Critique – Berserk of Gluttony par Ichika Isshiki

Critique – Berserk of Gluttony par Ichika Isshiki

Aujourd’hui, nous sommes le 30 avril 2021, et c’est le jour de la sortie du premier tome de la light novel Berserk of Gluttony écrite par Ichika Isshiki et illustrée par Fame. Ce livre est édité par Mahō. Ils proposent maintenant un certain panel d’œuvres, telles que Les enfants de Gorre, Blackfury ou encore 9 Lives Man. D’ailleurs, pour ceux qui l’attendent, le tome 2 de Les enfants de Gorre arrive très bientôt.

Berserk of Gluttony, c’est une light novel de 284 pages abordable à partir de 12 ans. C’est un shonen (pour jeunes adolescents) comme pouvait l’être Les enfants de Gorre. Sur certains points, nous avons trouvé que cela rappelait fortement le sous genre : dark fantasy. Sinon, nous aurons le droit à 7 tomes pour suivre les aventures de Fate et de Roxy. On trouve donc le tout premier tome en librairie au tarif de 13,80 €.

Avant de commencer cet article, on vous laisse avec la vidéo trailer de Mahō qui nous présente cette nouvelle histoire.

 

Un petit mot sur l’auteur et l’illustrateur

Ichika Isshiki :

Ichika Isshiki est un cadre habitant la préfecture d’Okayama dans la région de Chūgoku au Japon. Malheureusement, nous n’en savons pas beaucoup plus sur cet auteur. On sait toutefois, qu’à l’origine Berserk of Gluttony était un « web-roman » publié sur le net. La version papier de cette histoire est en fait une version revisitée de cette dernière.

Fame :

Tout comme pour l’auteur de Berserk of Gluttony, nous n’avons malheureusement pas d’éléments sur Fame. On sait juste qu’il est japonais et que l’illustration de cette light novel était sa première. Mais au vu de la qualité de ses dessins, on espère bien que ce ne sera pas la dernière ! Depuis, il a eu l’occasion de s’occuper des dessins de trois autres œuvres japonaises :

  • Sekai Saisoku no Level Up ouThe World’s Fastest Level Up

  • Kamigami ni Sodaterare Shimo no, Saikyou to Naru ou A boy raised by gods will be the strongest

  • Seijo-sama wo Amayakashitai! Tadashi Yuusha, Omae wa Dame da 

 

Résumé de Berserk of Gluttony

Dans ce premier tome de Berserk of Gluttony, nous suivons les aventures de Fate, un jeune homme doté d’une faculté bien particulière : la gloutonnerie. Pour lui, cette dernière est une horreur au quotidien puisqu’il se sent constamment affamé. Il vit dans la pauvreté et travaille dur en tant que gardien du château. Il ne mange pas à sa faim et se trouve même maltraité par ses employeurs. Il n’a aucune perspective d’avenir. Bref, la vie est dure pour le jeune garçon.

Un jour, lors d’une garde, il tue quelqu’un. C’est là que sa compétence de gloutonnerie s’active pour la première fois. Il assimile, grâce à cette dernière, les compétences de son adversaire. C’est comme s’il dévorait son âme et s’appropriait les facultés nominatives de son ennemi mais aussi ses différences forces, magies etc. C’est ainsi qu’il est recruté pour travailler sous les ordres de Roxy Hart, une sainte chevalier, qu’il apprécie et respecte beaucoup.

Le jour, il devra s’occuper du domaine des Hart et la nuit satisfaire sa gloutonnerie en éliminant des monstres. C’est ainsi que le jeune Fate débute deux vies distinctes pour protéger Roxy d’une part et d’autre part ne pas sombrer dans la folie à cause de la faim que lui procure sa gloutonnerie.

Parlons des illustrations

L’illustrateur Fame, dont nous avons parlé plus haut, s’est occupé des dessins/illustrations de Berserk of Gluttony. Elles sont d’après nous clairement réussis. Dès le départ, quand j’ai eu le livre entre les mains, la première de couverture m’a rappelé le couple Asuna/Kirito dans le fameux manga/animé Sword art Online. Ne serait-ce que la tenue de Roxy qui rappelle beaucoup celle que porte Asuna, hormis les couleurs qui diffèrent, bleu et blanc dans Berserk of Gluttony contre rouge et blanc dans SAO. De plus, l’aspect RPG global de cette œuvre peut véritablement faire un gros clin d’œil à cet univers très vaste.

Sur le second dessin que vous pouvez voir ci-dessous, les mouvements de l’épée de Fate sont très bien représentés par tous les traits qui sont très présents sur cette illustration en particulier.

De plus, sur l’un des dessins (le troisième que l’on aperçoit ci-dessous), où Fate est en proie à sa gloutonnerie, son œil brille dans le noir. Cela m’a fortement rappelé le personnage principal (Ken Kaneki) du manga Tokyo Ghoul où le protagoniste possède un seul et unique œil de goule qui est noir et rouge, à l’instar de Fate dans ce passage de Berserk of Gluttony.

En bref, j’ai trouvé que l’illustrateur avait bien réussi à transmettre les émotions et les situations dans lesquels les personnages se trouvaient au cours de l’histoire. Cela donne une bonne image de ce que l’on est en train de lire et j’ai beaucoup aimé.

 

Notre avis

Berserk of Gluttony est une petite light novel de moins de 300 pages. On est loin ici du format du premier tome de Les enfants de Gorre dont j’ai récemment fait la critique. Toutefois, cela ne m’a pas empêché de dévorer le nouveau livre édité par Mahō. En effet, en moins de 4 jours, pour ma part, il était déjà terminé !

J’ai beaucoup aimé l’évolution de ce personnage qui est présenté comme un moins que rien au début de l’histoire. Il n’a pas un sous, ne mange pas à sa faim et vit une vie très difficile. Il est maltraité par ses employeurs (des saints chevaliers) et ils le battent parfois en le laissant pour mort. Il travaille de temps à autre avec un autre saint chevalier, dame Roxy, qu’il apprécie et respecte beaucoup. Visiblement, cela semble réciproque. Sa vie change du tout au tout, quand il prévient Roxy que des malfrats veulent s’attaquer à elle pendant sa garde. Alors que l’un d’eux tente de s’échapper, Fate le tue. C’est à ce moment que la faculté de gloutonnerie de ce dernier s’active pour la première fois. En plus de gagner de nombreux points en constitution, force, magie… il récupère la compétence de son ennemi. Bizarrement il se sent aussi repu pour la première fois de sa vie. On comprend dès lors que sa gloutonnerie lui permet de s’accaparer tous les points et compétences de ses adversaires.

L’aspect RPG que l’on voit au fil des pages est vraiment prenant. On voit les caractéristiques de Fate monter au fur et à mesure des monstres qu’il combat. Son pouvoir le bloque toutefois au niveau 1 bien que sa force, sa magie et tout le reste continue de grimper. Il passe donc au début de l’histoire pour un nul lorsqu’il sort pour combattre les gobelins aux alentours de la ville. C’est assez « drôle » car personne ne se doute du pouvoir qu’il a. Il a beau être au level 1, il arrive à plus de 200 000 points à un moment donné de l’histoire. Personnellement, j’ai beaucoup aimé cet aspect, cela m’a rappelé les fameux livres de notre enfance, le livre dont on est le héros où l’on note nos caractéristiques.

J’ai vu quelques clins d’œil à l’univers de Sword Art Online et de Tokyo Ghoul, je ne sais pas si c’était volontaire ou pas de l’illustrateur, mais ces dessins m’ont fortement rappelé ces mangas que j’ai particulièrement apprécié.

Pour une fois, j’ai aussi beaucoup aimé l’évolution de Fate. C’est quelqu’un de foncièrement gentil. Il aide à deux reprises des personnes dans le besoin, en mettant même sa vie en danger dans l’un des cas. Toutefois, quand il se retrouve à combattre l’un des saint chevalier qui le maltraitait par le passé, il prend un malin plaisir à le torturer et finalement le tuer. Et il ne compte pas s’arrêter là puisqu’il a prévu de se venger des autres aussi. C’est plus réaliste je trouve que certains mangas où le héros pardonne constamment à ses ennemis. On pense par exemple à Naruto où c’est flagrant.

Pour terminer, j’ai vraiment hâte de pouvoir lire le second tome de cette nouvelle light novel édité par Mahō ! 7 tomes sont pour le moment sortis au Japon, j’attends vraiment de voir où va nous mener l’histoire de Ichika Isshiki. J’aimerai voir Fate devenir plus sombre encore dans les prochains tomes et avide de puissance puisque sa gloutonnerie n’est pas censée s’amenuiser, bien au contraire. Peut-être sera-t-il ramené à la raison par Roxy ou au contraire, lui fera-t-il du mal ? Dans tous les cas, je pense qu’il sera amené à combattre le puissant dragon qui a tué le père de la jeune femme. La suite risque de mal se passer car visiblement il s’agit-là de l’une des créatures les plus puissantes de l’univers de Berserk of Gluttony. Comment va-t-il pouvoir se « nourrir » d’âmes plus faibles après cela ?

Bref, difficile donc ce donner un avis véritable sur cette œuvre puisqu’elle n’est pas finie. Il n’empêche que j’ai hâte de lire la suite.

Merci à Mahō pour l’envoi de Berserk of Gluttony et des petits goodies ! 

Ailleurs sur le web

Ailleurs sur le web

Alan Grant:
En relation