Jeux Vidéo

Escape from Tarkov : la simulation qui vous veut du mal

Escape from Tarkov : la simulation qui vous veut du mal

Escape from Tarkov : une bêta fermée ô combien complète

 

Fraîchement sorti en bêta fermée, Escape From Tarkov fera sans nul doute beaucoup parler de lui dans les semaines à venir avec l’accès au titre pour toute précommande. Il ne s’agira donc pas ici d’un test, mais plus d’un guide pratique si vous souhaitez, vous aussi, vous lancer dans l’aventure. Escape from Tarkov est un jeu de type FPS/survival/simulation/RPG/MMO (oui oui) développé par Battlestate. Disponible en bêta fermée pour toute précommande sur PC, il sera disponible officiellement d’ici 2018. Mais avant de vous jeter sur la bête, voici les configurations requises :

Et voilà sur quoi j’ai eu l’occasion de jouer et ce sans aucun soucis :

Escape from Tarkov 101

EFT s’identifie, des mots de ses créateurs, comme une simulation de combat moderne, et ce en implémentant cela de la manière la plus hardcore possible. Une des briques majeures du gameplay du jeu est l’inventaire persistant. Lors de la préparation d’une partie, vous vous retrouvez à choisir méticuleusement quelle arme et quels équipements vous assureront la plus grande chance de survie. Mais lorsque vous mourrez (et non « si »), vous serez dépossédé de votre équipement ainsi que de tout votre loot.

Alors, tout est perdu ? Pas forcément. Vous avez la possibilité, en vous délestant de quelques roubles, d’assurer vos possessions avant de joindre une partie. Vos objets vous seront alors restitués dans les 24h si et seulement si aucun joueur ne s’échappe de la partie avec.

Mais la dimension simulation ne s’arrête pas là. Elle se manifeste également dans le visuel et le gameplay du jeu. Aucune carte, barre de vie ou autre indication n’est affichée à l’écran. On ne dispose simplement pas de HUD. A contrario, on a à notre disposition plusieurs moyens d’accès aux informations. Entre autre, différentes hotkeys permettent de sortir et regarder son chargeur, d’inspecter son arme, de changer de mode de tir ou encore de regarder le contenu de la chambre du canon (gadget, je le concède, mais terriblement jouissif).

Un autre aspect de simulation de Tarkov est le modding. À l’heure où la concurrence nous propose des customisations d’arme à base de peintures flashy par exemple, Tarkov fait à nouveau le choix du réalisme en proposant un système de modding basé sur l’utilisation d’accessoires existants pour parer ses armes. Attendez-vous après plusieurs heures de jeu à reconnaître et associer ces modes avec leurs armes respectives. Tarkov n’est pas un simple FPS où vous choisissez votre arme et vous partez en quête de sang. Non. Il faut looter vos armes, les améliorer, les assurer et honnêtement, cela prend du temps.

Histoire de vous mettre un peu plus dans l’ambiance, découvrez la vidéo de présentation de Escape from Tarkov mise en ligne sur la chaîne YouTube officielle de Battlestate :

 

 

Parlons un peu du jeu en lui-même

 

EFT a son propre launcher, qu’il vous faudra installer avant toute chose. L’installation se fait très rapidement, et pour cause, le jeu est déjà extrêmement bien optimisé. Tournant sous Unity, l’installation ne fera que 4 Go. Par la suite, le fichier se décompressera et les 8 autres gigas seront installés. Comme vous avez pu le voir plus haut, Escape From Tarkov mélange pas mal de genre différents. Dans la théorie, le concept est simple : il suffit d’arpenter une ville russe fictive, a.k.a. Tarkov, au travers de différents raids demandant aux joueurs d’aller d’un point A à un point B. Attention cependant, il existe plusieurs entrées et sorties pour une même mission, menant toutes à d’autres cartes, toutes différentes en fonction du chemin emprunté.

Alors oui, il faut s’échapper. Mais avant cela, il vous faudra survivre, à la fois aux joueurs ennemis et aux IA. Il faudra évidemment looter au maximum en fouillant la ville. Vous aurez ensuite la possibilité de revendre vos découvertes pour vous faire de l’argent et racheter par derrière ce que vous souhaitez, ou alors vous pouvez faire le choix de garder vos trouvailles. EFT est donc comme vous pouvez le voir très axé simulation, mais pas que. On y retrouve aussi beaucoup de mécaniques RPG/MMO. Pour vous aider à y voir un peu plus clair, le système d’expérience et de compétences est géré un peu comme celui de Skyrim, grosso modo.

 

 

À l’occasion de la GamesCom 2017, de nouvelles mécaniques de jeu ont été présentées, telles que le système de quêtes et de tâches ainsi que de nouvelles compétences dans le maniement des armes. Le système de quêtes est en grande partie basé sur diverses tâches qui sont attribuées aux joueurs par des commerçants. En effectuant ces tâches, le joueur améliore sa réputation avec les commerçants, débloque de nouvelles quêtes, reçoit de l’expérience et des récompenses. Au fil des quêtes, le joueur plonge plus profondément dans le monde d’EFT, comprend peu à peu les lois qui le régissent et en apprend de plus en plus sur ce qui se déroule dans la ville.

Le joueur peut ainsi étudier les motivations des commerçants, les évaluer et prendre parti pour celui qui lui semble le plus proche de son personnage. Certaines quêtes imposent des pénalités et/ou des restrictions sur le temps alloué pour les terminer, et d’autres quêtes peuvent nuire considérablement aux relations avec d’autres commerçants. La nature des tâches prend différentes formes, allant de la recherche d’objets ou de lieux spécifiques, à du commerce ou encore de l’interaction avec d’autres commerçants, en passant par de la neutralisation de cible et de l’installation de balises radio et dispositifs de brouillage, etc. En clair, vous n’allez pas vous ennuyer !

 

Jeux Vidéo
@__Macky_

Rédactrice en chef passionnée, pas vraiment passionnante mais ultra chiante !

Cliquer pour ajouter un commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus Jeux Vidéo