Culture Geek

Paris Games Week : le guide de la convention pour les introvertis

Paris Games Week : le guide de la convention pour les introvertis

Comment survivre à une convention lorsque l’on est introverti ?

 

Voilà euh, eh bien bonjour. Ou plutôt salut. Enfin, hello quoi. Je.. M’appelle Psycho et je suis introvertie. Voilà , c’est dit.

Certes, ce n’est pas rare dans le vaste monde des internets que d’être quelqu’un d’introverti. En revanche, le problème se pose autrement lorsqu’il s’agit de se rendre en convention. Avec ses 310’000 visiteurs lors de l’édition 2016, la Paris Games Week fait peur. Très très peur. Malgré tout, j’ai trouvé le courage de braver cette foule hostile afin de rédiger pour vous un guide des bonnes pratiques en milieu de convention pour les gens, disons, comme nous. Le 5 novembre dernier, je vous avais déjà partagé mon tour d’horizon hardware, mais heureusement je n’ai eu à adresser la parole à personne pour cela.

Attention, je tiens à préciser avant toute chose que cet article est à prendre avec beaucoup d’humour malgré les clichés et autres formes de dérision.

 

Paris Games Week 2016

 

La préparation mentale


 

L’essentiel pour affronter les conventions, c’est d’être prêt mentalement et d’avoir quelques sujets de conversations ou des répliques toutes faites pour le cas extrême ou vous seriez obligé d’adresser la parole à une personne de l’espèce humaine. L’apparence, ou le skin, est également un point clé car il faut à tout prix réussir à passer le plus inaperçu possible. Il est donc indispensable d’élaborer une stratégie digne des plus grands ninjas de ce monde afin de ne surtout pas se démarquer de quelque manière que ce soit.

Tout d’abord, quels sont les différents types d’humains susceptibles de nous adresser la parole lors de la Paris Games Week ? Dressons rapidement une liste des sujets principaux :

  • Le staff
  • Les exposants
  • Les journalistes
  • Les autres visiteurs
  • Les filles (ou grills)

Oui, vous avez bien lu, et nous allons sans tarder plonger au cœur de ce dernier point qui a sans doute dû susciter chez tous les introvertis une pointe de curiosité. Cet être légendaire humanoïde de sexe féminin a amorcé les plus grandes spéculations autour de son existence. Si vous souhaitez en savoir plus à son sujet, voici de quoi vous documenter.
Aussi étonnant que cela puisse vous paraître, il est possible de les rencontrer en convention et parfois de les approcher.
Que ce soit pour lancer une conversation avec une fille ou l’un des autres sujets listés ci-dessus, voici pour vous nos idées de répliques qui vous feront paraître cultivé :

  • « C’est ma dixième Paris Games Week »
  • « Je suis fan de Jar Jar Binks »
  • « J’ai dépassé le niveau 100 à Candy Crush, je suis trop un geek »

Passons maintenant au sujet épineux du skin, c’est-à-dire votre accoutrement. Vous pouvez opter pour le grand classique ou un choix plus culotté, selon votre humeur du moment.
Le premier consiste à porter ce jean que vous utilisez depuis 6 mois déjà sans jamais l’avoir lavé (l’odeur du propre, quelle horreur !) et de l’assortir avec votre plus beau t-shirt de geek. J’entends par là un t-shirt avec une quote de film/série/jeu vidéo, etc. ou un motif dans cette même idée. Tout cela sera du plus bel effet si vous ajoutez la touche finale, à savoir l’odeur de transpiration caractéristique à de grosses sessions de gaming. Il ne vous manque plus que la boisson énergisante à la main et vous être fin prêt !
La seconde option qui nécessite un peu plus d’audace est le cosplay. Eh oui, rien de tel pour se camoufler que de se faire remarquer. Choisissez de préférence un personnage dont on ne voit pas le visage, qu’il soit masqué ou intégralement maquillé, cela fera son effet. Le très mystérieux V est probablement l’exemple le plus parlant et correspondra à tous.

 

V de V for Vendetta

V de V for Vendetta

 

Durant la convention


 

Le bon plan pour éviter la foule lors de tels événements, particulièrement à la Paris Games Week, est de se procurer une invitation pour la soirée d’ouverture. Oui, la presse est présente en plus grand nombre que lors du salon lui-même, ce qui pourrait vous mettre mal à l’aise. Toutefois, il faut savoir que la population de l’événement est divisée par 5 au minimum, ce qui n’est pas négligeable ! Une fois votre pass en poche, vous n’échapperez pas à la file pour entrer dans le salon, malheureusement. Afin de rendre l’attente moins pénible, munissez-vous de votre Nintendo DS ( aussi utile pour StreetPass, accessoirement ) et avancez machinalement avec la foule. En moins de deux, vous vous retrouverez devant les portes qui vous donneront accès au paradis du geek.

Attention, ne regardez surtout pas les agents de sécurité ou les caissiers dans les yeux, ils risqueraient de vous adresser la parole !

Ouf, la première épreuve est passée ! Les prochaines heures à l’intérieur du salon s’annoncent périlleuses : éviter le contact, les appareils photo et les caméras, les enfants (surtout !) et Maître Gims, on ne sait jamais. Si, si, il était présent à la Paris Games Week 2016 car il prête sa voix à un personnage de Skylanders…
Quand l’heure sera venue de manger, évitez d’avoir faim. Cela parait contradictoire mais les stands de nourriture regorgent de personnes aux heures des repas. Il est donc préférable de régler son horloge de la faim sur une heure creuse.

Certains stands sont également plus susceptibles d’être considérés comme « à risque » pour les gens de notre acabit. Par exemple, soyez extrêmement prudents aux horaires de passages des Squeezie et autres Cyprien sur les stands 15-18 de JV.com. Pour vous tenir informés de ces horaires dangereux, vous pouvez subtiliser discrètement un prospectus à l’accueil en prenant mille précautions pour que l’hôtesse n’essaie pas de vous renseigner. Ces PNJ sont ennuyeux car particulièrement aimables et accueillants, vous aurez donc beaucoup de peine à vous en débarrasser si vous prenez leur aggro.

Surtout, ne faites pas l’erreur de souhaiter tester un jeu qui sortira dans les jours à suivre car vous avez un pourcentage élevé de ne pas en réchapper. Les files de plusieurs heures de long vous feront l’effet d’une heure complète sans connexion internet. De plus, les voix aiguës des préadolescents ont de grandes chances de vriller vos fragiles oreilles, en plus de vous taper sur le système. Mauvais plan, donc, que de s’enfiler dans ce genre de couloir de la mort. D’ailleurs, pour ces mêmes raisons, fuyez le stand Xbox où Minecraft est présenté, vous me remercierez plus tard.

Si par malchance vous êtes fan d’une personnalité esportive présente lors du salon, tout n’est pas perdu. Il existe des stratégies pour les approcher sans se retrouver compressé parmi d’autres geeks odorants. Veillez simplement à être fan de quelqu’un qui n’est pas très connu et pas très apprécié afin d’optimiser vos chances d’être le seul à tenter une approche.
Comment ça, vous êtes fan de YellOwStaR ? Vous ne faites vraiment pas d’efforts ! Bon, nous allons quand même vous aider. Comme mentionné plus haut, débrouillez-vous pour avoir des accès à la soirée presse où il donne une conférence sur son nouveau poste au sein du PSG esport ainsi que de son ouvrage fraîchement paru. Non seulement vous pourrez le voir de près, lui poser des questions,.. Euh ou pas en fait, mais vous pourrez le voir, c’est déjà ça ! Même que si vous lui souriez assez longtemps, il a des chances de vous sourire en retour pour que vous cessiez enfin de l’effrayer.

 

YellOwStaR Paris Games Week

YellOwStaR à sa conférence de presse lors de la Paris Games Week 2016

 

Bilan de la Paris Games Week pour les introvertis


 

Bon, ça y’est, vous y avez finalement survécu. Mais comment ? Car finalement la convention, ce n’est qu’un grand rassemblement de passionnés. À partir de là, peu importe que vous soyez introverti, socialement inadapté, roux, une fille, ou boutonneux. Pour peu que le salon vous intéresse, vous y avez passé un bon moment malgré la foule oppressante et les efforts constants des animateurs pour hurler plus fort que celui du stand d’à coté.

Vous ne l’avez pas remarqué, mais d’autres geeks ont admiré votre t-shirt ou votre sabre laser dédicacé par Jar Jar Binks, et vous n’êtes pas le seul à qui cela a demandé un effort surhumain de sortir de sa chambre pour venir gambader parmi tous ces gens, croyez moi.

Profitez de rester seul et enfermé le plus possible, mais n’oubliez pas de vous forcez à sortir pour explorer la map IRL une fois de temps en temps, mais pas trop quand même. Enfin, on ne sait jamais, parfois le monde réel réserve de belles surprises.

Culture Geek
Cliquer pour ajouter un commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus Culture Geek