Gadgets

La folie des drones

La folie des drones

Drones : liste des meilleurs drones, réglementation et problématique

C’est LE nouveau loisir hype : le pilotage de drones. En pleine polémique récemment suite au survol clandestin de 13 centrales nucléaires françaises par des drones, la vente de ces Objets Volants Parfaitement Identifiés explose néanmoins. En effet, les amateurs de modélisme se passionnent pour ces engins à hélices équipés de caméras et leur technologie reste abordable et évolue très rapidement. Quels sont les meilleurs appareils en termes de rapport qualité/prix ? Quelles sont les réglementations à respecter ? Quelle problématique cette nouvelle pratique soulève-t-elle ? Focus sur les drones.

Les meilleurs appareils

Rappelons déjà ce qu’est un drone. Je ne vous parle pas bien sûr de ces drones de combat ou d’espionnage qui ressemblent à de petits avions miniatures et utilisés par les gouvernements, mais bien de ces objets à hélices équipés de caméras comme l’AR Drone de Parrot que vous pouvez téléguider avec une tablette ou un smartphone Apple, ou bien une télécommande si vous souhaitez être plus précis.

Nouvel AR Drone 2.0 de Parrot, ça roxx !

Il existe actuellement 31 fabricants de drones référencés et plusieurs centaines de modèles différents, sans compter ceux que l’on peut fabriquer soi-même aussi facilement qu’un avion, hélicoptère ou bateau de modélisme. Et oui, car le vrai plaisir dans le modélisme n’est pas spécialement le pilotage mais aussi toute la phase de fabrication et de réglage ! Difficile de s’y retrouver dans cette jungle mais ne vous en faites pas, Cleek vous propose une liste de 5 drones amateurs au rapport qualité/prix imbattable :

  1. Le chouchou : Le Parrot AR Drone 2.0 : la base, environ 280 euros pour ce quadricoptère pilotable par smartphone ou tablette équipé d’une caméra en 720p. Vous avez le modèle d’intérieur avec les anneaux autour des hélices et le modèle d’extérieur sans les anneaux.
  2. L’avenir : Le Parrot BeBop sera disponible le 18 novembre et sera le digne successeur de l’AR Drone. Avec caméra full HD 180° et GPS embarqué. Un peu plus cher (500 euros) mais qui fera des ravages à sa sortie.
  3. Le pratique : Le Phantom II Vision + vous propose un support télécommande où vous pouvez imbriquer votre téléphone. Ergonomique et performant, un must du drone grand public pour 400 euros environ.
  4. Le mini : Le Walkera QR W100S est plus petit et robuste, mais aura une plus faible qualité d’image et une autonomie réduite à 10 minutes, pour la modique somme de 90-100 euros.
  5. Le sobre : Le GAUI 500X-S est un quadricoptère très sobre mais efficace pour 500 euros environ.

 

La réglementation

En France, nous sommes habitués aux lourdeurs administratives : c’est même un sport national. Et pouvoir piloter son drone relève presque du parcours du combattant. Si vous êtes professionnel et que vous vous servez d’un drone dans le cadre de votre activité, le drone doit être homologué par la Direction Générale de l’Aviation Civile, le pilote doit être détenteur d’une licence et tout vol doit être déclaré à la préfecture. Pour les amateurs, sachez que les vols en agglomération sont interdits et qu’il vaut mieux passer par un club d’aéromodélisme pour voler. Vous devez avoir votre appareil en vue et ne pas dépasser le plafond de 150 mètres de hauteur.

Et bien sûr, bien sûr : vous ne pouvez pas filmer une personne à son insu. Et c’est bien de cela que les gens ont peur. Je vous conseille à ce propos l’un des tout récents épisodes de South Park qui aborde ce sujet des drones (Saison 18, épisode 5) et qui caricature bien la psychose que certaines personnes développent lorsque l’on parle de drones. Rappelons aussi que le survol de certaines zones dans les aérodromes sont interdites, de même que celui des centrales nucléaires dans un périmètre de 5 kilomètres et jusqu’à 1000 mètres d’altitude. Toute infraction de ces règles est passible d’un an de prison et de 75 000 euros d’amende. Réfléchissez avant de voler !

Les drones : une menace ?

Ce qui fait le succès du drone, c’est-à-dire sa légèreté, son autonomie, sa discrétion, sa précision, fait également office de menace pour une partie non-négligeable de la population. Cela pourrait même devenir l’un des plus gros enjeux des prochaines années au niveau du respect de la vie privée. Les drones peuvent scruter et récolter des informations en toute impunité sur des kilomètres carrés sans être repérés mais il faut aussi se rappeler qu’ils peuvent devenir l’arme numéro 1 dans la lutte contre la criminalité. Il est logique que la peur entoure ce phénomène mais encore une fois, ce n’est pas l’objet en soi qui est dangereux, mais toujours l’utilisation qu’une personne mal intentionnée peut en faire. Il convient donc de réglementer comme a pu le faire la France et d’être intransigeant envers les abus, afin que ce loisir et cette avancée technologique importante en termes de surveillance ne deviennent pas la version moderne de Big Brother.

 

 

Gadgets
Plus Gadgets