Culture Geek

Geneva Gaming Convention : une première GGC réussie

Geneva Gaming Convention : une première GGC réussie

Geneva Gaming Convention : une première GGC réussie

 

Le week-end passé, du vendredi 7 octobre au dimanche 9 octobre s’est déroulée la première grosse convention du genre en Suisse romande : la Geneva Gaming Convention, ou GGC, que nous vous avions annoncée il y a quelques semaines lors d’une brève. Lors de l’annonce de cette nouvelle arrivante dans l’univers des conventions geek, et cela à quelques soixante kilomètres de mon domicile, je n’allais certainement pas laisser passer l’occasion ! Munie de mon pass presse, j’ai arpenté pendant une journée entière les planchers de la GGC et je vous livre aujourd’hui mes impressions.

Organisée entièrement bénévolement à l’aide d’associations et de collectifs locaux, la GGC a bénéficié de beaucoup de communication autour de l’événement et a ainsi pu décrocher des partenariats notamment avec le cablo-opérateur local Naxoo ou la chaîne de télévision genevoise Léman Bleu, ce qui a permis d’organiser un événement d’une certaine ampleur. Installé au centre des congrès de Palexpo, l’événement n’a certainement pas manqué de place. En effet, les 4 800m² d’espace entièrement dédié au salon n’ont pas été noirs de monde, comme l’on peut s’y attendre lors d’une première édition. Exposants, joueurs, cosplayeurs ou simple visiteurs, chacun a pu prendre ses aises et se déplacer librement sans craindre les bousculades, en plus d’avoir profité d’un vestiaire entièrement gratuit.

De nombreux stands accueillent les visiteurs à bras ouverts, notamment les jeux indépendants qui présentaient leurs créations avec passion et engouement, les écoles de design et de création de jeux vidéo qui partageaient volontiers leur savoir-faire et démontraient leur maîtrise des outils de création, mais également des stands d’animation où il était possible de tester le nouveau Htc Vive ou les consoles Sony. Une table de dédicaces siégeait également au salon avec des youtubeurs comme Le Chef Otaku (Menu manga), Mr Plouf (chroniques sur le jeu vidéo), et j’en passe. Malheureusement, le stand étant un peu caché dans un coin, il n’y a pas eu la foule qu’ils attendaient au vu des rangées de barrières inutiles.

 

Conférence de Pink Ward

 

Tout au long de l’exposition, la grande salle de conférence offrait du divertissement en continu grâce aux excellents intervenants qui se sont déplacés pour l’occasion. Pink Ward, l’association pour la mixité dans l’esport, a captivé le public tout en le sensibilisant au sexisme touchant les femmes, mais aussi les hommes et les transgenres au sein du milieu du jeu vidéo.
La foule a vibré en suivant attentivement les démonstrations de champions de speedrun commentées sur des jeux comme The Legend of Zelda, Mario ou Dark Souls pour ne citer que les plus connus. Enfin, le passage sur scène des cosplayeurs spécialement sélectionnés pour l’occasion a déclenché des tonnerres d’applaudissements saluant la prestance, le jeu d’acteur et bien entendu les qualités techniques des costumes de ces talentueux artistes.

La responsable des cosplayeurs, Émilie, m’a avoué que certains artistes avaient fait le déplacement spécialement pour la convention depuis la Pologne afin de régaler nos yeux avec leurs costumes. Hanabi no cosplay, une lyonnaise de 21 ans a accepté de me livrer les secrets du travail derrière son magnifique costume de Hecarim Arcade qui a fait sensation tout au long de la convention. « Ce costume m’a pris deux mois de travail, le premier pendant les week-ends uniquement, et le second à un rythme de dix heures par jour. » me révèle-t-elle le plus naturellement du monde sans tenir compte de mon regard hébété. Néanmoins, le résultat en vaut la peine, comme vous pourrez le constater en image plus bas.

 

 Le point de vue du LANeur

 

L’un des aspects encore non abordés dans cet article est la LAN organisée durant l’événement, débutant même avant l’ouverture au public de la convention. Mais qui de mieux placé qu’un joueur pour nous détailler la vie des joueurs dans leur habitat naturel ? David « Niks » Chaillou a été l’un d’entre eux et nous raconte son week-end de gamer.

 

 

Cette première convention genevoise s’annonçait prometteuse mais on peut discuter du timing de son ouverture puisqu’elle avait lieu en même temps que la Suisse Toy à Berne en Suisse Alémanique, qui est une LAN bien connue et qui regroupait un nombre impressionnant de joueurs. En moyenne, la convention n’a accueilli que 40% des joueurs au total et certains tournois ont été annulés.

Membre de la structure E-lvèts, j’ai pu participer au tournoi de League of Legends. Débarqué en nombre, les joueurs de la structure participent à beaucoup de jeux (CS:GO, Rocket League, HS ou Smash, entre autre) et nous avons formé un coin tout rouge dans la salle de LAN où ont régné la bonne humeur et la bonne ambiance.

 

 

Il est donc un peu triste d’arriver le samedi matin vers 8 heures et de trouver une immense salle à moitié vide. Une déception bien vite oubliée puisqu’on ne peut qu’être impressionné par la qualité des installations en général. En effet, la LAN a eu lieu dans les locaux de la PALEXPO (PALais des EXPOsitions et des congrès) à Genève (excusez du peu) et peut sans doute expliquer le timing étrange quand on sait que ces bâtiments accueillent des salons d’envergure internationale comme le salon de l’Automobile.

 

Salle de LAN GGC

 

Cette organisation a néanmoins un prix conséquent puisque le billet d’entrée visiteur était quand même de 15 Francs Suisses (à peu près 13 euros) et l’inscription au tournoi de League of Legends de 100 Francs  (à peu près 90 euros) ! Comment justifier cela ? En prenant soin de ses joueurs bien sûr ! Et de ce côté-là, le Staff de la GGC a régalé. Du vendredi au dimanche, des matelas étaient mis à disposition des joueurs ainsi que des douches. La nourriture était également à volonté à l’intérieur-même de la salle de LAN, disponible de 8h à 22h, la GGC nous a offert la possibilité de manger avec une association possédant le label de la Fourchette Verte. Pas de fast-food et de soda jour et nuit pendant cet évènement mais des repas équilibrés ! Mais jugez plutôt :

  • Vendredi soir : Pâtes à la bolognaise
  • Samedi midi : Riz et poulet au curry
  • Samedi soir : Lasagne végétarienne
  • Dimanche midi : Steak haché avec purée et carottes

Si on ajoute à cela du jus d’orange, du café et des pommes à volonté, un staff adorable et un chef au point, ça vous donne vraiment envie de manger équilibré, même pendant une LAN.

L’installation aussi était au poil,  difficile de dire néanmoins si la place qui nous étaient octroyée était due au manque de joueurs ou à la grandeur de la salle de la Palexpo, toujours est-il qu’on regrette presque de ne pas avoir pris son deuxième écran pour être parfaitement à l’aise. La connexion Internet était aussi parfaite, aucune plainte à signaler, ni déco ou petit lag à se mettre sous la dent, ce qui est très rare avec une LAN d’une telle ampleur.

Puis arrive la fin de la LAN, forts d’un 7/0 en poules et winner bracket, nous nous dirigeons en finale du tournoi sur scène ! Dans une petite salle de conférence de Palexpo pour jouer sur trois grands écrans devant 250 personnes. Là encore, le staff et la régie ont été très sympas pour nous mettre dans les meilleures conditions pour jouer. Analystes et casteurs nous ont même accompagnés pendant cette finale (perdue 0/2 face à une solide équipe française challenger) qui nous a permis de vivre une expérience assez incroyable devant ce public Suisse. Bien que très déçus par cette défaite, nous avons fini la LAN en beauté en posant pour un sponsor après les parties. Avec un chèque de 1 500 Francs Suisses en prime !

Un gros merci à la structure et aux joueurs E-lvèts mais aussi au staff de la GGC qui ont fait un boulot monstrueux pour cette première expérience Genevoise qui ne semble pas être la dernière si on en croit leur site…

 

Joueurs à la GGC

 

Jean-Philippe, alias Paeramore in-game est, lui, un joueur de Heartstone, le jeu de carte de chez Blizzard. « J’ai commencé sur PC comme beaucoup d’entre vous j’imagine, sur World of Warcraft, et j’ai tout naturellement essayé le jeu de carte dérivé, qui m’a beaucoup plu » nous explique-t-il avec enthousiasme « Je ne suis pas un joueur professionnel mais j’apprécie de pouvoir participer à un tournoi en LAN, accompagné de mes amis », selon lui, l’ambiance de ce genre d’événement est la raison majeure de la venue en masse de joueurs, et d’autant plus quand la LAN se déroule proche de chez soi.

« Pour l’instant, l’esport n’est que très peu développé ici par rapport à nos voisins français mais le but d’une structure comme la mienne (Qualitas Helvetica) est de promouvoir l’esport en Suisse, et nous ne sommes pas les seule à avoir ce rôle » indique Jean-Philippe, qui encourage les joueurs à s’engager pour leur passion afin que celle-ci se démocratise dans le pays et surtout dans les mentalités.

Au niveau de l’événement en lui-même, le joueur trouve que « Tout est très bien organisé, les transports, le matériel, mais surtout le confort des joueurs, qui est vraiment mis en avant » et ses compagnons acquiescent, ce qui promet une édition encore plus forte en émotions l’an prochain !

 

 Le point de vue du staff

 

« J’ai rencontré le directeur dans un regroupement Pokémon Go, et il m’a proposé de devenir la responsable de la partie cosplay » ce recrutement sortant de l’ordinaire est bel et bien réel dans le monde du gaming, qui regroupe des passionnés du même univers. De convention en convention, un réseau se tisse et les bénévoles acceptent avec le plus grand des plaisir de dédier leur week-end ou plus à l’organisation et veillent au bon déroulement du salon. Pour une première édition, Émilie estime que « C’est très réussi et tout se déroule plutôt bien, on a beaucoup de visiteurs » tout en gardant à l’esprit les autres conventions dans lesquelles elle officie, ce qui est donc un très bon présage pour la GGC. Malgré tout « Certains détails pourraient être améliorés, comme la place allouée à l’espace pour se restaurer. Ces fauteuils gonflables sont très confortables pour se reposer, mais pas pour y manger ».
Une belle réussite donc du coté du staff, que je remercie d’ailleurs d’avoir su trouver quelques minutes à me consacrer malgré le stress palpable dans l’atmosphère de leur coté.

 

 Le point de vue du cosplayeur


Hanabi no cosplay Hecarim

 

Et qu’en est-il du coté de nos spectaculaires invités, ? Paradant et posant pour des photos avec un naturel déconcertant, ils sont la cerise sur le gâteau de toute convention qui se respecte en donnant vie aux personnages de nos jeux ou mangas préférés pour nous imprégner encore plus dans cet univers geek que nous aimons tant. « Je réalise des cosplays, principalement de League of Legends, depuis trois ans maintenant, et mes compétences dans ce domaine s’améliorent de projet en projet » Hanabi no cosplay nous explique que ce loisir est bien plus que simplement prendre la pose dans un joli costume, cela implique un certain nombre de contraintes « Le déplacement est difficile avec deux mètres de jambes derrière soi, en plus des irritations dues aux attaches du costume et du problème de respiration à l’intérieur du casque, que j’ai oublié d’équiper d’aérations ».
« La Geneva Gaming Convention tombait très bien pour moi grâce notamment à la proximité, puis on m’a proposé de m’offrir les frais de déplacement, alors j’ai dit OK, vous avez un poney pour le week-end ! » sourit-elle en nous précisant qu’elle ne passe pas la totalité de l’événement dans son costume, pour des questions pratiques bien évidemment, en alternant une heure en cosplay et une heure sans. La GGC lui a permis de rencontrer des cosplayeurs tous très amicaux, ainsi qu’un staff aux petits soins pour eux et de présenter fièrement le résultat de ses deux mois de travail acharné au public présent à la convention. Son but pour la convention, s’amuser principalement, est donc largement atteint et elle reviendra sans aucun doute l’an prochain nous régaler avec sa nouvelle création.

 

Hanabi no cosplay Hecarim

 

Le point de vue de l’exposant

 

Étudiant en modélisation 3D et animation 3D, c’est à dire game artist, Mel, 23 ans, est exposant sur le stand de l’école SAE à Genève. Celle-ci regroupe plusieurs métiers de l’audiovisuel, de la production de musique aux effets spéciaux pour le cinéma, en passant par le jeu vidéo et présente les créations de ses élèves via des démontrations en live de leur savoir-faire.
Des conférences ont également lieu, « Lors de notre conférence, je présenterai avec mon groupe un walkthrough de notre niveau que nous avons entièrement modélisé en 3D » ces conférences sont données par des professeurs, des professionnels du milieu mais également des élèves qui présentent leurs projets de première ou de deuxième année.
« Beaucoup de visiteurs sont fascinés par les étapes de création que nous présentons, et on a une approche différente de celle d’un dessinateur par exemple grâce à l’art digital » le plus grand stand de la GGC accueille énormément de curieux mais également des professionnels. Beaucoup s’y sont également arrêtés afin de tester l’immersion grâce à un casque de réalité virtuelle qui était également animée par les étudiants de la SAE.
« Je n’ai malheureusement pas eu le temps de me promener à l’intérieur mais au vu du nombre de visiteurs, je pense que l’on peut déjà dire que la convention est une belle réussite » affirme-t-il en connaissance de cause, car baigné dans cet univers dès son plus jeune âge, il a une certaine expérience des conventions.

 

Exposant de la GGC

 

Bilan

 

Tous semblaient conquis, y compris les quelques curieux qui ne semblaient pas connaître le milieu. La salle de conférences était grandiose et impeccablement équipée, le tournoi s’est déroulé sans accroc et aucun incident majeur n’a été à déplorer pendant cette première GGC, ce qui relève de l’exploit. Excepté peut-être le manque de joueurs, dû à la date mal choisie, et le manque de stands de goodies (ce qui n’est pas pour déplaire à mon porte monnaie, je vous l’avoue) qui était peut-être également dû à la date et au fait que tous les exposants et vendeurs potentiels soient à la convention de Berne, la GGC était un franc succès et tout le monde semble unanime sur ce point.

Après un week-end chargé, il est temps pour tout le monde de remballer ses affaires, son PC ou son costume et de rentrer prendre du repos bien mérité. À LANée prochaine !

 

Scène de la GGC

Culture Geek
Cliquer pour ajouter un commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus Culture Geek