Culture Geek

Detox Delight : une cure qui n’est pas réservée à Fat Princess !

Detox Delight : une cure qui n’est pas réservée à Fat Princess !

Detox Delight : la cure qui n’est pas réservée à Fat Princess !

 

Quelles sont les images qui nous viennent à l’esprit quand on parle d’ « alimentation geek » ? Il y a fort à parier que d’un côté les burgers disputeront la première place aux pizzas, et que de l’autre que les aliments customisés geek ne seront pas loin de faire l’unanimité : qui peut résister à des poches de « sang », des cristaux bleus, une potion de soin et des petites étoiles d’invincibilité, du bon fan-service comme on les aime ?

L’alimentation étiquetée geek répondrait à trois impératifs, rapide et facile à préparer (voire toute faite), rapide à consommer, évoquant soit les jeux directement soit la culture américaine (prise dans un sens assez restrictif). Forcément, elle se résume vite à tout ce qui est sur-gras ou excessivement sucré : il suffit de voir à quoi ressemblent les produits « pour les geeks »  : des bonbons, des sodas, des boissons énergétiques, des chocolats, de la bière… Pas étonnant que dans l’imaginaire collectif le geek ressemble davantage aux gamers du fameux « Make Love, not Warcraft » de South Park qu’à Bruce Wayne ou Selina Kyle !

 

cleek_images_culturegeek_makelovenotwarcraft

 

Pour excessif que soit ce stéréotype, il traduit bien l’expansion d’une monoculture de la graisse, à laquelle on ne peut échapper qu’avec efforts, surtout à une époque où les supermarchés eux-mêmes exigent notre prudence, la fraîcheur et la teneur en nutriments des fruits et légumes prétendument « frais » n’étant pas toujours évidente…

Nous vous parlions il y a quelques semaines des jus de légumes, et plus particulièrement de la marque « Yumi », comme d’un complément sûr à votre alimentation. Aujourd’hui, nous vous proposons de nous pencher sur le cas de remplaçants alimentaires, les jus « Detox Delight », qui se substituent à toute nourriture solide pendant la durée de la « cure ».

 

cleek_images_culturegeek_detoxdelightbenefices

 

Même les personnages de certains jeux mangent : peut-on vraiment y renoncer ?

 

L’intérêt d’une « cure » radicale est évident : que celui qui n’a jamais souhaité mincir, ne serait-ce que de quelques kilos pris après la période des fêtes, ou d’une semaine un peu plus chargée en burgers-frites qu’à l’ordinaire, nous jette la première Game Boy ! Or, on a beau dire que le plus difficile avec les régimes est de maintenir le rythme, ce n’est pas pour autant qu’il est aisé de le commencer. Quelle méthode suivre, sur les milliers qui sont proposées et se contredisent souvent, faut-il débuter carrément ou peut-on être plus permissif au début, quand on ne se sent pas la force de renoncer à tout et dans le cas où le corps ne supporterait pas bien une alimentation plus réduite ou simplement différente ? C’est l’un des paradoxes du monde connecté : l’accès à trop d’applications, de gadgets, de blogs, finit par nuire au choix au lieu de nous faciliter la vie comme ils sont supposés le faire.

Avec la « cure » de jus bio que nous souhaitons vous présenter aujourd’hui, Detox Delight, la marche à suivre est claire : en fonction de la « cure » choisie, on boit un nombre déterminé de jus de fruits et légumes chaque jour, à un intervalle d’environ deux heures par jour, en ne nous autorisant, en cas de difficultés au début (et je le confirme, l’estomac n’a pas l’habitude de ne rien manger de solide), que des aliments d’une liste pré-établie (une poignée de graines, une pomme, une galette de riz soufflé…).

Et on est loin des méthodes drastiques de certaines stars, par exemple la « cure sirop d’érable » consistant à ne rien consommer d’autre pendant plus d’une semaine qu’un jus à base d’eau, de sirop d’érable, de citron et de poivre de Cayenne, soit une cure largement insuffisante pour le fonctionnement de l’organisme ! Les jus Detox Delight ont le double-avantage d’être variés et de contenir tous les nutriments nécessaires à une journée même active.

 

Une boîte qui donne bien envie !

 

Même les personnages de certains jeux mangent : peut-on vraiment y renoncer ?

 

C’est que les six jus ne sont pas identiques, et leur ordre n’est pas aléatoire : pour la « cure » qui m’a été envoyée par Detox-Delight afin que j’en écrive une critique sincère (et elle l’est !), « Juice Delight », on commence par une « limonade », on poursuit avec « Orange », « Pink », « Green », « Yellow » et enfin, avant de se coucher, le « Nut Milk », un peu plus consistant, dont il est permis de boire une petite partie entre deux jus si la faim se fait sentir. Et il faut savoir que les recettes de tous ces jus varient : deux jus portant le même nom ne contiennent pas forcément les mêmes ingrédients, même si leur base est identique, de sorte que leur saveur peut être très différente, mais que leur couleur, et – surtout – leur apport pour ce moment de la journée est similaire. Il faut savoir que chaque bouteille d’un demi-litre contient environ 3 kilos d’ingrédients végétaux, inutile de préciser que vous ne serez pas sous-alimenté, et ne souffrirez d’aucune carence ni d’ « effet yo-yo »

Certaines cures contiennent d’ailleurs une ou deux soupes, voire un bocal d’aliments solides, certains s’adressent aux grands sportifs et permettent une « détox » solide sans perdre en masse musculaire tout en étant riche en protéines végétales, une cure contient du charbon actif, une autre est orientée Beauté, certaines sont plus intenses que d’autres, il y en a pour tous les goûts et surtout pour tous les besoins ! Et naturellement, tout est 100% Bio, sans gluten, sans conservateurs ni additifs, pressé à froid, parfaitement végétalien (y compris les laits), rien n’est chauffé ni pasteurisé, bref, impossible d’en demander davantage pour être certain que la « cure » est saine.

 

cleek_images_culturegeek_detoxdelightsport

Recette-miracle : une cure Detox Delight et du sport.

 

Combien de jeux de PS4 coûte notre santé ?

 

Naturellement, le prix est à la hauteur de la qualité, c’est-à-dire élevé : il faut compter 230 euros pour une « cure » classique de trois jours, c’est-à-dire trois fois six bouteilles. Pour ce prix, c’est donc une boîte de neuf kilos qui sera livrée directement chez vous (tout de même !), dans une boîte isotherme qui inspire confiance, toujours expédiée la nuit précédente en livraison express pour garantir la fraîcheur des produits. Ce n’est pas à la hauteur de toutes les bourses, mais il faut bien se rendre compte non seulement qu’on est nourri pendant trois jours entiers (il est évidemment possible de commander des cures plus courtes ou plus longues, voire de s’abonner pour des livraisons périodiques), avec des aliments d’une qualité impossible à bas prix (vous voulez qu’on reparle de la qualité des fruits et légumes de supermarché ?), et pour une « cure » promettant l’élimination des toxines de votre corps, et surtout lançant on ne peut plus sainement le régime que vous vous promettez de faire depuis si longtemps. 

Même si l’élimination des « toxines » par une alimentation saine n’est en effet pas prouvée scientifiquement (c’est pourquoi nous préférons parler de « cure » avec des guillemets), il suffit de regarder la liste des ingrédients de chaque produit et les procédés utilisés pour les fabriquer pour se rendre compte qu’ils ne pourront faire que le plus grand bien à votre corps. D’autant que ces jus sont pensés pour votre corps, en terme d’acidité, de taux de sucres… et ne risquent donc pas, contrairement à de nombreuses autres « cures » auto-proclamées, de faire monter votre glucose, d’irriter les intestins ou d’affaiblir votre corps.

 

La fraîcheur de la box est garantie par Elsa.

La fraîcheur de la box est garantie par Elsa (elle s’y connaît) !

 

Et ce n’est pas tout : l’impression de propreté intérieure n’est pas le seul bénéfice de la « cure », les jus sont excellents. À l’opposé de l’image du breuvage immonde que la nécessité impose de boire, on se régale et on prend pleinement plaisir à se faire du bien. Mes deux jus préférés étaient ainsi une version du « Orange » contenant pomme, carotte, fenouil, orange et citron, et une version du « Pink » à base de pomme, carotte, ananas, betterave rouge, citron, gingembre. Avouez que cela donne envie, surtout si vous savez que les mélanges sont tous parfaitement doux et sucrés, justifiant pleinement le nom de la marque, « Detox Delight » !

Ajoutons enfin à ces qualités la souplesse des « cures » Detox Delight : chaque livraison est accompagnée de fiches récapitulant le contenu, le mode opératoire, les consignes de conservation, la liste des aliments ingérables au cas où, et d’un mail servant de guide assez complet sur la « cure » Et il est tout à fait possible de demander d’appeler directement les services de Detox Delight ou de leur écrire pour discuter de ce que vous espérez d’une cure et donc trouver celle qui serait la plus adaptée, ou pour signaler des allergies qui seront prises en compte dans la boîte livrée.

En vous aidant du très bon guide, aussi motivant que complet, des explications du site, éventuellement d’un bracelet de type FitBit Flex ou d’un manuel/appli, vous aurez toutes les clefs en mains pour poursuivre les bonnes résolutions concrétisées et rendues possibles par votre première « cure » Detox Delight, et ainsi faire un pas décisif pour vous sentir mieux dans votre peau.

 

Si vous voulez mériter ce genre de cheat day, sachez que The Rock l'a mérité en suivant 150 jours de régime drastique !

Si vous voulez mériter ce genre de cheat day, sachez que The Rock l’a mérité en suivant 150 jours de régime drastique !

Culture Geek

Doctorant en Littérature comparée, je prépare une thèse sur les enjeux principalement politiques, moraux et religieux du comics super-héroïque - et un livre sur Batman, en projet. Certaines de mes interventions dans des colloques sont disponibles sur mon LinkedIn. Par ailleurs cinéphile et sériephile affirmé, j'essaie au mieux de partager ces passions (et les détestations qui en découlent) sur VonGuru après l'avoir fait sur Cleek, persuadé que c'est dans cette activité de partage et de discussion que la culture trouve son sel.

Voir commentaires (8)

8 Comments

  1. Kelso Bob

    2016-09-30 at 12 h 35 min

    Bravo ! Un article superbe, j’ai rarement vue une satire aussi efficace des procédés publicitaires et de la communication hygiéniste. Je veux dire, le Gorafi n’aurait pas fait mieux !

    En revanche, faites attention – je crois mais je ne suis pas sur – que la loi vous oblige à mentionner clairement lorsqu’il s’agit d’une parodie afin d’éviter toute poursuite.

  2. Siegfried « Moyocoyani » Würtz

    2016-09-30 at 16 h 15 min

    Bonjour Bob, et merci pour cette nouvelle appréciation de la qualité de nos articles, et plus précisément de l’exercice de style d’aujourd’hui. Petite remarque juridique cependant, il n’est pas plus obligatoire de signaler un contenu parodique qu’un commentaire ironique, un blog ne subissant pas les mêmes contraintes légales qu’un site d’informations. Ravi d’avoir pu vous renseigner, et en vous invitant à manifester plus d’intérêt pour l’hygiène que vous ne sembler le faire pour l’heure (méfiez-vous, tout appel hygiéniste n’est pas parodique ou foncièrement mauvais), je vous souhaite de bien poursuivre votre lecture – et une bonne cure Detox-Delight, of course !

    • Kelso Bob

      2016-09-30 at 17 h 46 min

      Je vois qu’il y a des appréciations que vous appréciez moins que d’autres. Faites nous une liste des commentaires que vous jugez acceptables ce sera plus rapide. Contrairement à ce que vous semblez croire , l’intégralité de la « rédaction » (un élément qui ne plaide pas en faveur de la thèse du blog ça d’ailleurs) n’est pas visée mais si elle est par définition solidaire de vos productions (ou alors vous parlez de vous à la troisième personne ???!).

      Les blogs n’ont pas les mêmes obligations légales que les sites d’informations (il faut ajouter à l’expertise littéraire, cinématographie et médicale, le droit donc…) ? Dois-je en conclure que vous vous autorisez à mentir et à cacher des informations à vos lecteurs ?

      Quant à vos conseils sur mon hygiène, j’espère que nous auront l’occasion d’en parler bientôt.

      Et conseil pour conseil vous devriez changer de pseudo « Docteur Doxey » vous irait bien mieux que Moyocoyani.

      • Kelso Bob

        2016-09-30 at 17 h 53 min

        si le fond de la question vous intéresse (ce dont on peut largement douter vu la qualité de vos réponses de manière générale que l’on peut résumer au choix à « vous êtes un con » ou « vous êtes un gros sale ») la réponse à votre question sur la preuve scientifique semble assez simple :

        « Même si l’élimination des « toxines » par une alimentation saine n’est en effet pas prouvée scientifiquement (c’est pourquoi nous préférons parler de « cure » avec des guillemets) » cette phrase n’a tout simplement pas de sens. http://www.allodocteurs.fr/alimentation/regimes/la-detox-c-est-de-l-intox_11771.html | les études citées sont disponibles, ils suffit d’aller voir.

  3. Lee Jordan

    2016-09-30 at 19 h 20 min

    Encore un frustré qui la ramène planqué derrière son écran…J’ai apprécié cet article, je l’ai « ingéré » avec du premier et du second degré…ça me permet de mieux digérer des commentaires aussi faméliques que ceux de ce misérable Bob qui, en secret, doit avoir des comptes à régler avec certains d’entres vous !

    • Kelso Bob

      2016-09-30 at 19 h 39 min

      Si on reprend ce raisonnement redoutable, tu es donc un frustré qui a des comptes – en secret hein ouuuuuh – à régler avec moi ?

      • Kelso Bob

        2016-09-30 at 19 h 40 min

        c’est quand même assez dingue la vitesse à laquelle vous passez à l’insulte dès qu’on a le malheur de faire la moindre objection…

    • Belso Kob

      2016-09-30 at 20 h 02 min

      Pour ma part je découvre ces commentaires par hasard à l’instant (je ne suis en aucune manière lié à la CIA) et je trouve que Bob a tout à fait raison, et qu’il est mieux coiffé en plus, ce qui est dans ce domaine tout à fait définitif

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus Culture Geek