Culture Geek

Azir or AFK

Azir or AFK

Azir, Empereur des Sables

 

Vous êtes-vous déjà demandé, en regardant vos champions préférés arpenter la faille de l’invocateur, quelle était l’histoire de ce personnage farfelu que vous aviez invoqué ? Dans cette série d’articles, nous vous proposons, à défaut de guide sur un personnage, d’en découvrir un peu plus sur l’essence même du champion. Et pour cette nouvelle aventure, Azir nous fait l’honneur de rejoindre sa cour sur la Middle Lane, où ce mage particulier règne. Azir est un personnage fort et torturé. Vous pouvez retrouver notre quatrième numéro où nous sommes allé chasser en compagnie de Kindred, ainsi que notre troisième numéro où nous vous parlions de la douce et forte Nami. Sans oublier notre tout premier article sur Miss Fortune et le second sur Cassiopeia.

 

Lore

 

cleek_image_culture_geek_azirorafk

« Je n’ai qu’un mot à dire et vous cesserez d’exister »

L’histoire de l’empereur de Shurima est longue et complexe. Et cela semble tout à fait normal puisque Azir est un personnage intemporel, en effet, il existait il y a bien longtemps, et son réveil fait de lui un immortel. Le Lore officiel sur la page de profil de Azir n’offre qu’un morceau de son histoire. On peut penser que c’est parce que l’arrivée d’Azir a chamboulé la tranquille existence de plusieurs champions et de Runeterra toute entière. Ainsi son histoire ne lui appartient pas exclusivement et le récit écrit dans son Lore est la seule partie de cette révolution qui n’intéresse que lui.

A l’époque de Shurima, Azir était un jeune empereur, il avait d’innombrables richesses, il était encore humain et béni par le disque solaire. Son Mage, Xerath, le poussa à effectuer le rituel de l’Ascension destiné à lui garantir des pouvoirs fabuleux, cependant, ce rituel ne devait être exécuté qu’en cas de danger imminent, l’orgueil du jeune maître de Shurima le poussa à accepter et commencer le rituel, le disque solaire, source de pouvoir, irradiait l’empereur, et alors que l’ascension allait commencer, Xerath poussa Azir et s’exposa lui-même aux rayons d’énergie pure, devenant alors un être puissant fait uniquement d’énergie. Cette trahison signa la fin de Shurima, Xerath fut emprisonné par deux transfigurés, Nasus et Renekton, ce dernier ayant choisi de se sacrifier fut enfermé avec Xerath, devenu fou. Azir et Shurima tombèrent dans l’oubli, lui et toute sa famille.

Azir fut enterré dans les ruines de Shurima, au plus profond des sous sols, nul ne devait troubler son éternel sommeil, du moins, jusqu’à ce que Cassiopeia apparaisse avec Sivir dans les ruines de Shurima, cherchant les richesses de ce peuple oublié, Cassiopeia ouvrit la tombe des Empereurs, libérant Renekton, devenu une simple bête féroce, et Xerath, fou qui se libéra afin de reconquérir Valoran. Sivir fut trahie, et blessée, son sang s’écoulait dans les sables anciens alors qu’elle tentait de fuir. Cela activa une ancienne magie, Sivir étant la dernière descendante d’Azir, les sables ressuscitèrent l’empereur de Shurima, alors encore humain, il vit Sivir, se reconnut en elle, et décida de la sauver. Il ne pensait pas à son royaume, aux rituels, il devait juste sauver Sivir. Une fois qu’il l’eut emmenée à l’Oasis de l’Aube. Après ses prières, Sivir fut sauvée. Et en tant qu’Empereur de Shurima, il fut béni et le rituel de l’Ascension débuta, changeant l’humain Azir, en empereur transfiguré de Shurima. Ce pouvoir acquis lui permit de sortir son empire oublié des sables, rêvant d’un nouveau royaume sur lequel régner.

Après sa résurrection et son ascension, le maître des sables retourna dans son palais, où les pierres et les sables regorgeaient de souvenirs enterrés. Impossible pour l’empereur de ne pas se remémorer les rues pleines de Shurima, où la haie d’honneur de braves soldats qui avaient pour habitude de l’admirer avancer. Azir, attristé par ce vide et cette solitude, ordonna au sable de prendre des formes humaines, retraçant ce jour funeste de la destruction de Shurima. Les sables jouaient le rôle de soldats, puis, alors qu’Azir grimpait les marches du palais vers le disque solaire sacré, les visages étaient de plus en plus familiers, des conseillers, des mages, des érudits. Jusqu’à ce qu’il arrive devant sa femme enceinte, leur jeune fille, et leur fils, presque un homme, prêt à tout pour protéger sa famille de l’horreur qui lui faisait face. Les souvenirs étaient durs, Azir n’avait jamais vu ce qui était arrivé, mais il ne détourna aucunement les yeux, l’événement qui avait ravagé les autres statues de sables avant eux, les fit disparaître à leur tour dans le néant. Aucune larme ne trahit son désespoir, sa forme transfiguré lui interdisait tout simplement cette émotion, il était l’image de la force et de la splendeur de Shurima. La prochaine scène ensablée le représentait, alors que son corps mortel s’élevait sous la lumière de l’énergie divine du disque Solaire. Il se rappelait évidemment de ce moment, ce moment de sa vie qui devait lui garantir la force et la pérennité. C’est alors qu’il vit le visage du fléau, de l’homme qui avait tout détruit, son ami, son mage Xerath. Azir se jura alors de le retrouver et de lui faire payer la disparition de Shurima.

« L’histoire oublie ceux qui n’en sont pas dignes »

-Azir, Empereur de Shurima

cleek_image_culture_geek_azirorafk

 

Clins d’œils et origine

Comme chaque personnage de fiction, Azir ne s’est sûrement pas imposée d’elle-même aux designers et scénaristes de Riot Games, créateurs du jeu League of Legends. Et cette fois, c’est à la mythologie Égyptienne que nous devons Azir. Nous pouvons donc commencer notre chasse au trésor.

 

Le nom :

Azir est un empereur d’une ville située dans un désert. Pour trouver une signification particulière à son nom, il faut donc se pencher sur les langues utilisées dans des Pays désertiques. Ainsi, tournons nous vers le Nord de l’Afrique et le Moyen-Orien. Le nom Azir vient du mot Visir (Wazir en Anglais), ce mot est d’origine Arabe  ( وزیر ) et désigne habituellement un fonctionnaire de haut-rang dans un empire Arabe. De plus, ce mot est également utilisé par les historiens pour désigner à l’époque de l’Egypte Antique, le second du Pharaon, le tjaty. En Ourdou, le mot Asir signifie « choisi ». On peut donc le lier à Azir, choisi pour être empereur de Shurima. Et enfin, nous pouvons également rapprocher Azir de l’Egypte Antique, puis-qu’originellement Osiris, Dieu Pharaon, s’écrivait « 3sir » ou « wsir » (traduit par « asir » ou « uasir » )

 

Le personnage : 

L’empereur de Shurima est entièrement inspiré de l’Egypte Antique. Nous pouvons ainsi le voir comme étant l’équivalent du Pharaon de Shurima. Il était aux commandes d’un riche empire, dans un pays en plein désert, regorgeant de richesses, d’or, et dont les rituels ressemblent beaucoup aux rituels Égyptiens. De plus, une fois l’Ascension terminée, Azir devient une sorte d’Homme Faucon, cela n’est pas sans rappeler le dieu du Disque Solaire (béni par le peuple de Shurima et source du Pouvoir des transfigurés). était représenté par les Egyptiens comme un dieu a tête de faucon, coiffé du disque solaire. Il était connu sous trois formes distinctes, le matin c’était Kehpri, le scarabée bousier, symbole de la naissance et de la fécondité. A midi, lorsque le soleil atteignait son apogée; il était représenté par le faucon Ra-Horakti, associant le faucon, le disque solaire et l’uraeus (cobra qui protégeait les pharaons des ennemis, on le retrouve sur la coiffe de Râ.) Et lorsque le soleil se couchait c’était Atoum, le dieu vieillissant. Son image de Faucon et de Roi rappelle aussi le Dieu Horus, qui lui aussi est représenté par les Egyptiens comme un Homme à tête de Faucon. Ce dieu était un dieu de la guerre, de la vengeance, du soleil et des Pharaons. Tous les premiers Pharaons descendaient de lui, et tous le vénéraient.

Faits divers :

 

On peut penser qu’Azir n’apprécie pas Ezreal, en effet ce dernier a trouvé l’artefact lui donnant ses pouvoirs dans des ruines désertiques, sûrement à Shurima, et l’artefact était sûrement celui d’Azir.

Lors d’un back avec Azir, en tapant /dance dans le chat, Azir ne dansera pas mais ses Soldats danseront.

La phrase « Tous les chemins mènent à Shurima » correspond au dicton célèbre « Tous les chemins mènent à Rome »

Culture Geek

Plus Culture Geek