son ami. De même, quand il prévient les autorités d’un cambriolage dans l’immeuble d’en face (l’affaire du Watergate) ou lorsqu’il inspira à Elvis Presley son fameux jeu de jambes.

 

 

Forrest Gump c’est l’histoire d’un homme qui est trop simple pour comprendre qu’il change le monde et que ce monde change aussi sans lui. Et c’est ce décalage qui nous fait nous attacher à cet homme et à son histoire. C’est un film touchant et sincère avec une histoire atypique !

 

Forrest Gump, une anti-histoire

 

Forrest Gump est un film qui ne va nulle part. À l’image de son protagoniste principal (et héros éponyme), l’ensemble du film n’a aucun but si ce n’est de retracer l’histoire des États-Unis avec ses scandales, ses mouvements politiques, ses icônes… Il n’y a, dans le film, aucun antagoniste, et presque pas d’éléments perturbateurs. Il n’y a simplement qu’un homme assis sur son banc, racontant sa vie aux passants. Et c’est bien là ce qui lie Forrest Gump le personnage à Forrest Gump le film. Sans réelle histoire, Forrest Gump aime nous surprendre en passant de situation en situation, sans que le spectateur novice ne sache vers quoi va le film. Et c’est là que l’œuvre se sublime : comme une « boîte de chocolats », le film nous surprend à chaque fois.

 

cleeck_antihero5_forrestgump01

 

Et c’est après quasiment 2 heures de film qu’une vraie histoire apparaît alors : celle de Forrest et de son fils. Et cette histoire ne va durer que 20 minutes à l’écran. Finalement, tout ça pour ça ?

En définitive, Forrest Gump c’est la «non-histoire» d’un «anti-homme» qui cherche lui-même son histoire.

Et pour vous, est-ce que Forrest Gump est le seul film qui vous fasse verser une larme ?

 

Culture Geek
Plus Culture Geek