Culture Geek

Billet : je suis joueur de jeux vidéo

Billet : je suis joueur de jeux vidéo

On raconte et lit un peu partout que les joueurs de jeux vidéo sont en dehors de la réalité, qu’ils sont perdus ou encore dangereux… Haha, quelle blague. C’est vrai qu’ils ne vivent pas toujours dans le même monde que « vous », mais bon, de là à en faire une généralité, c’est assez vache. Dans ce billet, je vais essayer d’expliquer ce que c’est que de vivre dans un univers « geek » et ce qu’il m’a apporté, de vivre dans mon univers en fait. Cet article est un billet, il est donc personnel et ne reflète en rien une réalité globale. Seulement mon expérience personnelle.

 

Être joueur de jeux vidéo, «geek» ou «mangaka»  n’est pas être en dehors de la vraie réalité véritable et réelle. Alors c’est quoi ? Tout d’abord, c’est appartenir à une communauté, un groupe avec lequel il y a du partage et de la bonne humeur. Comme des passionnés de sports équestres se retrouveraient régulièrement sur les champs de courses à parier sur des chevaux et à discuter autour de verres parfois alcoolisés (attention, c’est dangereux pour la santé), les joueurs se retrouvent eux tout aussi régulièrement autour de jeux et de discussions communes. Car oui, l’univers geek n’est pas aussi restreint et fermé qu’on veut bien le croire.

 

cleek_edito_geek03

 

Il y a bien plusieurs définitions de ce mot fourre-tout mais je ne vais m’intéresser qu’à celle de joueurs de jeux vidéo. D’une part, car c’est le milieu qui m’affecte le plus, mais aussi parce que c’est celui  dans lequel j’ai le plus d’expérience. Alors c’est quoi, jouer aux jeux vidéo aujourd’hui ? Il faut savoir que c’est un milieu qui a énormément évolué ces dix dernières années et qui continue d’évoluer extrêmement vite. Il y a quelques temps, il était incroyable de jouer avec 25 personnes simultanément, ou de comparer son score avec des millions d’autres joueurs et ce, de manière immédiate. Vous l’aurez probablement saisi, jouer aux jeux vidéo aujourd’hui, c’est échanger. Échanger avec d’autres personnes via internet et les divers logiciels de messagerie instantanée.

 

Mais aimer les jeux vidéo, ça apporte quoi ?

 

L’une des premières réponses qui me vient à l’esprit ce sont les rencontres. Jouer, de nos jours, c’est jouer avec les autres et donc faire des rencontres. Vous, êtres humains « normaux », les voyez probablement comme étant fictives, mais croyez-moi, elles sont bien réelles. Je vais vous donner un exemple parmi tant d’autres. Nanami, Naniss, Squ ou Kemerck… ce ne sont que des pseudos, très peu de visages, mais pourtant, ce sont des gens formidables que j’ai connu il y dix ans maintenant (BigUP à toute la PB d’ailleurs). On peut dire que ce sont eux qui m’ont formé aux joies de l’internet… et aux dangers que cela comporte. Certains de dix ans mes aînés, ils avaient le recul et l’expérience nécessaire pour s’assurer qu’un jeunot de 12 ans ne fasse pas n’importe quoi, n’aille pas n’importe où (j’étais sage de base aussi)… ils m’ont cadré, eux d’un côté et mes parents de l’autre, et je ne serai pas celui que je suis aujourd’hui sans eux.

Et c’est probablement grâce à eux que j’ai eu à mon tour envie d’accompagner des jeunes sur internet. Lorsque j’ai intégré une autre communauté de joueurs il y a six ou sept ans, j’ai lentement « gravi les échelons » jusqu’à arriver dans les « hautes sphères ». J’utilise les guillemets volontairement car tout s’est fait de façon démocratique, avec des votes (j’aurai dû faire politicien en fait !). Donc arrivé tout en haut de la pyramide vers dix-sept ans, j’avais le même âge que ceux qui m’avaient accueilli à mes débuts et j’ai pu, à mon tour, instruire les plus jeunes (qui se reconnaîtront). Du coup, la boucle est bouclée !

Maintenant, je discute régulièrement avec la même trentaine de personne dans une grande conversation. L’ambiance y est terriblement bonne, on se fait des blagues et des crasses à tout va. C’est très bon enfant… Enfin j’adore quoi ! Ca permet de décompresser après la journée.

Tout ce déballage de vie pour quoi, au final ? Pour simplement montrer que la communauté G33k est loin d’être aussi renfermée et hermétique que ce que le commun des mortels peut penser. Non, c’est une communauté qui est extrêmement humaine et chaleureuse. Chaleureuse dans le sens accueillante et le plus souvent bienveillante à l’égard des autres. Je peux loger dans quasiment n’importe quelle ville de France gratuitement tellement j’ai de contacts maintenant !

Les gens ont souvent l’image du joueur enfermé chez lui à râler sur le monde… Mais c’est ce que les médias montrent et c’est probablement seulement 2% des gens qui sont comme ça. C’est exactement comme, quand à la télévision, ils nous montrent des restaurants chinois horribles, ce n’est pourtant qu’une minorité non représentative de la majorité. Et cette majorité, croyez-moi, elle est extraordinaire. J’ai rencontré (pour de vrai !) des personnes exceptionnelles et que je considère vraiment comme dignes de confiance. Des amis, quoi ! Alors oui, comme tout groupe de pote, il y a des fois des frictions et petites engueulades. Mais bon, au bout d’un ou deux jours, c’est oublié et c’est reparti comme en 40 !

Donc oui, la communauté du jeu vidéo, c’est beaucoup d’entraide, de rencontres et de discussions avec des gens qui partagent les mêmes centres d’intérêt !

 

Mais quoi d’autre ?

 

Mais quoi d’autre ? Oui, qu’est-ce que la communauté Geek apporte d’autre, à part plein de rencontres ? Et bien : beaucoup de culture générale et de délires divers et variés.

Pourquoi de la culture générale ? Tout d’abord, parce que vous pouvez être constamment en train de parler avec des dizaines d’autres personnes et que les sujets s’enchaînent de 8 heures du matin (pour les lève-tôt) à 3 heures de la nuit (pour les couche-tard). Donc pendant vingt heures, il peut y avoir une discussion permanente sur des sujets qui s’enchaînent. Et les sujets sont tous aussi variés les uns que les autres ! Ça peut commencer le matin avec l’actualité générale de ce qui s’est passé pendant la nuit en passant par un débat douteux sur la polygamie chez les vaches à 14 heures, et puis finir le soir, à 20 heures, par la nouvelle bande-annonce du dernier Star Wars.

 

cleek_edito_geek01

Un exemple de discussion quotidienne (source : http://danstonchat.com/)

 

Ce que je veux dire par là, c’est que les discussions ne sont pas centrées sur ce qui a formé le groupe : le jeu vidéo. Non, chacun est libre de parler de ce qu’il veut, et à toute heure.

Et puis, ce sont en général des personnes très curieuses et qui vont régulièrement au cinéma. Combien de débats ai-je déjà eu pour savoir si oui ou non, Charlotte Gainsbourg était une bonne actrice ? (Rassurez-vous, j’ai gagné, elle est exceptionnelle !)

 

Et puis il y a les délires de geek. J’entends par là des choses que seuls les habitués peuvent comprendre.  Je ne vais mettre qu’une image illustrant la chose car vous expliquer les délires serait trop long. Mais c’est comme une bande de potes, il y a des choses dites qui sortent de l’ordinaire, et c’est ce qui rend le groupe extraordinaire.

 

cleek_edito_geek02

Humour de Geek (car personne d’autre ne peut comprendre la blague)

 

Et tout ça pour quoi ?

 

Ben oui, bonne question ?

Je voulais simplement expliquer ce que c’était que de partager le temps que l’on a, nous, joueurs, avec d’autres personnes qui ont les mêmes centres d’intérêt. Quand je dis aux gens que je joue aux jeux vidéo, ils me regardent tous avec de grands yeux qui veulent dire : NON MAIS LUI IL SORT JAMAIS !

Internet est devenu le premier loisir des français, devant la télévision. Et ça, ça fait réfléchir !

Culture Geek
Plus Culture Geek