Ciné Séries

Team VG : votre X-Men préféré

Team VG : votre X-Men préféré

Quel est votre personnage de X-Men préféré ?

 

Chez Vonguru, nous sommes des passionnés, aux passions différentes. Cependant, si nous avons bien une chose en commun (parmi tant d’autres), c’est notre amour pour l’univers Geek au sens très large du terme. Jeux vidéo, films, séries, romans, comics, mangas, technologie et j’en passe. C’est avec cette passion commune que nous avons décidé il y a quelques temps maintenant de vous proposer une série d’articles un peu particulière, afin de partager avec vous nos avis sur certaines thématiques. Aujourd’hui pour rester dans l’actualité avec la sortie du film Logan, nous vous parlons de nos personnages de X-Men préférés.

Pour ceux qui auraient loupé nos précédents articles, ça se passe par ici : ces jeux que nous prenons plaisir à regarder (#1 et #2), le spécial manga, nos personnages de jeux préférés : le premier opus juste ici et le second juste là. Mais aussi les sorties cinéma les plus attendues de 2016, les meilleurs films de l’année précédente, de nos séries préférées sans oublier leurs génériques qui nous ont fait rêver, ces musiques que l’on écoute en jouant #1 et #2, les sorties jeux vidéo les plus attendues de l’année 2016 et ces réalisateurs qui nous marquent.Les jeux vidéo dits violents auxquels nous avons plaisir à jouer, la prochaine saison de Game of Thrones, les films signés Tim Burton, les des séries de 2016, les meilleurs films de l’année 2016, mais aussi des pires.

 

Moyocoyani : Wolverine


De nombreux mutants me paraissent étonnamment fascinants pour des personnages de fiction populaire, rehaussant l’idée que l’on se fait du comics : la propension de Deadpool à briser le quatrième mur, sa violence outrancière et toujours comique se combinaient parfaitement à sa quasi-immortalité pour s’attirer mes faveurs, mais comment oublier Magneto, la profondeur politique qu’il doit à son inspiration de Malcolm X, et sa complexité psychologique, son combat intérieur entre ses tendances terroristes, motivées par son amour de la race mutante, et son amitié pour les X-Men qui défendent la faible humanité ? Son interprétation par Ian McKellen a beaucoup fait pour me le rendre sympathique, et pourtant, dans les comics comme dans les films, je l’ai toujours trouvé traité de manière très caricaturale, comme n’importe quel super-vilain plutôt que comme le passionnant super-héros dévoyé qu’il est. Diablo enfin me semblait une création d’une audace folle : intégrer en 1975 un personnage catholique ressemblant à un diable dans une équipe de héros promettait une lecture religieuse inédite – à laquelle cependant nous avons peu eu droit, le personnage étant trop relégué à ses romances ou à son rôle de comic relief

 

 

Il n’y a finalement qu’un personnage parmi les mutants à ne m’avoir déçu ni dans les films ni dans les comics, ni en tant que tel ni en synergie avec le groupe, qu’il soit au cœur de l’intrigue ou à sa périphérie, et c’est celui de Wolverine. Il n’avait pourtant en soi rien de propre à m’attirer vraiment, en particulier avec ses pouvoirs cartoonesques (sortir les griffes et régénérer ses plaies), pourtant il m’est bien vite apparu qu’avec plus de trente ans de retard (liés au Comics Code, il n’aurait pas été pertinent plus tôt), Marvel avait enfin créé avec lui son Batman. Comme l’homme chauve-souris, Wolverine a apparemment des sociabilités bien déterminées, et en groupe il est toujours identifié comme un élément moteur. Malgré cela, il est constamment présenté comme un personnage solitaire, dont on reconnaît volontiers qu’il est le meilleur dans ce qu’il fait – il est brutal, cynique, fin limier, invinciblement désireux de faire le Bien – mais auquel ses compagnons ne parviennent pas à faire entièrement confiance, à se livrer tout à fait. On lui confierait sa vie parce qu’on a confiance dans son professionnalisme, mais on ne lui ouvrirait pas son cœur parce qu’on n’est pas persuadé qu’il ait une âme. Il n’est ainsi pas étonnant qu’il ait accepté du SHIELD la mission très secrète d’éliminer des mutants trop dangereux, même si c’était sans malveillance : aucun autre n’aurait admis la nécessité d’ôter la vie à ces innocents, et surtout accepté la souffrance de commettre un acte aussi horrible.

C’est que Wolverine est une figure de la torture psychologique : depuis qu’il a ses pouvoirs, il porte le fardeau permanent de multiples culpabilités, comme s’il portait le malheur de l’humanité. En cela il a été campé idéalement par Hugh Jackman, qui a bien mérité d’être révélé par ce rôle puissant. Peu d’autres acteurs auraient su si bien faire ressentir l’étincelle d’humanité dissimulée derrière la sauvagerie, et interpréter le désir d’un bonheur qu’on ne mérite pas. Mon amour pour Wolverine et Jackman m’ont fait commettre l’impensable, ils ont fait de X-Men 3 mon film préféré de la première trilogie, grâce surtout à la scène où, sauvant le monde du Phénix, il doit tuer Jean Grey (dont je ne supportais même pas le personnage !). La disparition de Jackman de l’univers X-Men auquel il a tant contribué et auquel il aurait pu tant apporter encore m’est douloureuse comme à tant de spectateurs qui ont laissé cette émotion occulter les défauts de Logan pour l’apprécier comme un chant du cygne. Il n’est pas sûr, même ayant été séduit par Wolverine avant d’être séduit par Jackman, que notre génération qui aura connu cette interprétation saura maintenant retrouver la même saveur dans les comics.

 

 

Razor : Diablo / Nightcrawler


Sachant que leur nombre total est de 404 mutants environ, les X-Men représentent un univers à eux tout seuls.

Wolverine est sans aucun doute le plus connu d’entre eux, le plus apprécié et le plus expérimenté sans aucun doute. Viennent ensuite Cyclope, Storm, Phoenix et naturellement le professeur Xavier. Mais personnellement, mon préféré est Kurt Wagner, alias Diablo, ou en anglais, Nightcrawler, apparu pour la première fois dans le comic book Giant Size X-Men #1 en 1975, soit 12 ans après le lancement des X-Men. Doté d’une agilité surhumaine, c’est surtout son pouvoir qui lui permet de devenir presque invisible dans l’obscurité et de pouvoir se téléporter à l’endroit qu’il désire, qui m’a le plus charmé sur ce personnage. Sa forme démoniaque, proche de celle d’un diable, ne l’empêche pas d’être quelqu’un d’amical et d’humble, ni de calmer les esprits lorsqu’une dispute éclate entre ses amis.

 

 

Son apparition sur grand écran dans X-Men 2 : United, a confirmé mon adoration pour ce personnage, qui a joué un rôle-clé à la fin du film, puis il refait une apparition, dans X-Men Apocalypse. Il est important de préciser, qu’il est le fondateur de l’équipe Excalibur, dont les membres sont Diablo, Kitty Pryde (son amoureuse) et Captain Britain et son amoureuse à lui, Meggan. Peu de temps après, Excalibur devient un comic book à part, où les membres de l’équipe font des voyages inter-dimensionnels, tout en restant liés aux X-Men. Il rejoint de nouveau l’équipe des X-Men après que l’équipe Excalibur se sépare et se sacrifie pour protéger Home Summers, le dernier espoir pour les mutants.

Artichèvre : Deadpool


Pas facile comme question, surtout pour quelqu’un qui accorde plutôt ses faveurs à l’univers DC Comics… Néanmoins les différents mutants de l’univers Marvel restent très intéressants et très plaisants ! Parmi mes préférés se trouvent Phoenix (Jean Grey), Kitty pryde alias Shadowcat (et son petit dragon, couuucouuu Lockheed :3 ) et Deadpool, pseudonyme de Wade Wilson. Faire un choix n’a pas été facile, mais je ne peux me résigner à ignorer mon faible pour les personnage avec un côté complètement marginal et psychopathe, qui surpasse mon faible pour les créatures pleines de cuteness et couvertes d’écailles.
J’ai également une grande préférence pour les personnages avec une personnalité maléfique et pour les personnages oscillant entre le bien et le mal.

C’est donc bien de Deadpool que je parle.

 

Rapide résumé car ayant fait récemment une apparition explosive au grand écran, Deadpool, interprété par Ryan Reynolds, est devenu connu d’un plus large public.

Notre X-Men ne naît pas mutant. Mais se sachant condamné, il accepte (dans la plupart des versions de l’histoire) d’être un cobaye pour le projet Arme X (le but étant de modifier des hommes ou mutants afin d’en faire de parfaits soldats). Ajax lui greffe le même pouvoir d’auto-guérison que Wolverine, mais l’opération le marque physiquement, sa peau devient craquelée et rongée.  Ajax le tue après qu’il s’est moqué de son véritable prénom, mais le corps de Deadpool guérit dans un esprit de vengeance. Il reprend alors son ancienne activité de mercenaire. Il est kidnappé et subit un lavage de cerveau par Butler, le rendant réellement mauvais et lui faisant même oublier sa fille, Eleanor Camacho. Il choisit par la suite de se rapprocher du côté du bien et rejoint même épisodiquement les X-Men. Il finit par comprendre, grâce aux révélations sur son passé qu’il n’est pas le cruel mercenaire qu’il pensait.

Ce qui me plaît particulièrement chez Deadpool, c’est cet aspect tourmenté en plus de ce mélange de décadence et d’humour noir. Ce qui en fait un personnage totalement différent des autres X-Men. Ajoutons à cela la comic awareness, littéralement : sa conscience d’être dans un comic, et son amour réciproque pour la Mort.
Ai-je vraiment besoin de parler du Deadpool Corps? Ce groupe composé de Deadpool gentils d’univers parallèles, comprend principalement Lady Deadpool (un double féminin), Kidpool (un double enfant), Dogpool (un double chien) et Têtepool (une tête zombie).
Malheureusement, ils sont tous décimés après un combat contre le Deadpool Corps malveillant. Il ne reste donc qu’un seul et unique Deadpool, mon X-Men préféré !

NeoCortex : Diablo


Comme vous le savez surement, le monde des X-Men regorge de nombreux mutants, certains sont mis en avant plus que d’autres comme Wolverine, le professeur Xavier, Magneto… Seulement si je devais n’en retenir qu’un, ce serait Diablo. Il n’est pas un X-Men de premier plan mais sa personnalité timide et sombre m’ont attiré. Son vrai nom : Kurt Wagner. D’origine allemande et de couleur bleue, il peut se téléporter seulement s’il visualise là ou il ira. Je ne suis pas un fan des comics, j’ai toujours préféré les films, car je trouve que Bryan Singer, qui est le réalisateur de X-Men 2 et X-Men : Apocalypse (pour ne citer que les deux films où Diablo apparaît), met suffisamment en avant le personnage, sans trop le mettre au premier plan. De ce fait, on peut découvrir un super héros agile, rapide, mais aussi très croyant et parfois simplet.

 

 

Je ne vous cache pas que quand j’ai découvert l’interprétation de Diablo dans X-Men : Apocalypse, par Kodi Smit-McPhee, je n’ai pas tellement adhéré. Je ne sais pas si c’est le fait de découvrir le héros plus jeune, ou simplement le jeu d’acteur qui ne m’a pas plu, mais le personnage m’a paru moins sombre et trop peu sûr de lui. En revanche dans X-Men 2 avec l’interprétation d’Alan Cumming, j’ai trouvé une meilleure crédibilité dans son jeu d’acteur. Pour finir, je dirais que le personnage de Diablo me plait car il est sombre, et que son pouvoir de téléportation c’est la méga classe ! Le fait qu’il soit mis au second rang par le réalisateur n’est pas dérangeant du moment que l’on découvre un peu plus le personnage au fur et à mesure des films de la saga.

 

Ciné Séries
Cliquer pour ajouter un commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus Ciné Séries