Hardware

La guerre des navigateurs 2015

La guerre des navigateurs 2015

Depuis l’avènement d’internet, le navigateur est devenu un outil indispensable. Si la guerre fit rage entre Netscape et Internet explorer, c’est l’arrivée récente de Google Chrome qui relança le combat sanglant des navigateurs. Et si Chrome est à présent le navigateur le plus répandu au monde, ses concurrents les plus proches ne manquent pas d’atouts qui méritent l’attention

Google, Mozilla, Microsoft et Opera. Ces quatre firmes se partagent internet sur les terminaux Windows et proposent chacun une approche différente. Chrome mise sur la simplicité d’utilisation, quand Firefox se concentre sur les fonctionnalités par exemple. Passons point par point les spécificités de ces navigateurs (desktop)

 

INTERFACE

 

L’interface est primordiale : elle représente l’expérience utilisateur et conditionne l’ergonomie du navigateur.

 

 Chrome

Chrome Screnshot

Chrome paramètres

L’interface de Google Chrome (version 41) est simple, claire et épurée. C’est notamment sur cette particularité que le navigateur de Google misait à son lancement. Tout est fait pour garantir l’accessibilité : onglets au dessus, barre de recherche « slim », extensions à droite, à côté des paramètres, touches -retour-, -avance- et -actualisation- en haut à gauche. Les paramètres sont regroupés dans une page simple et peu fournie. Très agréable, l’interface de Chrome reste une référence.

 

Firefox

Mozilla Screenshot

Mozilla paramètres

Chez Firefox, on reste sur quelque chose d’épuré, mais il est facile de voir qu’elle est plus fournie, surtout sur le coin supérieur droit. Le menu propose un nombre de raccourci que l’on peut choisir de placer là pour un accès rapide. La barre de recherche est séparée en deux, et le bouton actualiser est déplacé dans le barre de recherche, un choix étrange et peu ergonomique. Pour les options, et donc le menu paramètres en tant que tel, on a droit à une fenêtre dédiée très complète permettant de tout customiser pour parfaire sa navigation. Un gros point positif pour Mozilla Firefox.

 

 Opera

Opera Screenshot

Opera Paramètres

Pour opéra, le minimalisme « à la chrome » règne en maître. Un peu trop même, puisqu’il est difficile au premier abord d’accéder aux réglages, cachés derrière l’icône Opera dans le coin en haut à gauche. Barre de recherche unique, onglets rectangulaires : c’est classe, mais peu fourni. Les paramètres adoptent le modèle de Google Chrome, avec une seule page bien pauvre en informations.

 

Internet Explorer

IE Screenshot

 

IE paramètres

 

Le navigateur (par défaut) de Microsoft a adopté un design simple…si seulement il ne s’ouvrait pas sur MSN… Bref. On dispose d’une barre de recherche épurée et unique, et d’une disposition similaire à Opéra. Les paramètres se cachent dans le menu « options internet » et sont étonnamment complets mais pèchent par une ergonomie perfectible.

 

Vainqueur : Chrome

 

 

Fonctionnalités

 

Les fonctionnalités d’un navigateur sont également importantes : personnaliser l’interface, ajouter des extensions pour fluidifier ou enrichir la navigation, elles sont une des particularités des navigateurs qui se doivent d’être passées en revue. Enjoy !

 

Chrome

Pour le vaisseau amiral de Google, l’utilisateur peut télécharger ses extensions depuis le Chrome webstore, sorte de Google Play Store pour desktop. Les extensions (pushbullet par exemple) sont souvent de qualité, et le choix est très vaste. Pour une expérience optimale entre mobile et PC, les applications en ligne de Montain View, Drive, Gmail, Docs, Maps etc. sont intégrées directement dans le navigateur là où ses concurrents n’incorporent pas ces fonctionnalités.

Niveau personnalisation, les thèmes sont très nombreux et chaque utilisateur pourra avoir, par exemple, sa version de Chrome version papier peint de chez tante Georgette…

 

Firefox

Chez God…heu Modzilla, le marketplace Firefox est l’endroit où sont disponibles les extensions. Il y a moins de choix que dans le webstore de Chrome, mais les extensions de qualité. On peut jouer à des petits jeux, ou utiliser des extensions améliorant la productivité. Les thèmes sont fournis, mais le choix est plus restreint que chez Google.

 

Opera

Là, je reste sur ma faim. Oui, certes la personnalisation existe, mais elle reste légère et les extensions (add-ons) ne sont pas aussi fluides et/ou nombreuses que chez Chrome et Firefox. Dommage car Opera reste une expérience agréable. Il pèche sur ce point…

 

Internet Explorer

Groumpf, pas d’extensions, pas de personnalisation ultra-poussée. Vivement Spartan !!!

 

Vainqueur : Chrome – Firefox ex aequo

 

 

Performances

 

La fluidité est LE point sur lequel il ne faut pas chipoter. Voyons comment nos 4 larrons se comportent sous différents benchs.

Sunspider

-Chrome : 207ms

-Firefox : 186ms

-Opéra : 213ms

-Internet Explorer : 105ms

 

Octane

-Chrome : 23360pts

-Firefox : 20975pts

-Opera : 23750pts

-Internet Explorer : 13200pts

 

Kraken Javascript 

-Chrome : 1577ms

-Firefox : 1320ms

-Opera : 1639ms

-Internet Explorer : 2355ms

 

Sous Sunspider, mesurant avant tout les performances JavaScript, Internet Explorer et son moteur puissant se détachent en clairs vainqueurs. Mais dans les autres benchmarks, Kraken et Octane, Firefox et Opera se classent premiers respectivement. Chrome ne gagne aucun « round » mais ses performances restent de premier ordre dans tous les benchs sauf Sunspider.

 

Vainqueur : Firefox

 

VERDICT

Sur les trois points testés, Firefox se place à égalité avec Chrome. Et en voici la conséquence : Chrome, c’est une intégration parfaite aux services de Google, mariée avec une simplicité d’utilisation. C’est un navigateur performant et agréable à regarder. Firefox, c’est choisir une personnalisation de l’interface ultra-poussée, une fluidité à toute épreuve, même si au premier abord, on a fait plus simple. Pour les bidouilleurs ou tout simplement pour ceux qui cherchent quelque chose de différent, Firefox est le choix par défaut. Pour les outsiders Opera et IE, les choses sont moins belles. Opera est très agréable, très minimaliste. Trop peut-être. Et ses extensions sont moins bonnes. Pour IE, il est vraiment temps de passer à autre chose. Le navigateur de Microsoft n’est pas intrinsèquement mauvais, mais il souffre de la comparaison avec ses compétiteurs. Spartan devrait apporter un vent de fraîcheur pour redorer l’image de la firme.

Hardware

Etudiant mais passionné, fan de hardware et joueur PC, je suis dévoué à la cause des CPU, au combat des GPU et à la guerre du périphérique. Moi, c'est Kphaël

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Hardware