Jeux Vidéo

The Binding of Isaac Rebirth : présentation (1/3)

The Binding of Isaac Rebirth : présentation (1/3)

Ce premier article d’une série de trois signe l’ouverture d’un dossier consacré à un monument du jeu indépendant : The Binding of Isaac : Rebirth. Nous nous intéresserons plus particulièrement à son dernier opus nommé «Rebirth» sorti le 4 novembre 2014 sur Steam. The Binding of Isaac est un jeu d’action/aventure Rogue-Like indépendant créé par Edmund McMillen et Florian Himsl. Bien que nous parlions de son nouvel opus, il faut savoir que le Isaac d’origine est sorti en septembre 2011 et qu’il est rapidement monté dans le top des ventes Steam. Une première extension est sortie en 2012. Binding of Isaac : Rebirth, c’est plus de 500 heures de jeu et des milliards de combinaisons d’objets possibles !

Dans cette première partie du dossier, nous exposerons l’histoire du jeu en lui-même, de ses références et interprétations basiques pour finir par une explication simple du gameplay.

 

L’histoire

 

Dans The Binding of Isaac : Rebirth, vous incarnez Isaac, un petit enfant sage. Vivant avec sa maman, le petit Isaac a une maudite surprise quand il découvre que sa mère a reçu l’ordre émanant de Dieu de… le tuer !

 

 

Partant se réfugier dans la cave, Isaac va rapidement être confronté à de nombreux ennemis et peurs à commencer par sa mère. Et pour la fuir, il va s’enfoncer toujours plus profondément dans le donjon. Descendant toujours plus bas, sur six étages…

Vous l’aurez compris, The Binding of Isaac ne brille pas par son histoire de base. Ce n’est qu’un simple prétexte à façonner un jeu de la même trempe que The Legend of Zelda (premier du nom). Mais la force de ce jeu réside dans les dizaines et dizaines d’interprétations possibles.

 

Du jeu à l’interprétation du jeu

 

Sachez dans un premier temps que ce jeu peut être un peu violent.

Commençons par ce qui frappe le plus : le titre. Isaac est, dans toutes les religions monothéistes dominantes, le fils de Sarah et d’Abraham. Ce dernier reçoit un jour un message de Dieu lui demandant de sacrifier son unique fils légitime (et non pas Ismaël, fils qu’il a eu avec sa servante) afin de lui prouver sa foi. Ils partent, marchant pendant 3 jours afin de rejoindre un endroit précis et installent un bucher, Isaac n’étant toujours pas au courant des agissements de son père. Alors qu’Abraham est sur le point d’exécuter la parole divine (et d’exécuter Isaac), un ange arrive et ordonne à Abraham de sacrifier un bélier à la place de son fils.

On peut dire que l’introduction de The Binding of Isaac : Rebirth est un quasi copié-collé du mythe religieux à quelques différences près : tout d’abord, c’est sa mère qui est « dépêchée » par un certain Dieu alors qu’elle regarde la télévision (une chaine religieuse, qui plus est). Et c’est là que les choses sérieuses sont abordées.

Dans le mythe religieux, le père et son fils marchent donc pendant trois jours. Ce chemin peut être représenté dans le jeu par la descente dans des profondeurs toujours plus extrêmes. En effet, je vous ai dit dans l’introduction que le jeu avait six chapitres. Ils comportent chacun deux types de niveaux avec donc deux noms différents. Afin de spoiler le moins possible, ne seront abordés que les quatre premiers chapitres. Les chapitres cinq et six sont sujets à de très grandes théories et interprétations que nous verrons dans un prochain article.

 

cleek_dossier_isaac06

Source de l’image http://memoski.deviantart.com/art/The-hyping-of-Isaac-486911729

 

Chapitre 1 : Basement (sous-sol) et Cellar (cave). Les noms parlent d’eux-mêmes. Ce sont en général les pièces les plus basses dans une maison. Ce sont des endroits froids et humides.

Chapitre 2 : The Caves (les grottes) et The Catacombs (les catacombes). Les choses commencent ici à être intéressantes. Rappelons les choses : Isaac fuit et part dans les profondeurs. Pour le commun des mortels, des grottes et catacombes sont synonymes de mort et désolation, mais Isaac semble considérer ces lieux comme un endroit où se réfugier.

Chapitre 3 : The Depth (les profondeurs) et Necropolis. Là on touche quasiment le fond (jeu de mots, hue hue hue) et je vais malheureusement être obliger de spoil un peu le jeu. Tout d’abord parlant des noms de ces niveau, « Necropolis » fait quand même bien penser à Nécropole. C’est un mot d’origine grecque voulant littéralement dire : Citée des morts. Citée des morts, mais quel rapport avec notre jeu ? Simplement le nom du dernier boss de ce chapitre : Mom. Oui vous l’aurez compris, ici nous tuons Maman, celle qui voulait nous sacrifier. Donc Citée des morts pour deux raisons : la première est la mort de maman (ou du moins sa supposée mort) et la seconde car Isaac, malgré tout le respect qu’il inspire, n’est qu’un petit garçon qui, sans sa maman, meurt. Ce niveau, c’est la mort de maman mais aussi d’Isaac.

 

cleek_dossier_isaac05

 

Chapitre 4 : The Womb (l’utérus) et Utero. Pour débloquer ce chapitre, il faut avoir tué plusieurs fois Mom. Là où le décor devenait de plus en plus sombre dans les chapitres précédents, la première chose qui frappe c’est le rouge. Les niveaux sont entièrement rouges. Logique, direz vous, Isaac est quand même dans l’utérus de sa mère. Si on veut interpréter en penchant dans le glauque, on pourrait dire qu’après avoir vaincu sa maman, cette dernière n’est pas mort et Isaac doit la tuer « pour de vrai ». Car le dernier boss de ce chapitre est : Mom’s Heart, soit Le Cœur de Maman. Et pour atteindre ce cœur, Isaac ne connait qu’un seul chemin : celui par lequel il est sorti quand sa mère a accouchée. D’où le fait de se battre dans son Utérus. Alors certes, c’est une interprétation un peu tirée par les cheveux, mais ce jeu s’y prête allégrement (tapez « interpretation binding of isaac rebirth » sur google, vous verrez combien il y en a !).

 

cleek_dossier_isaac04

 

De plus, vous incarnez Isaac, un petit garçon qui a une dizaine d’années tout au plus, et vous êtes donc dans « son monde ». Le monde d’un enfant de cet âge est rempli, et il faut le dire, de pipi et de caca. Le jeu tire clairement parti de cet aspect là d’ailleurs. Il est très pueril, vous évoluez dans un monde que vous ne comprenez pas toujours parce qu’Isaac ne le comprend pas lui-même. Cela rend l’expérience de jeu parfois perturbante.

Vous l’aurez compris, The Binding of Isaac : Rebirth est complet, très complet, trop complet. Et je n’ai passé en revu qu’une partie des niveaux disponibles et je n’ai pas parlé de tous les ennemis et boss présents. Je me réserve ce sujet aussi vaste que l’Iliade pour une prochaine fois, pas d’inquiétude, vous y écoperez comme tout le monde !

 

Bon, c’est quand qu’on joue ?

 

Parlons de choses intéressantes maintenant : le gameplay. Comme dit plus haut, The Binding of Isaac : Rebirth est un Rogue-Like s’inspirant très largement de The Legend of Zelda.

Vous contrôlez Isaac, ce héro qui pleure. En effet, à la différence de nombre jeux du même genre, Isaac attaque avec ses larmes et à distance. Vous utilisez votre clavier tant pour vous déplacer que pour attaquer : z-q-s-d pour vous déplacer et les flèches directionnelles pour envoyer des larmes. Vous évoluez à travers un niveau et devez tuer toutes sortes de créatures. À chaque fois que vous rentrez dans une salle, les portes se ferment derrière vous et ne s’ouvriront qu’une fois tous les adversaires de la salle éliminés. Sachez toutefois qu’ils ne réapparaissent pas, donc une fois la salle vide, elle le reste !

 

cleek_dossier_isaac03

Ceci est un Gif, cliquez pour l’afficher

 

Votre but est de tuer le boss du niveau afin d’accéder au prochain niveau et de progresser vers les profondeurs obscures. Pour cela, vous allez devoir vous « armer ». Grâce aux clefs et aux bombes que vous trouverez dans les trésors disséminés un peu partout, vous allez pouvoir ouvrir certaines salles spéciales. La plus importante est la Salle aux Trésors.

Chaque type de salle est représentés par un icone et une bordure de porte spécifiques :

 

cleek_dossier_isaac01

Les bordures des salles spéciales. Dans l’ordre de gauche à droite : Salle aux Trésors – Magasin – Salle du Diable – Salle du Boss

 

La particularité du jeu réside dans le fait qu’Isaac évolue physiquement en même temps qu’il prend des objets : obtenez une ceinture « qui augmente la vitesse de déplacement de 0.3 » et Isaac la portera dans le jeu ; obtenez « The Halo » (objet qui augmente toutes les statistiques) et Isaac aura une auréole au dessus de la tête, etc.

Autant vous dire qu’il y a des combos d’objets complètement délirants, comme peut en témoigner cette vidéo. Notez qu’ici, Isaac a tellement eu d’objets qu’il ne ressemble en rien à ce qu’il était au départ.

 

 

The Binding of Isaac : Rebirth est probablement l’un des meilleurs jeux indépendants actuels, tant par son histoire et les interprétations qui peuvent être faites autour (et vous n’avez rien vu), que (mais surtout) par sa durée de vie : plus de 500 heures avant de prétendre avoir tout débloqué.

The Binding of Isaac : Rebirth en quelques mots c’est :  plus de 500 heures de jeu, 4 MILLIARDS de Seeds , 20 défis, plus de 450 objets, des tas de petites animations de qualité lors des victoires, plus 100 seeds spéciaux, deux joueurs en coopération locale, plus de 100 personnages pour la coopération, dix personnages jouables, plus de 100 ennemis, plus de 50 boss, et beaucoup d’autre choses. (source)

 

Le prochain article de ce dossier sera consacré à la présentation avancée du jeu, avec les mécanismes de pactes, de malédictions et de divinations. Seront aussi présentéz divers grands joueurs de The Binding of Isaac : Rebirth avec des interviews de ces derniers.

Jeux Vidéo
Plus Jeux Vidéo