Test et avis sur le Pocketalk

Sommaire

L’utilisation est assez simple et intuitive. Il s’utilise grâce à une petite carte SIM sans abonnement et fonctionne dans plus de 130 pays durant 2 ans, et peut se connecter en Wifi chez vous au besoin. La batterie est prévue pour durer très longtemps avec une autonomie en traduction de 4,5 heures et une autonomie en veille de 5,5 jours.

Heureusement, l’appareil se charge vite, en 105 minutes !

Il y a plusieurs modes possibles utilisables :

Le premier mode est celui qui utilise le micro. En arrivant sur le menu principal vous avez la possibilité de choisir la première langue dans laquelle vous allez parler ou écouter et celle dans laquelle vous voulez que l’appareil traduise. Vous pouvez chercher dans la liste en faisant dérouler ou en le disant au micro. Vous pourrez ensuite switcher grâce à la flèche du milieu entre les deux langues !

Je n’ai pas remarqué de gros problèmes particuliers, la détection de voix est assez fiable et marche même si l’appareil est à bout de bras (pratique dans le cadre d’une conversation du coup). Pour cela, vous avez simplement à appuyer sur le bouton du milieu et parler !

De plus, il peut même reconnaître et traduire les expressions connues de façon intelligentes. Exemple : « il pleut des cordes » devient « it’s raining cats and dogs ».

Pocketalk S

 

Le second mode utilise la caméra pour traduire un texte ou une affiche que vous prenez en photo. De ce côté j’ai noté que s’il y avait des écritures un peu particulières ou du texte qui va souvent à la ligne, il pouvait avoir du mal à tout traduire correctement.

Néanmoins sur des pages de texte, comme un livre ou une ligne sur une notice par exemple, votre appareil est très réactif et se débrouille très bien.

Vous devriez regarder aussi ça :
Webtoon rafraichissant : My Giant Nerd Boyfriend de fishball !

Le petit bémol est que s’il y a deux langues différentes, en mode de détection automatique, le Pocketalk ne va traduire qu’une seule langue et laisser l’autre dans sa langue originale, ce qui est dommage.

Une fois le texte traduit vous avez la possibilité de changer le mode d’affichage pour qu’il s’aligne avec le texte traduit (pratique pour connaître la traduction de chaque mot par exemple).

Vous avez aussi un mode jeu de rôle, qui vous permet de vous entraîner à l’anglais et au chinois à travers des mises en situation comme sortir de l’aéroport pour se rendre à l’hôtel par exemple.

Vous pouvez aussi profiter du convertisseur d’unités. Vous pourrez ainsi l’utiliser pour faire la conversion de monnaies, les conversions de longueur, de poids et de températures ! Plus besoin d’utiliser votre téléphone pour ça du coup, ce qui est plutôt pratique, vous en conviendrez !

Dans le menu principal vous pouvez aussi accéder à une section médailles, qui concrétisent simplement votre utilisation de l’appareil, à une bêta de traduction mains libre (sans utiliser le bouton pour parler).

Enfin, vous pourrez aussi utiliser la traduction de groupe et vous connecter à plusieurs Pocketalk.

Depuis le menu vous avez accès aux paramètres qui vous permettent de régler l’accès au wifi, au Bluetooth, le niveau sonore, le niveau de luminosité, la taille de police et les mises à jour.

Pocketalk S

 

Un point négatif que j’ai noté durant l’utilisation c’est que le tactile n’est pas forcément toujours très précis ou réactif, ce qui peut rendre l’utilisation un peu laborieuse par moment surtout quand il faut utiliser les touches sur les côtés (accès au menu, touche retour)…

Accueil Blog

Aucun article à afficher