Audio

Test du ROCCAT Khan Pro, le casque gaming ultra-léger

Test du ROCCAT Khan Pro, le casque gaming ultra-léger

 Test du ROCCAT Khan Pro, le casque gaming ultra-léger

 

On vous l’annonçait avec impatience, alléchés par les promesses sur son poids et sa qualité sonore exceptionnelles, le Khan Pro grâce auquel ROCCAT a bien l’intention de pulvériser la concurrence dans le milieu des casques gaming vient de sortir. Test de celui qui veut être le plus grand des petits casques, avec sa version roc-14-622.

 

 

Box et description du casque

 

Le boîtier, noir avec des touches de bleu, est particulièrement sobre. Sa face avant rappelle les quatre caractéristiques logiquement jugées les plus attractives par ROCCAT, qui étonnamment n’y met pas en avant la légèreté du Khan Pro, mais les coussinets ultra-confortables, la rotation à 95° des écouteurs, le micro « real-voice » et le « hi-res audio ». La façade rappelle (comme le montre le spot) que le casque est « construit pour l’e-sport », suggérant qu’on se sent au milieu de la mêlée quand on met le Khan Pro sur les oreilles, et insiste encore sur le son prétendument exceptionnel d’un casque gaming qui serait le premier compatible avec l’« Audio Hi-Res » sur le marché, avant de mentionner enfin le poids. Le dos enfin précise légèrement tous les atouts du casque, tandis que la face inférieure en donne les caractéristiques techniques, reproduites ci-dessous.

Ce boîtier contient donc le casque, un sachet anti-humidité, un adaptateur Y et un document informatif bien mis en valeur par la qualité de son papier et de son impression ainsi que son emballage plastique, alors qu’il ne contient que les précautions d’usage et l’adresse mail où contacter ROCCAT en cas de questions techniques (support@roccat.org).

Le ROCCAT Khan Pro est donc un casque à arceau circum-auriculaire proposé en trois coloris, blanc (mon petit favori), gris et noir (obviously), le nom de la marque et son logo étant toujours argentés.

Ce qui frappe d’emblée, c’est la modestie du casque à la grande époque des coussinets démesurés, des bandeaux de suspension, des boîtiers son et micro sur le câble et du RGB. Ici au contraire on a affaire à un casque presque urbain : si seulement son câble était rétractable et son micro amovible, on pourrait le prendre en extérieur sans ostentation.

C’est évidemment un point fort qui pourra en rebuter certains, plus amateurs de grosses machines, quand certains reprocheront à ROCCAT de ne pas être allé jusqu’au bout en raccourcissant le câble (qui mesure encore 2 mètres 45), en proposant de retirer le micro (qui est rabattable mais pas amovible) ou en les rendant l’un comme l’autre rétractables, des options envisagées (dans le cadre du micro particulièrement) par la plupart des casques de la concurrence.

Malgré une composition très plastique, le Khan Pro donne une appréciable impression de robustesse, en particulier grâce à ses deux vis latérales métallisées et aux attaches proéminentes des haut-parleurs. Il faut d’ailleurs préciser que le casque dispose, pour s’adapter aux mesures de votre chef, de crans en acier inoxydable, seule concession au poids quand le reste est en plastique épais et les coussinets en similicuir.

Le câble tressé est enfin un atout esthétique qui change de l’habituel caoutchouc. Il est terminé par deux prises jack, l’un pour le micro et l’autre pour le son, sachant que la boîte a le bon goût d’inclure un adaptateur Y pour les relier en une seule prise jack.

 ROCCAT Khan Pro box

Caractéristiques techniques :

Général :
  • Poids (casque uniquement) : 230 grammes
  • Taille du câble : 2,45 mètres
  • Prise jack : double-prise 3,5mm
  • Réponse de fréquence : 10-40000 Hz
  • Contrôle du volume : sur écouteur

Haut-parleurs :

Micro :

  • Sensibilité à 1 kHz : -40 dB
  • Atténuation : 60 dB
  • THD% @ 1kHz : 2%
 ROCCAT Khan Pro unboxing

Confort et isolation

Le point fort le plus objectif du Khan Pro, celui qui est revendiqué avec le plus d’ardeur par la marque, c’est sa légèreté sans égale. Avec 230 grammes, quand la moyenne basse tourne plutôt autour des 280 grammes, il faut dire que les compétiteurs de ROCCAT n’ont plus voix au chapitre, et cette légèreté assure un gain de confort considérable, tant il rare qu’après une longue session de jeu on ne sente pas le poids du casque sur le crâne.

Les coussinets circum-auriculaires devraient satisfaire la plupart des joueurs, parce que malgré leur largeur réduite ils entourent exactement les oreilles, sans les écraser, le casque étant ainsi fermé sans être encombrant outre-mesure – il suffit de jeter un œil à l’AORUS H5 pour comprendre que les deux casques ne jouent pas tout à fait dans la même catégorie.

Ainsi, malgré une écoute prolongée avec le Khan Pro sur les oreilles, je n’ai pas souffert de l’impression de bocal (enfermement plus humidité) suscité par d’autres casques, et dont il est évidemment agréable de se défaire même s’il n’était pas un obstacle majeur à leur appréciation.

En revanche, l’isolation sonore reste très relative, mais comme c’est le cas avec la plupart des bons casques gaming, une fois que vous aurez du son dans les oreilles, vous ne devriez pas être trop gênés !

 ROCCAT Khan Pro

Son

Voici déjà ce qu’en dit ROCCAT : « le premier casque gaming compatible Hi-Res Audio qui restitue des aigus, médiums et graves plus riches pour vous permettre de localiser facilement la position de vos adversaires. Ses pilotes ultra rapides éliminent le lag et les interférences et sa suppression passive du bruit le rend idéal même dans les environnements bruyants ».

Cette auto-promotion dithyrambique doit être nuancée d’abord par le flou autour de l’attribution du label « Hi-res » (excellemment décortiqué ici) et donc des critères ainsi mis en valeur, ensuite par la présence discrète du terme « gaming » en fait très important, puisque cela fait quelques années qu’il existe des casques hi-res, et que l’appellation « gaming » est aussi largement auto-attribuée. Même en prenant ces pincettes, on constate cependant que les casques high-res à moins de cent euros sont rarissimes, et que même sans savoir ce que le label signifie exactement, il traduit effectivement une capacité assez remarquable du Khan Pro à émettre des sons clairs, en particulier dans les basses. Toutes les écoutes effectuées avec ce casque sur les oreilles ont ainsi été parfaitement satisfaisantes, y compris sur des œuvres faisant appel à une grande finesse auditive comme le merveilleux Hero de Zhang Yimou ou la version Switch de Skyrim.

C’est l’occasion de mentionner un autre bon point, sans doute plus subjectif et assurément plus accessoire : pour le Khan Pro, ROCCAT a fait le choix d’une molette pour régler le son à l’arrière de l’écouteur gauche, une solution à mon avis beaucoup plus satisfaisante que le boîtier sur le câble, parce qu’on la trouve très intuitivement et donc très vite, un argument particulièrement important en jeu.

 ROCCAT Khan Pro molette coussinets

Micro

Avec le micro, on touche au troisième gros point fort du Khan Pro. Déjà, si le micro n’est pas amovible, c’est parce qu’il bénéficie d’une fonctionnalité un peu particulière : il est auto-mute, c’est-à-dire qu’il suffit de l’abaisser pour l’activer, et de le relever au niveau des arceaux pour l’éteindre. J’ai davantage l’habitude d’un bouton sur le casque ou sur un petit boîtier situé sur le câble pour allumer et éteindre aisément le micro, et cela continue de m’apparaître comme une solution plus simple que de manipuler constamment son casque, mais ce n’est peut-être qu’une question d’habitude. Il est par ailleurs probable que l’inamovibilité du micro facilite ses performances, qui sont admirables.

Déjà, quand vous abaissez ou relevez le micro, un très léger clic vous indique que la fonction micro a été activée ou désactivée, et il est assez souple pour que vous puissiez le rapprocher ou l’éloigner de la bouche sans qu’il quitte ensuite sa position. Surtout, le son est très propre, et même s’il ne coupe évidemment pas votre voix des bruits environnants, il l’isole et la fait entendre avec une distinction assez peu commune pour des casques de ce prix, et mérite l’appellation « real voice » que ROCCAT lui attribue.

 ROCCAT Khan Pro micro

Conclusion

Le ROCCAT Khan Pro est un casque plug and play : confortable, intuitif, de bonne qualité, il peut s’avérer frustrant pour les usagers en quête de petits plus, surtout pour une gamme de prix (celle des milieux-de-gamme plus) où un casque comme le Steelseries Arctis 3 proposait micro rétractable, câble amovible, soft de gestion du son, un port jack dans le casque pour partager le son, plusieurs modèles de bandeau de suspension et des stickers, autant de petites choses plus ou moins gadget que le Khan Pro n’a pas.

Ce modèle peut donc faire figure d’incontournable pour ceux qui cherchent effectivement les qualités qu’il met en avant et rien d’autre. Et ce sont des qualités qui méritent vraiment l’attention, un son probablement légèrement supérieur à la moyenne, un casque nettement plus léger et moins encombrant, auxquels un micro auto-mute intégré d’une clarté frappante est une addition non négligeable.

 

 

Review 0
7 Le Testeur
La communauté 0 (0 votes)
Design et Look
Confort et Ergonomie
Qualité Audio
Bundle et équipement
Rapport Qualité / Prix
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

Audio

Doctorant en Littérature comparée, je prépare une thèse sur les enjeux principalement politiques, moraux et religieux du comics super-héroïque – et un livre sur Batman, en projet. Certaines de mes interventions dans des colloques sont disponibles sur mon LinkedIn. Par ailleurs cinéphile et sériephile affirmé, j’essaie au mieux de partager ces passions (et les détestations qui en découlent) sur VonGuru après l’avoir fait sur Cleek, persuadé que c’est dans cette activité de partage et de discussion que la culture trouve son sel.

Cliquer pour ajouter un commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus Audio