Jeux Vidéo

Interview d’Angi-MK, développeur de Pokemon Gemme

Interview d’Angi-MK, développeur de Pokemon Gemme

Nous vous présentions il y a quelques jours, sur Cleek, une sélection un peu particulière de jeux vidéo. Passionnants et attendus de pied ferme par la communauté, ils présentaient cependant la caractéristique quelque peu gênante d’être parfois complètement imaginaires. La première place de ce classement était occupée par la perspective, ô combien réjouissante, d’un jeu MMO Pokémon en 3D.

À l’issue d’une semaine particulièrement riche en informations vidéo-ludiques, Cleek a le plaisir de clore en beauté en vous présentant un jeu qui lui, existe bel et bien. Et sur lequel on peut attraper un certain nombre de nos petits monstres de poche préférés. Nous avons bien sûr nommé le jeu Pokémon Gemme, un projet amateur créé par des fans et pour les fans, en développement depuis 2008 et dont la version 4.0 suscite une attente passionnée de la part de sa communauté.

Si ce nom ne vous est pas familier, alors vous n’avez probablement pas fait partie de ceux qui ont contribué à porter le jeu bien au-dessus de la barre du million de téléchargements, franchie il y a déjà 3 ans de cela. On y incarne un dresseur, bien sûr, qui part à l’aventure dans un univers Pokémon familier et à la fois riche en nouveautés, et en cartes à redécouvrir. Le jeu, en français, se joue sur PC, Linux, et même éventuellement sur Mac, à condition cependant d’installer une machine virtuelle sur ce dernier.

Pokémon tient une place toute particulière dans le cœur de Cleek, et c’est donc avec grand plaisir que nous avons pu interviewer Angi-MK, le créateur et développeur du jeu Pokémon Gemme, et qui s’est prêté au jeu du question – réponse. Rencontre.

 

Interview

Pokemon gemme bannière

Comment est né le projet Pokémon Gemme ? Le site du jeu indique qu’il est en développement depuis 2008 mais l’idée du projet est-elle antérieure à cette date ?

L’idée du projet en tant que telle est venue en 2007. À l’époque, je ne connaissais même pas RPG Maker. J’avais commencé à faire le jeu moi-même, en partant de rien. Ensuite, en recherchant de l’aide sur certaines données cachées du système de jeu, je suis tombé sur Pokémon Script Project. Pendant un temps, une bonne année en fait, j’ai adhéré au projet et j’ai aidé comme je le pouvais sur le forum de Krosk. Au bout d’un moment, avec certains membres, on a commencé à s’éloigner de Pokémon Script Project et on s’est aidé mutuellement.

Dans une interview réalisée par Aethnight sur Youtube, tu évoques un projet Zelda, ce qui nous fait penser : pourquoi avoir d’abord lancé un projet Pokémon plutôt qu’un autre ?

J’ai aussi, c’est vrai, un projet Zelda sous le coude, mais faute de temps, il est mis de côté depuis 6 ans. Si je suis parti sur un projet Pokémon, c’est parce que je suis fan du concept de Pokémon plus que de n’importe quel autre. Le système de RPG avec possibilité d’équipe totalement infinie, c’est ce qui me plaît. Le plus important, c’est de comprendre que dans un Pokémon, on peut mettre des mécaniques de Zelda, mais pas l’inverse. Ça, vous vous en rendrez surtout compte dans la 4.0.

 

Carmin sur Mer, version 4.0

Carmin sur Mer, version 4.0


Aethnight, Nuri Yuri, Yuki, et le tien, Angi-MK, ce sont les noms que l’on croise au détour de votre page Facebook, qui compte à ce jour pas loin de 16 000 abonnés. Quels sont vos différents rôles au sein du projet ?

Aethnight, c’est un ami d’enfance qui est aujourd’hui entré officiellement dans ma famille. Au début, je faisais donc le projet tout seul, mais à un moment donné, il a décidé de me rejoindre. Je ne sais toujours pas quel est son rôle et si il en a réellement un. En tout cas, sans lui, il n’y aurait quasiment aucune communication autour du projet, parce que je n’ai ni le temps, ni la patience de répondre à toutes les questions redondantes que j’ai pu entendre pendant des années. Nuri Yuri et Yuki sont en réalité la même personne. Il a accepté de rejoindre le projet quand celui-ci a commencé à être sabordé par l’équipe de Kyle. Apparemment (je n’étais plus trop présent déjà sur le forum à ce moment-là), l’équipe qui avait repris le projet à l’époque en a fait n’importe quoi. Avec Yuri, on a décidé de repartir de zéro pour nettoyer tout le bordel et créer un truc propre que nous contrôlons de A à Z. On peut dire qu’il est le programmeur officiel du projet. Moi, je ne suis que celui qui a eu l’idée du projet et qui l’a commencé. Je suis désormais le chef de celui-ci. Je donne mon avis et je valide les idées, mais là où je suis content, c’est que mon accord est une condition au moindre changement, le jeu garde ainsi l’image que j’ai de lui. Aujourd’hui, je m’occupe surtout de tout ce qui est visuel, scénario, mapping, etc. Je donne vie au jeu visuellement et Yuri le fait tourner. Nous sommes tous les deux indispensables à notre façon.

Vous faites régulièrement appel à des volontaires pour vous aider à développer le jeu : en général, sur une semaine-type, combien de personnes travaillent en même temps à élaborer Pokémon Gemme ?

Le problème aujourd’hui, c’est que nous avons tous une vie de plus en plus active et que le temps que nous pouvons consacrer au projet est devenu nul sur certaines périodes. Lorsque nous en avons besoin, nous recrutons de l’aide, mais 99% du temps, nous ne travaillons que tous les deux sur le projet. Il ne faut pas oublier la communauté qui aide aussi énormément le projet à avancer par ses idées et ses réflexions. Sans eux, nous perdrions un temps précieux.

 

Jadielle version 4.0, ou l'attention portée aux détails.

Jadielle version 4.0, ou l’attention portée aux détails.

 

Concernant l’aspect technique du jeu, quel langage et quel framework avez-vous utilisé pour développer le jeu ? Tu as mentionné l’outil RPG-Maker dans l’interview d’Aethnight, en utilisez-vous d’autres ?

Le jeu est développé principalement en Ruby, mais nous utilisons également du PHP, du C/C++, etc. Nous prenons tout ce qui peut nous servir. Le centre du projet, c’est RPG Maker « pour le moment », parce qu’il permet facilement de tout réunir et offre un gain de temps pour l’éditeur de maps. Mais sur le long terme, on voudrait en sortir définitivement.

Des starters aléatoires, un niveau de difficulté dont on a beaucoup parlé (centres Pokémon payants, une barre d’expérience qui tombe à zéro lorsqu’un Pokémon est mis K.O) : ces alternatives et contraintes proposées par Pokémon Gemme, c’est le résultat de ton expérience de joueur ?

Tout à fait. J’ai toujours trouvé les jeux officiels beaucoup trop faciles. J’ai voulu rendre l’expérience plus profonde en ajoutant une difficulté qui ne bloque pas le joueur, mais qui le pousse à faire plus attention à ce qu’il fait.

Ce qui frappe quand on joue à Pokémon Gemme, c’est à quel point on retrouve l’ambiance et l’univers de Pokémon, d’une certaine façon, on peut dire que ç’en est une adaptation très fidèle. L’idée, c’est d’offrir aux fans une nouvelle immersion dans le monde Pokémon ou est-ce que toi et ton équipe vous accordez une certaine marge créative vis-à-vis du jeu original ?

C’est difficile de répondre à cette question par l’une ou l’autre des réponses proposées. Disons que j’insiste pour garder l’ambiance générale la plus fidèle possible, mais je ne me priverai pas d’idées qui peuvent, à mon avis, rendre l’expérience plus intéressante. Par contre, je ne dénaturerai rien, je ne changerai pas quelque chose que je trouve important de laisser comme il l’était à l’origine.

 

Pokemon gemme bannière 3

 

As-tu eu des soucis de copyright ? Si non, comment l’expliques-tu ? Nintendo France est-il au courant de ce genre de versions de Pokémon sur le Web ?

Je n’ai eu aucun problème avec les copyright, en même temps je ne fais pas de d’ombre à Nintendo… Je ne fais qu’offrir la possibilité, aux joueurs le désirant, de jouer à leur jeu préféré revu par les yeux d’un fan resté sur sa faim. Ce sur quoi je souhaiterais revenir par contre, c’est sur cette polémique qui a touché le projet. Non, le projet n’est pas pour nous une simple source de revenus. Nous ne touchons quasiment rien, et si ce système à été mis en place au début, c’était surtout pour payer l’hébergement du site, car étant étudiant à l’étranger, je n’avais pas de ressources. Les gens sont ensuite venus d’eux-mêmes proposer des dons, donc nous avons décidé de leur mettre cette option à disposition, mais nous n’obligeons personne à quoi que ce soit. Le jeu est gratuit et le restera jusqu’au bout. Nous prenons ces dons plutôt comme un remerciement supplémentaire des joueurs et non pour une sorte de transaction en échange du « privilège » de jouer. Ce n’est pas l’argent qui nous motive, sinon on aurait arrêté depuis longtemps…

Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de jouer à un jeu vidéo qui n’avait rien à voir avec Pokémon et, face à une idée particulièrement intéressante, d’envisager d’ajouter quelque chose de complètement nouveau dans Pokémon Gemme ?

Parfaitement, c’est ce que je fais en réalité quand je joue à un jeu vidéo : je recherche ces petits détails qui changent tout. Par exemple, le fait de perdre son expérience en tombant K.O me vient d’un jeu, mais j’ai totalement oublié lequel. J’ai trouvé ça très intéressant en y jouant, donc je l’ai ajouté. Il y en a plein comme ça, celle-ci m’est venue naturellement, mais il y en a énormément en fait dans Pokémon Gemme.

Sans spoiler les joueurs qui n’auraient pas encore joué à Pokémon Gemme, il est possible d’y trouver plusieurs pokémon légendaires. Mettre en place des quêtes de ce genre et des indices dans le jeu, c’est un aspect créatif et amusant du travail de programmeur ou est-ce une tâche comme une autre ?

Trouver tous les secrets que se sont amusés à cacher les développeurs étant ce que je préfère dans un jeu vidéo, je me devais d’en mettre partout. C’est ce que je préfère dans mon rôle et je passe mes journées à noter des petites idées pour cacher tel ou tel secret à tel ou tel endroit et de telle ou telle façon.

 

Pokemon gemme bannière 2

 

Dans sa vidéo sur l’avancement de Pokémon Gemme, Aethnight a annoncé pour la 4.1 l’arrivée de la connectivité qui permettra de faire des échanges et des combats en ligne. La connectivité, c’était un désir de la communauté ou celui de l’équipe ?

Il ne faut pas oublier que la connectivité était possible dans le passé avec les versions antérieures. Les échanges, mais aussi les combats doivent devenir, ou rester, le point le plus important dans Pokémon qui est, pour ma part, un jeu de communauté et d’échanges. Je pense que ce désir est commun entre l’équipe du projet et les fans. Pour ce qui est de la mise en place, nous n’y sommes pas encore, donc je ne peux pas savoir comment cela va se passer par la suite, mais sachant que l’ancienne version des échanges avait été pourrie volontairement par des joueurs mal intentionnés, je pense que les prochaines versions seront moins « globales ».

Les versions X et Y sur Nintendo 3DS et 2DS sont sorties en 2013 : y as-tu joué ? Qu’as-tu pensé des nouveautés offertes par ces versions ?

Je n’y ai pas joué directement, mais j’ai offert la version Y à mon frère et la version X à ma sœur, donc j’en ai eu des retours : il y a de bonnes idées et des choses que je trouve moins  « utiles ». Par contre, pour avoir terminé Pokémon Rubis Oméga et ma copine Saphir Alpha, je peux vous dire qu’on en a parlé pendant des heures et que plusieurs idées vont en être reprises et/ou améliorées par la suite.

À ce propos, as-tu une version Pokémon préférée ? Et un pokémon préféré ?

J’hésite entre la Rouge, qui est la première que j’ai eu étant enfant, ou la Or, qui fut ma deuxième… J’opterais, avec le recul, pour la version Or, tant les nouveautés apportent au gameplay et au plaisir de jeu. Mon Pokémon préféré, ce sera toujours Goupix, et ce depuis que je suis gosse, mais Insécateur avait aussi une bonne place dans mon enfance. Aujourd’hui, c’est pareil, je n’utilise pas les plus forts, mais ceux que je trouve les plus « charismatiques ». Et par là, je n’entends pas OverAbuséCheatéDeLaMort… J’ai une aversion profonde envers les Pokémon légendaires que je trouve « donnés » et complètement abusés, c’est pourquoi j’ai voulu leur donner une place importante liée à de vraies énigmes. Il va falloir se lever tôt pour attraper quelques-unes de ces raretés !

Salamèche, Bulbizarre ou Carapuce ?

J’ai choisi Salamèche lors de ma première visite chez le Prof. Chen et ce sera toujours mon choix numéro un.

 

Annexe

 

Pour aller plus loin, et pour patienter avant la sortie de la version 4.0 tant attendue, rendez-vous sur la section téléchargements du site officiel Pokémon Gemme, ou sur la page Facebook du jeu, dont proviennent la plupart des images ci-dessus.

Vous pouvez aussi retrouver les vidéos mentionnées dans l’article pour plus d’informations, soit l’interview d’Angi-MK par Aethnight sortie en 2012 et la vidéo portant sur l’avancement de Pokémon Gemme, sortie il y a un an, ou même, plus récemment encore, le live avec les fans.

Jeux Vidéo
Plus Jeux Vidéo