Culture Geek

Landhelven, un jeu de rôle grandeur nature

Landhelven, un jeu de rôle grandeur nature

Landhelven, un jeu de rôle grandeur nature

Vous n’êtes peut-être que peu au courant de cette pratique, mais elle n’est qu’une évolution de certaines thématiques déjà abordées sur Cleek avec Live Escape Game et les Murder Party. Je vais donc vous parler aujourd’hui d’un des nouveaux hobbies qui montent en flèche en France : le jeu de rôle grandeur nature ou GN, et je vais en profiter pour parler de celui que je recommanderais à faire pour s’initier. Mais avant toute chose faisons un petit rappel de ce qu’est un GN.

Live Action RolePlaying : L.A.R.P

Le terme L.A.R.P est à l’origine de ce qu’est le GN de nos jours, c’est ainsi qu’il est connu à travers le monde, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas le jeu de rôle papier et en particulier Dungeons&Dragons qui a suscité sa création. C’est en effet un pratique très ancienne que l’on peut retrouver dans toutes les civilisations sous divers noms : théâtre improvisé, mise en scène libre, reconstitution de batailles, arènes aux lions, etc. Toutes ces manifestations d’expression libre sont à l’origine du GN. La deuxième racine de cet « art » s’ancre dans la propension des jeunes de toutes époques à jouer au « Docteur », à « La Dinette » et j’en passe. Vous l’aurez compris, le GN n’est pas un rassemblement de jeunes boutonneux en costume en mousse comme on pourrait le penser.

Vidéo Humouristique rappellant la dualité GN-Jdr Papier – Toms et ses Chumps :  Farador

Pour autant, le GN contemporain tend à s’échapper de ces racines par sa renaissance à laquelle s’appuient des règles bien établies. L’origine exacte de ce nouveau type de mise en scène réglée est quant à elle floue. Beaucoup de pionniers s’en disputent la paternité. Tout ce que l’on pourra dire c’est que dans un développement parallèle aux JDR papiers classiques, les années 1970 ont mis en place les premières pierres d’un édifice maintenant rompu à l’exercice.

Le GN contemporain, évolution et différenciations

Le GN au début n’était qu’une simple mise en abyme d’aventures racontées à l’oral. En effet, le but premier fût pour tous les fans d’heroic-fantasy et de médiévalo-fantastique de ressentir ce que leur personnage pourrait ressentir s’il discutait réellement, et s’il se mouvait de son propre chef. C’est ainsi que pour faciliter la tâche les premiers GN étaient codifiés d’une manière analogue au jeu sur table, c’est-à-dire une utilisation massive de dés et peu de libre arbitre. Mais en très peu de temps les joueurs se sont rendu compte des limitations liées à l’utilisation de dés et autres règles aléatoires. C’est alors que deux « courants » se sont crées. Le premier prônait et prône toujours l’utilisation de l’aléatoire au service de l’intrigue tandis que le deuxième  a délaissé ce côté pour se concentrer sur le roleplay et l’improvisation. De nos jours les deux versions coexistent mais pas toujours dans la meilleure ambiance, le deuxième courant tend à dénigrer le premier alors que cela ne reste qu’une conception du jeu.

Afin que vous compreniez bien les différents enjeux du GN moderne je vous propose de prendre le temps de regarder ce reportage fait par Arte.

Les Guerriers du Dimanche – Tous Droits ARTE.tv

Vous retrouverez un historique plutôt complet du GN en Europe principalement tout en comprenant l’amour que peuvent porter certains joueurs. Attention toute de même, il dure près d’une heure et demi, mais c’est peut-être le reportage le plus apprécié sur le sujet de ces dernières années.

L’organisme français du jeu de rôle grandeur nature : FédéGN

En France, la pratique du GN est très bien développée, à tel point qu’un fédération rassemblant des milliers d’adeptes existent et donne son approbation aux organisations de tel ou tel évènement. C’est en 1996 après 10 ans d’associations que les joueurs français décident de créer la première fédération française de GN, la FédéGN. Il faudra tout de même attendre l’année 2001 pour qu’elle soit reconnue et agréée Jeunesse et Éducation Populaire. Mais c’est à partir de 2006 qu’elle prend tout son sens avec une véritable permanence des membres du bureau décisionnel avant de faire en bon en avant en 2009 en travaillant d’abord pour le ministère de la jeunesse et des sports au sein d’un groupe pour le développement durable avant de réitérer l’opération en 2010 avec le ministère de l’intérieur pour trouver un accord à l’usage de répliques d’airsoft et au paintball dans le cadre d’une législation sur les armes.

FédéGN

Mais la FédéGN n’est pas qu’une législation, c’est une organisation ouverte au changement, qui promeut les nouveaux concepts de jeu, qui met en avant les festivals. C’est pourquoi vous retrouverez certains membres de l’organisation lors de conventions sur le sujet du jeu de rôle mais pas seulement. La JapanExpo, Paris Manga, Toulouse Game Show, et d’autres conventions sont visitées par une partie d’exposants en rapport avec le jeu de rôle grandeur nature et la FédéGN y est régulièrement présente. La FédéGN c’est aussi un moyen simple de trouver un GN proche de chez soi qui est reconnu, et c’est l’assurance d’une couverture en cas de pépin.

L’atelier du GN : un marchand !

ADGN

Vous n’avez peut être pas encore fait le rapprochement entre participation à un GN et port d’un costume vraisemblable. Mais pour participer à un GN il vous faut de l’équipement, et bien entendu, comme dans les jeux sur console ou sur table, des marchands existent. Je ne vais en citer qu’un car il met en avant le travail de beaucoup d’artistes et créateurs, l’Atelier du GN ( ADGN ). Ce marchand va proposer du simple Kilt écossais pour faire un barbare de cette région à l’arme la plus fantasque sortie tout droit de l’imaginaire des gens à l’origine de World of Warcraft. Vous pourrez ainsi acheter l’arme qui vous fait envie depuis que vous avez vu Le Seigneur de Anneaux, acheter les lunettes steampunk de vos désirs. Vous retrouverez ainsi le travail de Calimacil, Fantastic Art, Palantoke, mais surtout vous trouverez de quoi faire vos propres armes et accessoires.

Epée Longue « Champion » Gold

Demi Plastron de cuir Berzerker avec epaulettes mercenaire

 

Landhelven : la fin d’une histoire en Août

Pourquoi ai-je choisi de vous parler de ce GN en particulier pourrait être une question raisonnable, et je vais tâcher d’y répondre. Landhelven, ou plus exactement la Genèse de Landhelven est un GN se basant sur des règles très proches des MMO dont vous avez sûrement l’habitude. Votre personnage évolue de manière toujours plus excitante et doit, tout comme dans les premières extensions de World of Warcraft, acheter une compétence et s’entraîner avec un maître de la compétence pour l’apprendre. C’est grâce à ce premier attrait qui le rapproche des jeux vidéo que je conseille ce GN. Et, en effet, suivant la spécialisation que vous prenez vous aurez accès à un certain arbre de compétences pour tendre vers le personnage que vous souhaitez.

La Genèse de Landhelven est ensuite un univers à part entière, c’est à dire qu’il y a une histoire énorme et peu facile à saisir, mais gratifiantes lorsqu’on découvre certains secrets. Dans ce GN, la place de l’univers est bien définie, mais elle ne représente pas un but. Certains joueurs vont se focaliser à tout connaître alors que d’autres vont plutôt se concentrer sur le côté progression, et d’autres encore sur la politique. Rien n’est préféré, le joueur est seul maître, et dès lors, vous n’avez pas l’impression que l’on vous impose une façon de jouer.

De part son côté progression par compétences, il est très facile pour les nouveaux joueurs de saisir la façon dont fonctionne ce jeu sans pour autant s’arrêter sur tous les points de règles épineux. Le but est de pouvoir très simplement engager un combat et avoir un dénouement avec le minimum d’efforts. C’est ainsi que pour attaquer vous n’aurez pas à lancer un dé pour toucher, puis un de dégâts, vous déclamez juste le montant de dégâts que votre arme est censée faire, et le joueur déduit ce montant de ces points de vie en tenant compte de son armure. Le fair-play est bien entendu de mise.

J’en viens enfin au point névralgique de ce jeu, La Genèse de Landhelven propose un système de morts très pratique pour les nouveaux joueurs. Dans beaucoup de GN la mort est définitive, mais dans ce monde vous ne mourrez jamais vraiment, vous perdez juste votre âme, dès lors si elle vous est restituée par un sort de résurrection ou une magie plus noire, vous vous réveillez tout simplement. Il n’y a donc aucune raison d’avoir peur de mourir, ou plus exactement de voir mourir son personnage. Mais en attendant que votre âme vous soit restituée, vous jouerez un personnage dit non joueur, c’est-à-dire un pré-tiré créé par les maîtres du jeu, et ce pas plus d’un certain temps. Le but n’est pas de vous punir, mais bel et bien de donner un sens roleplay à votre mort. Ainsi si votre période de personnage non joueur dure trop longtemps, ne vous inquiétez pas, l’un des big boss non-joueurs se sera débrouillé pour récupérer votre âme.

Venons en maintenant à « la fin d’une histoire ». La Genèse de Landhelven 7 : Le déchirement du voile sera le septième et vraisemblablement dernier chapitre d’une histoire qui dure depuis plus de 10 ans. De chapitres en chapitres les joueurs se sont déchirés pour survivre, certains ont continué leur personnage, d’autres n’ont eu de cesse d’essayer une nouvelle orientation. Mais l’histoire à continué, et ce dernier chapitre signe la fin d’une époque. Il durera pas moins de cinq jours, et au vu des circonstances il est fort à parier que les maîtres du jeu feront leur maximum pour proposer un final digne de mémoire. C’est pourquoi je suis intrigué par ce chapitre et que je le conseille. Il est fort à parier qu’il recèle la quintessence du GN tout en proposant une nouvelle expérience pour ceux qui s’y testeront pour la première fois.

La technologie au service du GN

Avant de terminer cet article, j’ai envie de parler d’un sujet sur lequel les GNistes, pratiquants du GN, ne sont pas tous d’accord : l’usage de la technologie au service du scénario. Pour ma part je trouve que c’est une évolution plus que naturelle au vu de l’époque où nous nous trouvons, et au vu des dernières technologies tout public, NFC, Hololens, Oculus Rift, etc. Je vous demande donc votre avis sur le sujet. La technologie doit-elle être exclue du GN ou au contraire doit-elle être utilisée, mais de façon déguisée pour ne pas perturber le jeu ?

Culture Geek
Plus Culture Geek