Test – Mechs vs. Minions

par Marine « Reanoo » Wauquier

Test – Mechs vs. Minions

Test – Mechs vs. Minions

Marine « Reanoo » Wauquier
Photos : Riot Games
15 mai 2017

Alors que Riot Games lance la deuxième vague de mise sur le marché de son jeu de plateau Mechs vs. Minions, VonGuru a décidé de faire le point sur ce jeu, en se sacrifiant pour la bonne cause. Découvrez sans plus attendre notre test.

Alors que nous nous attachons à vous présenter des jeux de société qui sauront réveiller le geek de plateau en vous, avec notamment Sherlock Holmes : Détective conseil, il nous semblait primordial de vous présenter le petit bébé de Riot Games, Mechs vs. Minions. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, revenons aux bases. Il s’agit d’un jeu de plateau inspiré de l’univers de League of Legends et édité par Riot Games pour une première vague de mise à la vente du jeu en octobre 2016. Victime de son succès, il a rapidement été en rupture de stock, et une nouvelle vague de mise en vente vient d’être annoncée.

Comme tout produit pondu par Riot, la communication qui avait entouré sa sortie avait été des plus remarquables : teasing, articles, vidéos… Tout a été fait pour que le jeu soit accueilli comme il se doit. Si vous aviez raté tout cela, une petite séance de rattrapage s’impose, grâce au site officiel, et à la vidéo de tutoriel ci-dessous.

 

 

La pub, c’est bien, mais qu’en est-il dans les faits ? Unboxing, gameplay, on vous dit tout ce qu’il faut savoir.

Unboxing

Que l’on aime ou non Riot Games, il faut reconnaître qu’ils savent y faire, niveau marketing. Ils nous le prouvent une nouvelle fois avec Mechs vs. Minions. Outre la publicité faite autour du produit, le produit lui-même est beau. Imposant, certes, mais beau. Car sachez-le, c’est de la boîte de compétition que vous allez recevoir. Ne comptez pas la trouver dans votre boîte aux lettres, avec ses 34,5×12,5×51,5 de dimension, et un poids non négligeable. L’identité graphique de League of Legends est clairement imprimé sur la boîte, et cela contentera les fans du MOBA. La boîte est au demeurant solide, bien qu’il faille être patient pour l’ouvrir.

 

 

Il n’en fallait cependant pas moins pour conserver les différents objets qu’elle contient. Car vous y trouverez pas moins de 105 figurines (minions au nombre de 100, personnages et boss inclus), réparties sur quatre plateaux en plastique thermoformés, à la disposition aussi savamment travaillée qu’un Tetris. Mais ce n’est pas tout, puisque sont aussi fournis des dés, au nombre de quatre (deux normaux, et deux colorés qui ne sont pas sans rappeler l’univers des jeux de rôles), accompagnés de quatre cristaux (en plastique, un peu cheap, cependant) et plusieurs pièces et anneaux métalliques. Mais comme ce n’est pas encore assez, sachez que vous y découvrirez également un Sablier de Zhonya (qui ne vous protégera de rien, cependant, bien au contraire), une bombe, cinq plateaux et leurs compléments (réversibles qui plus est, soit 10 décors), ainsi que des cartes diverses et variées, sur lesquelles nous reviendrons plus tard, et des scripts de missions. Y compris, heureusement pour nous, pauvres fous, une mission de tutoriel.

 

 

Notons la très grande cohérence graphique de l’ensemble. Les figurines sont très détaillées et de qualité, et les minions, de trois types, absolument adorables (même s’ils semblent inachevés, à l’image de figurines Warhammer que vous viendriez d’assembler). Si le rangement après une partie peut faire peur, vu la quantité d’éléments à sortir et l’imbrication très précise suggérée par la boîte lors du déballage, certains détails ont été très bien pensés. Vous saurez toujours où ranger quel élément, et la place des minions est interchangeable dans les plateaux, peu importe sa posture, grâce à la forme du plateau (oui, ça paraît anecdotique dit comme ça, mais cela s’avère très appréciable).

Gameplay

Mechs vs. Minions est un jeu coopératif permettant de jouer entre 2 et 4 personnes. Pas d’équipe ni de lane, vous êtes tous alliés pour accomplir l’objectif du scénario que vous jouez : déplacer une bombe, détruire des cristaux, protéger une base… Car vous avez à votre disposition une dizaine de scénarios, pouvant vous occuper plus ou moins longtemps (mais tablez sur une heure minimum dans le meilleur des cas). Notez que ces scénarios peuvent être rejoués voire combinés à l’infini. Aucun risque donc de vous lasser.

 

 

Et comment joue-t-on à Mechs vs. Minions ? Pas comme à League of Legends, en tout cas, vous vous en doutez. Vous incarnez un des quatre personnages, Tristana, Corki, Ziggs ou Heimerdinger, que vous déplacez sur le plateau à l’aide de cartes d’action qui permettent tantôt d’avancer, de tourner, ou encore d’infliger des dégâts. Le jeu s’organise en deux phases principales : le tour des joueurs et le tour des minions. Car sachez que ces petits bouts de plastiques aussi trognons que petits ne seront pas vos alliés. Loin de là. Et qu’ils pullulent vite. Très vite. Trop vite. Lors de votre tour, vous pourrez sélectionner vos cartes d’action, les agencer sur votre ligne de commande, qui définit l’ordre et les actions que vous faites, et enfin exécuter votre ligne de commande. Dit comme ça, ça paraît peut-être (trop) simple, mais les contraintes s’enchaînent rapidement, et vos plans sont rapidement mis à mal, notamment par les minions. Car vient enfin leur tour. Ces derniers vont principalement faire trois choses : spawn, se déplacer, et vous infliger des dégâts. Ces dégâts se traduisent par des handicaps ayant un impact direct sur votre ligne de commande, histoire de vous compliquer la tâche.

 

 

Je pourrais difficilement vous résumer les règles du jeu en quelques lignes. Il faut jouer pour cela. Heureusement, plusieurs tutoriels sont à votre disposition. Prenez le temps de les faire, même si vous vous sentez d’humeur thug. Ils vous seront nécessaires pour comprendre le fonctionnement de base des cartes d’action et de dégâts. Pour le reste, le scénario de chaque mission apporte son propre lot de règles et de contraintes : prenez donc là aussi le temps de lire le scénario pour préparer le plateau et pour comprendre les caractéristiques de la mission : contrainte de temps dans la sélection des cartes d’action, contrainte dans le déplacement des minions (direction définie par le résultat d’un dé vs direction définie par la position de la bombe…). Vous l’aurez compris, jouer à Mechs vs. Minions prend du temps. On ne fait pas une partie sur un coin de table le temps d’un apéro, surtout qu’il n’y aura pas assez de place sur la table entre le vin et le saucisson.

Conclusion

Mechs vs. Minions est beau. C’est un jeu intelligemment fait, qui propose de nombreuses heures de jeu, variées qui plus est. Gardez cependant à l’esprit que c’est un jeu principalement stratégique : un plus pour les fans du genre, mais implique qu’il ne sera pas forcément très dynamique, et parfois vite frustrant si vous n’aimez pas voir vos beaux plans si savamment pensés être balayés d’un revers de la main (de ces adorables minions). Car il implique aussi son lot de hasard et de coup du sort. Les fans de l’univers de LoL s’y retrouveront, mais les autres pourront aussi y trouver leur compte. Une belle réussite, donc, pour un jeu cher, certes, mais dont les qualités sont très nombreuses.

Si ce test vous a convaincu, vous pouvez toujours croiser les doigts et vous rendre sur le site de Riot Games Merch dans l’espoir que le jeu soit encore disponible.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *