Ciné Séries

Team VG – Séries de 2016

Team VG – Séries de 2016

Séries 2016 : le bilan VonGuru !

 

Il y a trop de séries. Non seulement on ne peut plus trouver humainement le temps de regarder toutes celles dont amis, critiques et médias de toutes sortes affirment qu’elles comptent, mais à moins de consacrer un temps considérable à la seule recherche de séries, sans même mentionner leur visionnage, on est sûr de passer à côté de pépites, même dans les productions mainstream. Saviez-vous que Netflix avait lancé une quinzaine de séries, Amazon une dizaine, HBO environ 8, cette année seulement, en plus du nombre infini de celles que plates-formes et chaînes poursuivent ?

C’est pourquoi nous n’avons pas titré cet article « les meilleures séries de 2016 » : la subjectivité d’un tel choix ne nous dérangeait pas tant que la subjectivité à l’œuvre dans le choix des séries mentionnées. Les auteurs de l’article assument donc le fait qu’ils ne proposent que leur parcours dans le monde des séries de cette année, pour vous partager leurs expériences les plus (et les moins) intéressantes.

 

Les séries de Moyocoyani


 

 

Séries de 2016 vues intégralement : Archer (Saison 7), Bojack Horseman (Saison 3), South Park (Saison 20), WestworldGame of Thrones (Saison 6), The CrownThe Man in the high castle (Saison 2), Stranger Things, Daredevil (Saison 2), Luke Cage, The Young Pope, The Night ManagerAnd Then there were none (Dix Petits Nègres), The People vs. O.J. Simpson, Black Mirror (Saison 3), Preacher, The Hollow Crown : War of the Roses, One Punch Man.

De toutes les séries vues cette année, la plus décevante et la plus mauvaise fut sans aucun doute – et cela me coûte de l’avouer – ma série préférée, South Park. Poussant jusqu’au bout leur idée d’une histoire unique sur toute la saison, qui avait pourtant beaucoup nui déjà à la saison 19, Trey Parker et Matt Stone semblent oublier tout ce qui faisait leur génie, les rares bonnes idées dont ils font preuve ici étant diluées sur dix épisodes au lieu de briller dans un seul, comme ils nous y avaient habitué. Alors que jadis un épisode moyen était vite occulté par le précédent, chaque arc déplaisant continuera ainsi de vous être infligé jusqu’à la fin, tandis que la critique sociale rappellera à quel point elle est superficielle quand elle sera étalée dans toute sa platitude sur de longues heures.

Les amateurs d’animation adulte pourront heureusement se reporter, dans un genre assez différent, sur Archer, dont la qualité est constante, et surtout sur Bojack Horseman, à la saison 3 extraordinaire. Qui eut cru il y a trois ans que Netflix pariait sur le bon cheval avec cette série qui courait tous les risques ? Son dessin assez enfantin ne doit pas vous rebuter : sa mise en abîme spirituelle de la société et des médias de notre temps, le rythme de ses punchlines et situations déjantées qui ne l’empêche pas de s’arrêter parfois mélancoliquement, ses personnages parfaitement exécutés (mieux encore que dans la saison 2) en font l’une des meilleures séries de 2016, animées ou non.

 

 

Game of Thrones touche à sa fin : encore deux saisons, dont une septième raccourcie pour cause de météo défavorable, et pour notre plus grand malheur, celle de cette année s’achève miraculeusement par deux des meilleurs épisodes de la série. Supérieurement mis en scène par Miguel Sapochnik, à juste titre récompensé aux Emmy Awards pour ces réalisations, ils nous font espérer que HBO et Martin cèderont à l’appel de l’argent pour multiplier les spin-offs. Mais il est aussi temps de lui trouver un successeur, et ce ne sera pas Westworld. J’ai déjà dit ici ma déception pour une série qui avait les meilleurs atouts, et qui mérite davantage le détour par son ambition que dans son résultat. Trop de séries passionnantes sont sorties et sortent pour s’attarder sur celle-ci, en espérant que la suite l’imposera mieux.

Je ne m’attarderai pas non plus sur Stranger Things et Preacher, dont nous avons déjà parlé ici et pour lesquelles, comme pour Westworld, je préconise d’attendre la suite pour leur accorder une chance qu’elles ne méritent pas encore à mon avis. Ni sur Luke Cage, actuellement ma seule déception dans la collaboration Marvel/Netflix, dont je ne pense même pas qu’elle sera indispensable pour comprendre Iron Fist ou The Defenders. Vous pourrez retrouver un avis détaillé dans cet article, dont la synthèse pourrait être : si vous n’avez pas vu Daredevil, pourquoi perdre votre temps à chercher si Luke Cage vaut le coup ? C’est que la saison 2 de Daredevil est presque à la hauteur de la première, si l’on excepte un dénouement volontairement bâclé pour appeler la suite, et cela suffit à en faire l’un des chefs-d’œuvre de l’année. Remarquable dans sa mise en scène et la chorégraphie de ses combats, elle l’est aussi dans ses personnages que vous prendrez au sérieux bien qu’ils ne cherchent pas du tout à faire oublier qu’ils sont issus de comics. Je craignais l’arrivée du Punisher et d’Elektra, et j’avais tort : ils insufflent justement à Daredevil les qualités dont la série avait besoin pour se maintenir sans trop se répéter, pour se revitaliser avant de baisser.

 

 

Netflix a eu le génie d’embaucher Charlie Brooker, créateur de Black Mirror, pour poursuivre la série, et le résultat est…assez inégal. Des problèmes de rythme ternissent globalement cette troisième saison, rarement aussi incisive que les deux premières, même si quelques idées neuves la rendent très regardable. Les amateurs de séries britanniques ont d’autres options de choix : la très satisfaisante chronique The Crown, toujours pilotée par Netflix et donc d’une mise en scène et d’une qualité d’interprétation irréprochables, la deuxième saison de The Hollow Crown, où ceux qui savent supporter des épisodes historiques de deux heures reprenant fidèlement le texte des pièces de Shakespeare auront l’excellente surprise de découvrir les interprétations puissantes d’acteurs follement charismatiques. Après Jeremy Irons et Tom Hiddleston dans la première saison, ce sont Adrian Dunbar, Judi Dench et…Benedict Cumberbatch qui donnent leur meilleur, et croyez-moi, voir Cumberbatch en Richard III est inoubliable. Vous lui pardonneriez presque d’avoir repoussé d’un an la saison 4 de Sherlock !

Mais la grande série britannique de l’année fut bien entendu The Night Manager : adaptation en six épisodes d’un roman de John Le Carré, la série a été très remarquée pour sa superbe réalisation par Susanne Bier et surtout pour ses acteurs… En fait, c’est bien simple, regardez qui joue les deux personnages masculins, et je ne pense même pas qu’il soit utile d’en dire plus pour que vous vous jetiez sur The Night Manager, avec ma promesse que vous ne serez pas déçus.

 

 

Je recommanderais aussi chaleureusement The Young Pope et The People vs. O. J. Simpson : la première, créée, réalisée et co-scénarisée par Paolo Sorrentino, est plus fulgurante, mais moins égale. Moins génialement baroque dans sa mise en scène que Il Divo ou La Grande Bellezza, souffrant d’épisodes d’ouverture et de clôture plus faibles, elle est magistrale entre le troisième et le neuvième épisode grosso modo, dans lesquelles l’acteur principal (tenez-vous bien) Jude Law se montre pleinement investi dans son rôle (tenez-vous bien) de pape, machiavélique mais sans posséder de réelles convictions. Étonnamment, elle s’apprécie davantage comme une série intensément spirituelle (au sens où elle est délicieusement pleine de traits d’esprits) que comme une charge violente et sérieuse contre l’Église. Quant à The People vs. O. J. Simpson, il s’agit simplement de tout ce que vous pouvez attendre d’une série : ce récit du procès d’O.J. Simpson se suit sans passion, mais il est si bien calibré pour plaire et convaincre que vous aurez du mal à décrocher.

Un dernier mot enfin pour rappeler l’existence d’une série qui me semble outrageusement négligée : The Man in the high Castle (Le Maître du haut château), production Amazon, chapeautée par Ridley Scott et adaptée d’un grand roman de Philip K. Dick, est l’une des séries les plus importantes du moment parce qu’elle est le modèle d’une série à l’histoire prenante, aux personnages troublés et aux enjeux complexes, qui refuse pourtant de céder au spectaculaire par des cliffhangers racoleurs, des stars qui occulteraient les autres acteurs, ou des décors rappelant à chaque plan les millions de dollars investis. Il est presque heureux qu’elle ait échappé à HBO ou Netflix, qui auraient pourtant adoré cet enchevêtrement d’intrigues dans des États-Unis des années 1970 divisés entre l’Allemagne nazie et l’Empire japonais après leur victoire en 1945.

 

Les séries de Macky


 

 

Séries vues cette annéeArcher (saison 7), South Park (Saison 20), WestworldGame of Thrones (Saison 7), Stranger Things, Daredevil (Saison 2), Luke CageBlack Mirror (saison 3), Preacher, Mr Robot (saison 2), 11.22.63, The Walking Dead, Fresh off the Boat, New Girl, Brooklyn Nine Nine, Frequency.

Dans l’ensemble, une très bonne année côté série avec de nouvelles séries rafraîchissantes et originales ainsi que de nouvelles saisons tout aussi distrayantes. Mention spéciale pour 11.22.63, Westworld et Stranger Things qui sont, selon moi, sorties du lot. Sans oublier l’arrivée de Negan dans la nouvelle saison de The Walking Dead qui apporte un vrai souffle d’air frais à la série.

 

 

Les séries de Djey


Séries vues cette année : Billions, Game of Thrones (Saison 7), Stranger Things, Daredevil (Saison 2), Luke Cage, The Crown, The Expanse.

Une année mitigée : de bonnes surprises (notamment Billions) mais quelques déceptions sur des séries « sur-vendues » à mon goût (Stranger Things et Luke Cage).

 

Les séries de Reanoo


 

 

Séries vues cette année (partiellement ou dans leur entièreté) : Stranger Things, The Walking Dead, Fear The Walking Dead, Outcast, Westworld, The Strain

Le cru 2016 a été pour moi globalement insatisfaisant, notamment pour les séries Stranger Things et Fear The Walking Dead qui ont été bien trop louées pour ce qu’elles sont à mes yeux. Aucune série n’a réellement su me tenir en haleine ni m’inciter à trouver du temps chaque semaine pour visionner les épisodes lors de leur sortie, au point de ne pas emboîter sur les nouvelles saisons en cours ou à venir (RIP The Strain, Outcast et The Walking Dead). Seule la petite dernière Westworld revêt un peu d’intérêt à mes yeux, sans pour autant m’emballer à 100%.

 

 

Les séries de Caduce


 

 

Séries vues cette année : les grands classiques (Game of Thrones, The Walking Dead, Fear The Walking Dead…) mais aussi Homeland, Black Mirror, 3%, Stranger Things, Rosemary’s Baby, Doctor Foster, Westworld…

Beaucoup de séries visionnées finalement, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les surprises ne sont pas toujours là où on les attend… Mention spéciale à Fear The Walking Dead et Stranger Things, beaucoup trop surévaluées à mon goût. De très bonnes, voire d’excellentes surprises pour 3%, un Black Mirror toujours au top, et l’arrivée fracassante de Negan dans nos vies (moi, fangirl ? nooooon…)

Ciné Séries
Cliquer pour ajouter un commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus Ciné Séries