Jeux Vidéo

Braid, quand le temps devient un jeu

Braid, quand le temps devient un jeu

Considéré comme l’un des plus grands jeux indépendants de l’année 2008, acclamé par la critique tant pour son gameplay totalement innovant que pour sa bande son, Braid est un jeu de plateforme-puzzle-réflexion en deux dimensions. Vous contrôlez Tim, un jeune homme à la recherche d’une princesse enfermée dans un château. Histoire banale, vue et revue, mais qui permet une certaine justification à l’histoire. Au court des sept mondes que vous allez parcourir, vous allez devoir récupérer des pièces de puzzle et les assembler afin de progresser dans l’histoire.

 

« Le Temps est l’image mobile de l’éternité immobile. »

 

Rien de tel qu’une petite citation de Platon pour se mettre dans l’ambiance.

C’est bien beau de dire que le gameplay est innovant, mais pourquoi l’est-il ? Dans Braid, vous ne pouvez pas mourir, vraiment. À l’image d’un dieu qui contrôlerait la mort, vous pouvez contrôler le temps : l’accélérer, le ralentir, le moduler, revenir en arrière, etc. C’est ainsi que la mort est inexistante pour le personnage que vous contrôlez : s’il se fait toucher, il suffit simplement de remonter le temps de quelques secondes pour éviter le projectile ou l’adversaire. Et c’est sur cela que se base la quasi-totalité de Braid. Autre grande originalité : l’absence apparente d’objectifs. Même s’il semble évident qu’il faut récupérer des pièces de puzzle, ne pas les prendre ne change pas grand chose. Il faudra néanmoins toutes les avoir afin d’avoir toutes les clefs et de comprendre le fin mot de l’histoire.

 

 

Dans ce trailer, tout est plus ou moins clair : et si vous pouviez apprendre de vos erreur et défaire la mort ?

Le jeu se veut volontairement très mystérieux, le joueur est directement plongé dans le monde de Tim sans aucune explication. Ce n’est qu’en terminant les niveaux, au fur et à mesure de l’histoire, que vous pouvez en apprendre plus sur le monde dans lequel il vit. Et c’est aussi au fur et à mesure des mondes que le gameplay va s’enrichir et que la difficulté va croître. Étrangement, le joueur commence par le monde numéro 2, sans  trop savoir pourquoi…

Monde 2 : Time and Forgiveness : dans ce premier niveau, le joueur est simplement en phase d’apprentissage des fonctions basiques liées au gameplay : se déplacer, tuer des ennemis (en leur sautant sur la tête) et remonter le temps. Sans grande réelle difficulté, il va néanmoins falloir quelques minutes d’audace pour certains niveaux afin de récupérer les pièces du puzzle.

Monde 3 : Time and Mystery : c’est à partir de ce niveau qu’il va falloir commencer à utiliser sa cervelle. En effet, ce niveau incorpore de nouvelles mécaniques liées au temps : notamment celle de ne pas en être affecté. En d’autres mots, certains éléments du jeu (ennemis, clefs, plateformes) ne seront pas affectés par l’action de remonter le temps et continueront de bouger comme si de rien n’était. Il va ainsi falloir jongler entre les éléments étant influencés par le temps et ceux ne l’étant pas.

Monde 4 : Time and Place : probablement le monde le plus difficile de Braid. Sur le papier en revanche, rien de plus facile : quand Tim se dirige vers la droite le temps avance, quand Tim va vers la gauche, le temps remonte. C’est ainsi qu’il va falloir être extrêmement malin afin de récupérer les pièces de puzzle. En effet, vous pourrez penser parfois avoir la solution et par un malheureux hasard, vous serez obligé de retourner un peu en arrière (à cause d’un obstacle par exemple) et vous remonterez le temps et perdrez alors toute votre progression. De plus, tous les mécanismes des mondes précédents sont aussi de la partie, de quoi faire chauffer les neurones. Voilà un petit aperçu du premier et second niveaux que j’ai réalisés, afin d’illustrer l’étrangeté de ce gameplay (faites attention à la musique, elle se rembobine et/ou avance en fonction d’où va le personnage) :

 

 

Monde 5  : Time and Decision : ce monde touche au surnaturel puissance 10. En effet, vous allez effectuer des actions que le jeu va enregistrer. Puis quand vous allez remonter le temps, votre ombre va refaire les actions que vous venez de faire. Vous devrez ainsi contrôler deux personnages avec des chronologies différentes : faire des actions en pensant à ce que votre ombre va faire, puis remonter le temps, puis faire d’autres actions en rapport avec ce que votre ombre fait. Mais attention, car en remontant le temps, les plateformes elles aussi changent de position, et il se peut que votre ombre rate le train en route… Gros casse-tête en perspective !

Monde 6 : Hesitance : le dernier monde que je vous présente (le monde 1, je ne vous en parle pas, exprès). Le personnage que vous contrôlez ici possède un objet qui va ralentir le temps de façon permanent sur quelques mètres autour de lui. Vous pouvez déposer l’objet ou le garder en main et il vous faudra deviner à quel endroit vous devez placer cet anneau afin de franchir les obstacles.

 

Quoi penser de Braid ?

 

Bon il n’y a pas à dire, Braid est un jeu qui va vous tenir en haleine une petite dizaine d’heures… si vous trichez ! En effet, certains niveaux sont tellement compliqués qu’il faut plusieurs dizaines de minutes pour les terminer (dont un dans le monde 4 qui m’a pris une bonne heure et demi). Sans tricher, je dirai qu’il a une durée de vie de douze ou treize heures. Court, direz vous ? Il ne faut pas oublier que c’est un jeu indépendant. Mais pour un jeu solo, il a néanmoins une durée de vie bien supérieure à ce qui se trouve sur le marché « normal » du jeu-vidéo. Vous allez faire travailler votre logique, votre mémoire et vos réflexes, ça je vous le garantis.

Ce qu’il manque c’est un mode multijoueur, même local. Avec des mécanismes différents pour chaque joueur, ou les mêmes pour les deux. C’est facile d’imaginer qu’un joueur remonte le temps et l’autre le fait avancer en se déplaçant : s’ils se déplacent en même temps, le temps est figé, etc. Ou que chaque joueur possède un anneau différent : l’un qui ralentit le temps et l’autre qui l’accélère dans un rayon de quelques mètres autour de ces anneaux… Il y a des centaines de possibilités à exploiter dans Braid et j’espère sincèrement qu’une suite est en cours.

Braid est disponible sur Steam à cette adresse pour seulement 8,99€.

Jeux Vidéo
Plus Jeux Vidéo