La colonisation de Mars dans les œuvres de fiction

La colonisation de Mars dans les œuvres de fiction

La colonisation de Mars, c’est quelque chose dont l’être humain a toujours rêvé et dont il rêve encore aujourd’hui. En effet, vous n’êtes pas sans savoir que Elon Musk prévoit activement d’envoyer des hommes sur la fameuse planète rouge avec près de 1 million de personnes annoncé d’ici à 2050. Mais là n’est pas la question aujourd’hui. Dans la culture de manière générale, de nombreuses œuvres évoquent la colonisation de cette fameuse planète tellurique. C’est donc ce dont nous allons parler ce jour, de la colonisation de mars dans les œuvres de fiction. Nous parlerons bien évidemment de jeux vidéo, de séries, de films mais aussi de mangas et de BD pour illustrer nos propos.

Alors, c’est parti !

Une colonisation réaliste de Mars avec la série Mars et le film Seul sur Mars

La série Mars (produite par National Geographic) par Ron Howard et Brian Grazer explique en détails, et entremêlée de témoignages de vrais scientifiques, comment il serait possible de coloniser la planète Mars. Au début de la série, on voit la préparation de l’équipage et du matériel en vue de cette aventure. L’objectif est de poser leur vaisseau dans une crevasse où ils pourraient potentiellement trouver de l’eau pour établir leur base. Bien évidemment, tout ne se passera pas comme prévu. Après un certain nombre de mésaventures, nos héros arriveront à l’endroit voulu. Ils y trouveront de l’eau sous forme de glace qu’ils exploiteront pour monter un camp. Petit à petit, ils arriveront à mettre en place des sortes d’habitations à la surface de la planète qui leur permettront de vivre normalement (sans combinaison). Ils feront même pousser des plantes afin d’être auto-suffisants. Au fur et à mesure, de nouveaux venus viendront vivre sur Mars et ainsi continuer à développer la planète. De même, des entreprises viendront s’implanter afin de récolter des ressources minières. Cela ne plaira pas au groupe initial qui était venu-là dans un but clairement scientifique. En parallèle de cela, de la vie sera découverte sur la planète rouge, sous la forme de microbes. On apprendra également que la naissance d’enfants sur Mars sera même possible.

Au final, cette série nous montre une évolution plutôt cohérente, sur plusieurs décennies de comment l’humanité pourrait prendre ses marques sur Mars et y vivre normalement.

Du côté de Seul sur Mars, nous sommes en 2035 et nous suivrons les aventures de Mark Watney, un botaniste laissé seul sur la planète rouge suite à une tempête qui a poussé le reste des membres de la mission à s’enfuir de Mars en le pensant mort. Ce film, a été réalisé par le fameux Ridley Scott. Il est tiré du roman de science-fiction du même nom de l’auteur américain Andy Weir. Dans cette œuvre, nous trouvons une base a été mise en place sur Mars permettant de faire vivre un groupe de 6 personnes sur la planète rouge pendant près d’un mois. Dans ce film, aucune terraformation n’a encore été lancée. On y  trouve une équipe sur les débuts de la colonisation de la planète, on en est à ses balbutiements. Le botaniste en question arrive, en utilisant de la terre martienne, ainsi que des déjections humaines à faire pousser des pommes de terre pour pouvoir survivre.

La colonisation de l’horreur avec Terra Formars

Au début de l’œuvre, l’univers de Terra Formars (édité par Kazé), imaginé par Tachibana Kenichi et dessiné par Sasuga Yû nous montre vraiment une colonisation de la planète Mars horrifique. En effet, dans ce manga, l’humanité, dans l’espoir de terraformer Mars, envoie des cafards, insectes très résistants, et du lichen, pour évoluer sur cette planète. Leur but est d’absorber la chaleur du soleil, et ainsi réchauffer l’atmosphère. En 2557, la terraformation doit arriver à son terme et des hommes sont envoyés sur place pour vérifier. Malheureusement, les cafards se sont trop bien adaptés à Mars et sont devenus des géants humanoïdes très puissants. La quasi totalité de l’équipe de Bugs 1 est alors décimée.

Une quarantaine d’années plus tard, une seconde équipe (Bugs 2) est envoyée cette fois-ci pour éliminer les cafards mutants. Cette fois-ci, l’équipage est préparé et a subi des modifications génétiques pour les rendre plus forts. Nous suivons l’histoire à partir de l’année 2619 où une troisième équipe est envoyée sur place pour continuer l’élimination des cafards. Toutefois, ils se rendent compte avec effroi que les cafards ont continué à muter en récupérant le corps de l’équipage des membres de Bugs 2. Ils n’ont plus affaire à de simples cafards géants mais à des monstres génétiquement modifiés. Sur place, c’est une nouvelle fois l’hécatombe. Bref, ici non plus, ce n’est pas un univers très attractif où il fait bon vivre !

Un clin d’œil à la colonisation de l’Australie avec la BD On Mars

La BD On Mars a été imaginée par Sylvain Runberg et dessinée par Grun. On l’a retrouve chez les éditions Daniel Maghen. Ici, nous avons affaire à un univers assez sombre et pessimiste. En effet, la Terre arrive au bout du rouleau et l’humanité tente de terraformer la planète Mars pour pouvoir y vivre. Pour ce faire, des arbres génétiquement modifiés sont plantés pour produire plus d’oxygène. En parallèle, les prisonniers ayant une peine supérieure à 5 ans sur Terre, sont envoyés dans des camps de travail pour planter ces fameux arbres mais aussi creuser des tranchées pour amener de l’eau, entre autres. Les détenus sont traités comme des esclaves. Ils travaillent toute la journée, n’ont le droit qu’à 10 minutes de pause déjeuner et ne peuvent prendre de douche que tous les 3 jours dans des grandes salles communes. Leur tâche est en plus ralentie par une sorte de secte religieuse qui pose des explosifs sous les tranchées pour saboter leur travail.

Cet univers peut nous rappeler la colonisation de l’Australie à son époque où un camp pénitentiaire fut mis en place dans ce qui est aujourd’hui l’état Nouvelle-Galles du Sud.

La fin de cette BD n’est pas heureuse, elle n’est pas glorieuse non plus. Tout le monde meurt sur la planète, tués par des nécrodrones hackés par un déporté présent sur Mars. C’était un homme avec des tendances suicidaires. Quand il a pu s’approprier ces machines, il en a fait quelque chose de sanglant puisqu’elles ont éradiqué tous les humains présents sur Mars. Au final, la planète est « colonisée » par ces machines qui tuent tout ce qui est humain. Les animaux amenés sur place vivent par contre librement.

Une planète magnifique à l’image de Venise dans Aria

Aria, c’est un manga imaginé par Kozue Amano. Actuellement, il est édité par Ki-oon dans une magnifique nouvelle édition « The masterpiece », anciennement il était édité par Kami. Dans cette œuvre, nous nous trouvons sur la planète Aqua, anciennement Mars. Au moment où se déroule l’histoire, on apprend que la terraformation de Mars s’est achevée il y a près de 150 ans. La glace de la calotte a fondu et a recouvert 90% de la planète d’eau. Par la suite, une cité portuaire nommée Neo-Venezia a été bâtie à l’image de Venise. On y trouve donc une ville à l’aspect ancien parcourue de canaux remplis d’eau. Sur Aqua, la planète fait sa révolution en 24 heures, comme la Terre mais, il lui faut près de 24 mois pour tourner autour du soleil. Toutes les saisons sont donc deux fois plus longues sur cette dernière à cause de son éloignement du soleil.

Dans Aria, Mars est devenue une magnifique planète recouverte d’eau. On y fait bon vivre et beaucoup de touristes viennent la visiter. Du coup ils sont obligés de gérer le climat (car plus froid sur Mars) à l’aide de la technologie présente sur les îles suspendues et des employés nommés des salamandres. Cet univers est très fantastique mais cela fait clairement rêver. Là-bas, les ondines (des jeunes femmes qui gèrent les gondoles) sont indispensables pour pouvoir se déplacer sur cette planète quasiment intégralement recouverte d’eau.

 

Total Recall et Doom : faites place aux ressources et au profit

Le film Total Recall sorti en 1990 par Paul Verhoeven est un film assez connu puisqu’il regroupe un certain « panel » des acteurs de l’époque. On y retrouve notamment Arnold Schwarzenegger mais aussi Sharon Stone ou encore Dean Norris. Dans ce film, nous suivons un homme (Douglas Quaid) qui fait le même rêve toutes les nuits. Dans une volonté de comprendre ce qui lui arrive, il décide de se faire implanter un souvenir chez Rekall. Là-bas tout ne se passe pas comme prévu et ses souvenirs lui reviennent. Il est en réalité une sorte d’agent secret qui a découvert un lourd secret sur la planète Mars.

Dans ce film, on se rend compte qu’une grosse entreprise se fait clairement de l’argent sur les pauvres habitants de la planète en leur fournissant de l’air. Cette dernière possède une technologie qui permettrait de terra former la planète en transformant la calotte glacière en une atmosphère respirable gratuitement de tous.

Au contraire dans le jeu vidéo Doom, la planète Mars est utilisée pour traiter des déchets radioactifs. De même, ils utilisent cette planète pour faire des expériences scientifiques pour ouvrir des portails de téléportation. Malheureusement, tout ne se passera pas comme prévu… Ces derniers ouvrent une porte menant vers l’Enfer et des monstres/démons commencent à se déverser sur Mars. Dans cet univers, Mars est une sorte de poubelle et en même temps un lieu où les scientifiques peuvent se permettre de faire ce qu’ils veulent, sans conséquences… Ou pas.

Conclusion

L’idée de pouvoir vivre sur la planète Mars est un rêve pour certains d’entre nous. Certains sont très pessimistes à cette idée, nous l’avons vu avec la BD On Mars ou bien encore dans Doom. D’autres se l’imaginent féerique comme avec Aria. Les scientifiques tentent aussi de nous montrer que cela devient de plus en plus possible, avec la série Mars ou bien le film Seul sur Mars. Malheureusement, dans beaucoup d’œuvres, les auteurs se veulent à penser que accéder à Mars est une nécessité pour nous autres car la terre arrive à bout de force. Finalement, ne vaudrait-il pas mieux concentrer toute notre technologie pour préserver notre belle planète plutôt que de penser à fuir ailleurs dans l’espace ?

Et vous, comment imaginez-vous la colonisation de la planète rouge ? Quelle est votre œuvre favorite sur le sujet ?


Support :

  • Série Mars par Ron Howard et Brian Grazer pour National Geographic
  • Manga Terraformars par Tachibana Kenichi / Sasuga Yû édité par Kazé
  • Manga Aria par Kozue Amano actuellement édité par Ki-oon
  • Jeu vidéo Doom par Bethesda / Id Software
  • BD On Mars par Sylvain Runberg et Grün, édité par Daniel Maghen
  • Film Total Recall de Paul Verhoeven sorti en 1990
  • Film Seul sur Mars par Ridley Scott sorti en 2015

Ailleurs sur le web

Ailleurs sur le web

Alan Grant:
En relation