Culture Geek

Le camping pour les geeks

Le camping pour les geeks

Hors-série « Road Trip in USA », avec cette semaine : le camping pour les geeks !

 

Notre génération a su se réapproprier la notion de camping en y ajoutant quelques petites choses. Le camping 2.0 se prépare et nous donne des possibilités que beaucoup n’avaient pas il y a encore quelques années. Si, comme moi, vous êtes un novice en matière de camping, vous irez probablement faire le plein d’infos utiles sur internet comme tout geek qui se respecte.

Oubliez les campings avec mobil-home tout équipé, il s’agira ici de « vrai » camping, celui avec tente, réchaud, sac de couchage, douches inexistantes, etc. Certes, le manque de confort est probablement LE point négatif du camping… mais il comporte bien plus de points positifs que l’on pourrait imaginer. Tout d’abord, c’est de loin beaucoup moins cher qu’un hôtel. Vous êtes également déjà sur place dès le matin pour faire vos randonnées et vous vous réveillez dans des endroits magiques.

Des lieux magnifiques en effet, car en guise de première fois, j’ai eu le privilège d’aller à Yosemite National Park pour la première nuit, et à Sequoia National Park pour la seconde. Voici donc à quoi ressemble le camping vu par des geeks.

 

Cascade à Yosemite

Cascade à Yosemite

 

La préparation

 

Faire du camping, ça se prépare. Il faut connaître son itinéraire, le camping où l’on veut dormir, les commodités du camping (s’il y en a) et bien penser à ce dont on va avoir besoin. L’endroit où vous séjournerez déterminera ce que vous devez emmener avec vous. Par exemple, si le campground où vous vous rendez vous permet de laisser votre voiture à votre emplacement, vous pouvez remplir votre coffre sans vous soucier du poids que vous aurez à porter.

Il est nécessaire de toujours prévoir un parapluie et un anorak, au cas où la météo serait capricieuse. Quand on est geek, on ne part jamais sans avoir une batterie externe pour recharger ses appareils électroniques. Nous étions quatre, nous avions donc quatre batteries externes. Pensez également au chargeur pour la voiture qui vous servira toujours. Si votre route est longue, un câble jack est toujours appréciable pour écouter votre musique et non pas la radio qui, aux USA, se résume bien souvent à de la musique mexicaine ou à de la country.

Il y a des petits « plus » assez sympa à avoir lorsqu’on part en camping, comme un réchaud qui sert en tout temps, mais aussi par exemple une douche solaire – nous l’avons achetée avant de partir mais nous n’avons pas pu nous en servir puisque nous n’avons pas dépassés les 15 degrés et que nous avons eu de la pluie les trois quarts du temps… Hé oui, c’est aussi ça le camping.

 

Le réchaud que tout camper apprécie !

Le réchaud que tout camper apprécie !

 

Le must est de partir avec une tente, des sacs de couchage qui vous tiendront bien au chaud ainsi qu’avec des matelas gonflables (n’oubliez pas la pompe). Faîtes également vos courses avant de partir. Si vous avez un réchaud, n’hésitez pas à prendre des boîtes de conserve : un repas chaud au beau milieu de nul part est toujours appréciable quand vous êtes congelés. Une glacière est également préférable si par exemple vous souhaitez vous faire des saucisses au coin du feu, avoir de l’eau ou des bières bien fraîches.

Aux USA, vous ne pouvez pas ramasser du bois directement dans les parcs nationaux, vous devez donc en acheter dans les magasins de la région. C’est une très bonne idée de faire un feu. Premièrement, ça vous tient au chaud et vous permet de vous faire à manger, mais le feu apporte également de la luminosité car croyez moi, dans la forêt, la nuit est bien noire. Autre petit conseil, prenez avec vous une lampe frontale. Vous aurez ainsi les mains libres et pourrez voir où vous mettez les pieds.

C’est seulement après avoir fait un Tetris de la mort dans le coffre de votre voiture que vous serez fin prêt à prendre la route.

 

Je crois qu'on a tout...

Je crois qu’on a tout…

 

Le camping : de la théorie à la pratique

 

Après des heures et des heures de route, après être passés de la ville au désert, du désert à la forêt, nous voilà enfin arrivés à Yosemite National Park. En bon geeks qui se respectent, nous avions réservé notre emplacement au campground Tuolumne Meadows directement sur internet pour gagner du temps. Essayez toujours d’arriver avant la nuit sur votre campement car monter votre tente, faire votre feu et gonfler vos matelas en pleine nuit ce n’est vraiment pas drôle, croyez-moi…

 

Notre "chambre" de fortune !

Notre « chambre » de fortune !

 

Si vous campez à Yosemite par exemple, vous devrez respecter les règles du parc, sinon, ce sera à vos risques et périls. Vous devrez déposer toute votre nourriture, vos produits d’hygiène et vos boissons dans des bear box, des sortes de grosses caisses métalliques afin d’éviter que les ours ne viennent tout manger. Rassurant, n’est-ce pas ? Si vous ne le faîtes pas, vous prenez le risque d’attirer des ours, de vous faire attaquer accessoirement, et vous vous exposez à une amende de 5 000 dollars. Alors les bear box, c’est sans chipoter.

Une fois bien installés, votre camp monté, vous n’avez plus qu’à savourer votre repas au coin du feu, à faire une partie de cartes entre amis, puis à aller vous coucher. Il fait vraiment nuit noire dans ce genre d’endroit, le moindre petit bruit vous fait sursauter, surtout quand vous savez que le risque de croiser un ours ou un coyote est grand. Et il fait froid, tellement froid. Même en plein mois de juin, nous avons vécu une des nuits les plus froides de notre existence. Pour ne rien arranger, la pluie s’est abattue sur Yosemite vers les cinq heures du matin… L’humidité n’a rien arrangé mais nous avons tout de même eu de la chance car notre tente a vraiment tenu le coup et nous sommes restés au sec.

 

Les nouilles au poulet, le repas des braves !

Les nouilles au poulet, le repas des braves !

 

Vient ensuite le moment de remballer le camp sous la pluie et le froid ; et c’est là que la question se pose : comment faire nos randonnées avec une telle pluie ? Dans ce genre de cas, vous prenez la voiture et profitez comme ça, en s’arrêtant à des points de vue et en admirant le paysage tout en cherchant des animaux – à Yosemite ce n’est pas ce qui manque ! Nous avons vu un nombre incalculable de biches, des marmottes, des castors, d’écureuils en veux-tu en voilà, nous avons même vu un coyote lorsque nous étions sur la route en plein désert, avant d’arriver dans la ville de Bishop. Nous n’avons malheureusement (ou heureusement ?) pas vu d’ours, juste entendu des gens crier dans le campground la première nuit, pour en faire partir un qui avait dû venir leur faire un petit coucou.

 

Petites biches au calme à Soda Spring, Yosémite

Petites biches au calme à Soda Spring, Yosémite

 

Bien que Yosemite soit un endroit très touristique, vous aurez très souvent l’impression d’être seul au monde. Sans réseau, ni électricité, ni eau courante bien souvent, les nuits sont silencieuses et noires… mais vous pouvez toujours prendre une enceinte portable pour vos soirées au coin du feu. Nous avons mangé des nouilles en boîtes, probablement les meilleurs nouilles de notre vie tant nous étions contents de manger un repas chaud !

Si le premier soir nous n’avons malheureusement pas pu voir les étoiles en raison du temps couvert, le deuxième soir, à Sequoia National Park, le ciel était clair et les villes bien lointaines, nous proposant alors un spectacle magnifique. Pour identifier toutes les étoiles, vous pouvez utiliser Google Sky avec votre smarthone : l’application vous dira précisément ce que vous êtes entrain de regarder. C’est d’ailleurs lors de cette seconde et dernière nuit que nous avons dû monter notre camp à 23 heures, en pleine nuit. Ce n’est pas pratique du tout, d’où le fait d’essayer d’arriver le plus tôt possible.

Le risque de tomber sur des ours à Sequoia est moins grand, notre second campground ne disposait donc pas de bear box. Ce n’est pas pour autant que nous nous sentions en sécurité… Afin d’éviter tout problème pour notre voiture, nous avons laissé toute notre nourriture sur la table de pique-nique, juste à côté de notre tente. Nous n’aurions pas eu l’air malin si un ours avait totalement désossé notre voiture, alors que nous étions tout simplement les seuls et uniques habitants du campground en comptant le garde ! Au petit matin, toute la forêt s’est réveillée et nous a offert un vrai concert ! Oiseaux et autres animaux ont chanté pour fêter l’arrivée du soleil, nous réveillant par la même occasion. Ce sont surtout les deux écureuils nichés dans les arbres au dessus de nous se bagarrant qui nous ont réveillé pour de bon.

 

Ils sont partout !

Ils sont partout !

 

Il faut éviter de nourrir les animaux, en particulier les écureuils car sinon, ils ne font aucunes réserves pour l’hiver et meurent… Ils sont très habitués aux humains, ils viennent se poser à côté de vous voire carrément sur vous si vous êtes entrain de manger. Ils sont mignons mais attention tout de même car ils peuvent être porteurs de maladie.

Le camping est une expérience très enrichissante. Vous pouvez camper à la dure, tout en restant un tout petit peu connecté, par exemple avec votre GPS, qui vous sera grandement utile lorsque vous parcourez des parcs nationaux de l’envergure de Yosemite ou de Sequoia. C’est dans ce genre de moment que vous chérissez votre batterie portable, que vous devrez évidemment économiser si votre séjour est plus ou moins long. Le reste du temps mettez votre smartphone en mode avion et le tour est joué.

 

Alors, c’est cool le camping ?

 

Le camping, ce n’est pas seulement dormir dans une tente, c’est un tout. Et ça comprend également les journées de voyage et les paysages à découvrir. C’est avec un tas de souvenirs, avec des images plein la tête que vous rentrerez chez vous, sans oublier les anecdotes rigolotes qui vont avec, car faire du camping n’est jamais sans peines. Pour ma part, je n’étais vraiment pas rassurée mais au final, je le referai sans hésitation. Camper demande tout de même une certaine préparation, a un coût certain si c’est la première fois et que vous devez investir, mais après tout, ce n’est pas perdu puisque vous re-camperez par la suite !

Je vous quitte avec le plus ancien et le plus grand être vivant au monde, un arbre âgé de plus de 1 700 ans, plus communément appelé General Grant Tree. Il s’agit d’un Séquoia de plus de 83 mètres se situant dans le parc national de Sequoia.

 

General Grant Tree

General Grant Tree

 

 

 

Culture Geek
@__Macky_

Rédactrice en chef passionnée, pas vraiment passionnante mais ultra chiante !

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Culture Geek