Ciné Séries

Une balade dans « Le labyrinthe »

Une balade dans « Le labyrinthe »

Critique du film «Le Labyrinthe » de Wes Ball

« Le labyrinthe » (The Maze Runner), qu’est-ce que c’est ? C’est un film d’aventure/action réalisé par Wes Ball sur base du premier tome de la trilogie littéraire « L’Épreuve » écrit par James Dashner en 2012. Encore une nouvelle trilogie annoncée sur base d’une œuvre littéraire, comme beaucoup d’autres grandes affiches actuelles (Hunger Games, Le Hobbit, Divergente…). Une recette d’ordinaire assez réussie et qui connaît souvent un franc succès lors de la diffusion du premier volet. Le Labyrinthe suivra-t-il donc le sillage glorieux de Katniss, Bilbo et autres Bella Swan ?

 

Le film

En tout cas, on ne pourra pas reprocher à ce film de traîner en longueur. Pas besoin d’introduction, car on rentre ici dans le vif du sujet et ce, dès les premières secondes du film.

Notre héros, joué par Dylan O’Brien (Teen Wolf, New Girl), se retrouve après quelques minutes mouvementées dans un ascenseur, perdu dans un endroit insolite, encerclé par d’immenses murailles. Autour de lui, une cinquantaine d’adolescents inconnus qui ne tardent pas à l’appeler « le nouveau ». Le jeune homme, amnésique, apprend rapidement qu’il fera maintenant partie de cette communauté restreinte, où l’entraide et la confiance demeurent les maître-mots. Rien de dramatique vu d’ici, si ce n’est que malgré tout, les habitants ignorent tous qui a pu les envoyer ici et surtout pourquoi, sans compter l’existence de ce mystérieux labyrinthe au-delà des murs et des créatures étranges et dangereuses qui y rôdent.

 

Attention aux spoilers sur le prochain paragraphe !

 

C’est par où la sortie ?

Il faut avouer que le synopsis était particulièrement accrocheur, et que cette situation initiale donne plutôt envie de connaître la suite. Malheureusement, ce potentiel certain sera bien vite assombri par quelques grosses faiblesses qui se chargent petit à petit de détruire le film. En premier lieu et pas des moindres, on notera que la galerie de personnages que nous propose le film est des plus clichée. Regardez bien, tout y est : le héros valeureux à l’allure d’élu, l’aventurière intrépide, le chef de bande sage et mesuré, le marginal mégalo, sans oublier le petit boulet de la bande qui se veut sûrement aussi attachant qu’il est prévisible. Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus, il y a même la petite séquence émotion avec l’histoire d’une petite statuette qu’a fabriqué un des protagonistes et dont la destinée (du protagoniste, pas de la statuette) ne fait aucun doute. La déception est donc de taille sur ce point, mais néanmoins, il serait cependant bien sévère de reporter la faute sur les acteurs qui, malgré un jeu plutôt stoïque, restent cependant assez convaincants. C’est donc avec un certain plaisir que l’on retrouve quelques visages connus tels que Kaya Scodelario (Le choc des Titans, True love), Aml Ameen (Le Majordome, Red tails) ou encore Thomas Brodie (Love Actually, Game of Thrones).

Pourquoi la magie n’opère donc pas ? Tout simplement parce qu’un bon jeu d’acteur ne suffit malheureusement pas, et que les dialogues, souvent prévisibles et parfois même risibles, se chargent de ternir les prestations des artistes.

Un autre point noir au film vient également titiller le spectateur de temps à autres, car oui, Le labyrinthe reste un film qui, malgré un début accrocheur, cumule les incohérences et les maladresses (pour ne citer que celle-ci : les créatures du dehors sont appelées « les griffeurs », et pourtant, ces petites bestioles hurlent, crachent, piquent (même très fort), mais à AUCUN moment, ne griffent. Pourquoi ? Un mystère…). Quant au cliffhanger final, il reste plutôt bien réalisé (sans être totalement étourdissant), mais il ne procure pas de réelle envie de connaître la suite de l’aventure.

 

THE MAZE RUNNER

Que reste-t-il à sauver ?

Malgré ces quelques faiblesses, n’enterrons pas tout de suite la réalisation de Wes Ball et penchons-nous sur les points plus positifs du film. Le labyrinthe offre tout au long du film une très belle prestation côté graphismes. Les décors sont très réussis, les murs et les cloisons du labyrinthe sont impressionnants de grandeur. À ce niveau-là, vous ne serez pas déçus. Les effets spéciaux sont globalement bons, et les créatures biomeca sont convaincantes. La musique, sans être transcendante, nous plonge quant à elle dans le rythme rapide du film qui ne permet par ailleurs pas de réellement s’ennuyer, puisqu’il n’y a pas réellement de temps morts. Quelques bons points pour un Labyrinthe néanmoins brouillon, et dont on se demanderait presque si les scénaristes et réalisateurs ne sont pas un peu perdus en route.

 

Ciné Séries
Plus Ciné Séries