Hardware

Lumia 950XL et Continuum : l’avenir en marche ?

Lumia 950XL et Continuum : l’avenir en marche ?

C’est avec grand plaisir que j’ai eu l’opportunité de tester le Lumia 950XL de Microsoft.

Même si je suis un utilisateur au quotidien d’Android et de la série « Note » de Samsung, j’ai toujours clairement affirmé, après avoir eu l’occasion de tester en profondeur, que l’OS de Microsoft était vraiment bon et sans doute pas reconnu à sa juste valeur.

Avec le Lumia 950XL l’occasion m’est donnée de tester Windows 10 mobile et surtout le mode Continuum.

Pour rester quelques instants sur le smartphone qui a été largement testé depuis sa sortie en fin d’année, je dois dire que son utilisation m’a conforté dans mon analyse de l’OS mobile de Microsoft : le fonctionnement au quotidien est un vrai plaisir, l’OS de Microsoft est d’une fluidité remarquable et sans comparaison avec les « ténors » du marché ( mon mètre étalon étant ici le Galaxy S6 Edge+ que j’utilise au quotidien ).

Lumia 3-min

Cette sensation de confort et de vitesse est permanente et pour un utilisateur de Windows 10, l’apprentissage de la vie avec un smartphone Lumia est vraiment rapide.

L’autre point extrêmement positif est l’écran du Lumia 950XL. Pourtant Samsung mettant vraiment la barre très haute sur ses Galaxy S, je ne m’attendais pas à être aussi agréablement surpris. La dalle utilisée est une Amoled avec une diagonale de 5.7″ qui ne me déstabilise donc pas par rapport à l’utilisation que je fais au quotidien de mon Samsung. Elle offre une résolution QHD ( 2560 x 1440 px ) ce qui nous donne une densité de 518 pixels par pouce. Ce résultat permet un confort total dans tous les domaines y compris la lecture d’email, de documents volumineux et bien entendu le visionnage de vidéos ou de photos.

Enfin, la partie photo est elle aussi de très haut niveau, supportant sans aucun problème la comparaison avec les plus gros modèles de la concurrence Android / iOS.

J’ai aussi constaté une grande réactivité de la partie GPS, capable d’accrocher le signal bien plus rapidement que les autres produits que j’ai l’habitude de tester.

Lumia 2-min

Les griefs que l’on peut faire à ce Lumia sont très localisés :

  • L’autonomie du 950XL est équivalente à ce que j’obtiens sur le Galasy S6 Edge+ ; autant dire qu’un utilisateur intensif comme moi aimerait en avoir plus.
  • La finition : si le smartphone star de Microsoft n’est pas du tout décevant par rapport à un Note 4 par exemple, il est clairement en retrait quand on considère le S6 et encore plus le S7. C’est à mon sens une erreur majeure de Microsoft car s’il veut réussir il doit s’imposer sur le terrain de la qualité perçue comme il l’a fait avec ses Surfaces dernièrement.
  • Le retard du store dédié…bien entendu.

C’est évidemment dans le domaine des applications que les points négatifs sont les plus évidents.

Si des app incontournables comme Periscope voir même le client Email Google manquent, on arrive globalement à s’en sortir avec des applis non-officielles comme Telescope par exemple. Mais pour l’utilisateur habitué à son monde Android ou iOS, le saut vers un appareil Microsoft est indéniablement difficile.

Alors oui, le catalogue est très très très loin derrière mais objectivement, on trouve l’essentiel pour travailler et se divertir d’Instagram à Twitter. Ce point noir, Microsoft l’a bien identifié depuis longtemps. Tout d’abord le géant du logiciel a essayé de lutter en frontal contre ses deux concurrents mais force est de constater qu’il part de beaucoup trop loin.

Avec Windows 10, son approche est maintenant radicalement différente.

Alors qu’Apple s’était donné comme objectif jadis de séduire, par la simplicité de son OS mobile les futurs acheteurs de Macbooks et autres iMacs; la firme de Redmond a décidé de s’inspirer de ça…en repartant du PC.

La diffusion en masse de Windows 10 ( dans des conditions financières avantageuses avec de la gratuité souvent ), la migration de l’interface de la Xbox, l’arrivée de la marque dans du hardware « lifestyle » : tout ça provient de la même stratégie.

Utiliser son smartphone avec la même facilité et les mêmes habitudes que son PC et les périphériques de la maison : voilà l’objectif et Continuum est une première étape.

continuum

Sur ce point Continuum ressemble clairement à un galop d’essai.

Ce petit boitier simple et discret ressemble quand même un peu a du bricolage.

Sa mise en oeuvre et cependant rapide, facile et le résultat est excellent : une interface quasi identique à celle d’un PC sur un écran « classique », en pouvant utiliser un vrai clavier et une vraie souris…soyons objectif, c’est quasiment ce que cherchent la majorité des gens dont la sollicitation principale d’un PC se fait pour le Web, les emails et les réseaux sociaux.

Microsoft Continuum

La cible de ceux qui utilisent essentiellement le Web et dont le passage de leur smartphone à un écran n’est pas justifié par un impératif de puissance mais par un besoin de confort est énorme. A ceux-là Microsoft propose d’avoir tout dans la poche.

Une fois cette perspective comprise, l’aspect peu sexy du petit boitier Display Dock permettant de faire le lien avec Continuum devient secondaire. On ne peut s’empêcher de penser à de futures évolutions où le dock serait un chargeur et disposerait d’autres atouts ( une accélération matérielle par exemple ? ). Je me souviens aussi de l’Asus Padfone, ce combo smartphone tablette difficilement « comestible » au moment de sa sortie…bref, les possibilités semblent plus fortes pour Microsoft d’imposer ce concept aujourd’hui.

A l’utilisation, les tâches classiques se font avec un grand confort et on peut aussi bien connecter son Display Dock à un clavier et une souris filaires qu’au petit clavier pliable bluetooth de la marque toute en utilisant l’écran du smartphone comme un touchpad géant.

La plupart des applications ne posent aucun problème lorsqu’on les lance en mode continuum. Certains défauts d’affichages font cependant comprendre qu’elles ne sont pas toutes optimisées pour ça.

C’est là le plus grand défi de Microsoft, il concerne la montée en puissance des applications universelles. C’est clairement la clé de voûte de tout l’édifice. Sur le téléphone comme sur le jeux, si Microsoft arrive à imposer ça aux développeurs, il effacera quasi instantanément ce retard qui l’empêche de peser dans la mobilité et transformera son écosystème en une sacrée machine de guerre.

De la mobilité à la téléphonie en passant pas le gaming, on comprend pourquoi beaucoup commencent à s’inquiéter : sur la stratégie de la convergence, c’est Microsoft qui a le plus de cartes en main.

Un atout considérable sans aucun doute mais qui n’est pas non plus synonyme de succès assuré. La gamme de smartphones « Surface » attendue au début de l’année 2017 devra convaincre sur tous les points pour ça.

Hardware
@NotDjey

Passionné par les nouvelles technologies depuis mon ZX81 je continue à aimer les extensions mémoires et les gadgets connectés.

Cliquer pour ajouter un commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus Hardware