Esport

League of Legends World Championship : les analyses

League of Legends World Championship : les analyses

2015 League of Legends World Championship : les analyses

 

Retrouvez, chaque jour, l’analyse d’un match important de la compétition des Worlds de League of Legends, pour mieux comprendre ce qui a mené l’équipe gagnante à la victoire, les éventuelles erreurs de la phase de picks et bans, les temps forts du match, dans un résumé synthétique qui vous permettra de mieux revivre ce match crucial !

Sommaire

 

Quart # 3 : Fnatic contre Edward Gaming, Game 1 

Quart # 2 : SKT1 contre AHQ e-Sports Club, Game 3

Quart # 1 : Flash Wolves contre Origen, Game 4

Jour 8 : AHQ e-sports Club contre Invictus Gaming
Jour 7 : Team SoloMid contre Origen
Jour 6 : SKT1 contre Edward Gaming
Jour 5 : paiN Gaming contre Counter Logic Gaming
Jour 4 : Cloud 9 contre Fnatic
Jour 3 : Edward Gaming contre SKT T1
Jour 2 : LGD Gaming contre Origen
Jour 1 : Fnatic contre Invictus Gaming

 

 Fnatic contre Edward Gaming, Game 1, Quart #3

 

Cleek_images-FNC-EDG

 

 

Pour ce quart de finale nous allons nous concentrer sur la première partie opposant Fnatic à Edward Gaming. C’est cette partie qui a mis à mal le moral des chinois dans l’entièreté du BO5 de part l’incroyable ténacité des européens et surtout la capacité de ces derniers à trouver le petit missplay qui leur permet de gagner. Alors que l’on sait que Rekkles affectionne pas mal Kalista, tout comme Deft, il est clair que ce ban de Fnatic est pour empêcher les EDG de partir sur une composition impossible à prendre en teamfight post 25 min. Les bans Lulu et Tam’Kench des européens suivent la même logique, le premier est le personnage sur lequel excèle Pawn et le deuxième est incroyablement fort quelque soit l’équipe. Côté EDG les bans sont ceux du red side, à savoir Mordekaiser, Gangplank et dans une moindre mesure Elise. C’est ainsi que dans cette game, et dans tout le BO, Rek’Sai sera le personnage le plus contesté, toujours bleu side. Les Fnatic le first pick pour que Reignover puisse être aggrésif et faire la différence au top contre Koro1. Suivant cette logique les Fnatic donnent des picks safe sur toutes leur lanes à l’exception du top où Huni jouera Jarvan IV. Avec le Viktor au mid et l’éternel Kennen AD de Rekkles, les Fnatic s’assurent de très bons teamfights, plus ou moins tôt dans la partie, suivant la capacité à Huni d’être fed. De leur côté, les EDG pour contrer les Fnatic décident de prendre le jungler Gragas et leur support Thresh en première rotation pour faire en sorte de disengage les Fnatic et/ou de target très fort un ennemi avec leurs multiples contrôles. Ils complètent ces deux picks par Fiora au top, excellent duelliste et Jayce. On pense tout d’abord qu’il sera mid comme Pawn le joue beaucoup, mais avec le pick de Twisted Fate en tout dernier, il est clair que ce sera Deft sur Jayce. Même si ce dernier l’a déjà joué en soloQ cela surprend tout le monde. Les EDG partent alors dans cette game avec trois téléport et un ultime de Twisted Fate pour toujours plus de map contrôle. Ils seront difficiles à prendre en escarmouche par Fnatic et encore plus à isoler ! Les fights s’annoncent intéressants.

 

La game n’a rien à envier à ce qu’elle prévoyait. En effet, les EDG arrivent à chaque fois à répondre à l’agression des Fnatic par toujours plus d’agréssion. Les chinois se concentrent au top pour endiguer le fléau Huni. Koro1 arrive à toujours mettre la pression au top, et à chaque fois qu’il utilise son ultime, ses mates décalent pour prendre l’ascendant sur Huni et Reignover lorsque ce dernier passe par là. Pour autant cela laisse Febiven le temps de se feed au mid en récupérant plein de farm et surtout en arrivant à rotate au top pour sanctionner le trop de véléités sur Huni. Dès lors les Fnatic stallent la game et attendent le bon moment pour déclencher les hostilités. Par deux fois ils arriveront à prendre le teamfight qu’il faut en faisant en sorte que l’impact de Fiora soit le plus mince possible. Il arrive notamment à setup un fight avec l’ulti et les stun de Rekkles juste en dessous du Baron. Grâce à cela ils peuvent push au mid et au bot et débloquent la game. Mais la menace du triple téléport est toujours présente, et lors d’un mauvais engage au top Febiven sauve la game en faisant le jambon pour quatre EDG, ces derniers ne peuvent alors pas push car le midlaner européen à gagner suffisamment de temps pour que ses mates reviennent à la vie. Il ne restera plus qu’à se re-concentrer pour Fnatic et prendre le fight qu’il faut sur un très bon call Baron. Concrètement, les Fnatic ont attendu le bon moment pour engage les fights qui leur ont permis de prendre des objectifs primordiaux, et Febiven, surtout lui, aura montré un énorme sang froid qui a empêché son équipe de perdre. Les Fnatic sont donc en bonne voie pour ce BO3. Les games suivantes sont à l’image de la première avec un Febiven impérial, faisant des playz à la « Faker » en game 2. Fnatic est en demie !

 

AHQ e-sports Club contre SKT 1, Game 3, Quart #2

 

Cleek-images-skt-ahq

 

Encore une fois voici l’analyse de la game qui a donné la victoire dans le quart de finale opposant SK Telecom T1 à ahq e-Sports Club. Dans cette partie lors des bans les SKT ont intelligemment retiré la Jinx de AN et surtout le Mordekaiser en blue side. Cela laisse supposer qu’ils ne l’auraient pas pris et surtout qu’ils veulent jouer une composition axée sur le late game. Cela ne ment pas, les SKT prennent une composition orientée autour de Tristana comme lors de la game 1.  Mais lors du pick midlane ils décident de changer leur plan de jeu avec le Kassadin mid qui sera pour contrer les vélléités des ahq. C’est donc une composition orientée teamfight rapide, retraite rapide que nous offre SKT surtout avec Tam’Kench et Fiora. De leur côté les ahq prennent encore une fois le même plan de jeu. Une botlane très forte à protéger, un Darius au top et surtout un assassin mid, et pas n’importe lequel, Fizz, le main de westdoor. Les ahq sont donc sur une bonne pick comp qui pourrait poser des problèmes en early à SKT avant que le scaling de Tristana et Kassadin ne prennent le dessus.
La game ne fait pas mentir et le début est une série d’affrontements très bizarres de la part de SKT. Westdoor prend 2 solokills magnifiques sur Faker et Ziv fait de même au top sur MaRin. Les SKT montrent une très mauvaise phase de lane sauf au bot où Bang arrive à se maintenir au farm. Lors des premiers rassemblements, grâce à l’avance de leur sololaner les ahq arrivent à mater les SKT mais ne prennent jamais plus d’un objectif, un Dragon, un tour etc. Mais les SKT sont intelligents et Bang arrive à prendre plusieurs kills et même un doublé en 2v4 alors que sa team vient de se faire détruire. Cela va permettre aux SKT de résister au rouleau compresseur ahq et d’atteindre un stade de la partie où Bang va pouvoir tuer n’importe qui en solo avec sa Tristana. C’est véritablement le manque de finition de ahq sur les objectifs qui leur a coûté la partie et surtout la place en demi-finale potentielle. La remontée n’était pas exclu avec ce qu’ils ont montré en early. C’est donc SKT qui affrontera Origen la semaine prochaine à Bruxelles !
Flash Wolves contre Origen, Game 4, Quart #1

 

 

Aujourd’hui, l’analyse se concentre sur la partie qui a donné la qualification aux Origen en demi-finale. Dans cette partie les Flash Wolves se retrouvent red side et sont donc obligés de faire les sempiternels bans de Gangplank et Mordekaiser en adjonction de celui de Twisted Fate, ils veulent éviter que xPeke fasse des playz dans un game décisive. De leur côté les Origen se concentrent sur des bans midlane, Maple a fait trois belles parties pour le moment. Pour une fois le First pick revient à Lulu, ce qui laisse la chance à FW de prendre un Elise, mais ces derniers préfèrent Rek’Sai. Ce choix est étrange de la part les taiwanais et les met en très mauvaise posture dans cette draft. En effet, ils voient les Fnatic prendre leur duolane favorite, Jinx-Morgana, et cela force SwordArt à jouer un nouveau champion. Les FW sont déstabilisés dès la troisième rotation de picks, et ayant déjà un jungler, il ne peuvent empêcher Elise d’être prise par Amazing. Les Fnatic se retrouvent alors sur une composition ADcentrique. De leur côté les FW essaient tant bien que mal de donner un sens à leur équipe avec une Caitlyn forcée sur NL. Concrètement, avec les picks de Viktor et de Irelia, les FW se retrouvent à jouer une pick comp dont le but sera de profiter d’un énorme power spike en mid game, et pour cela, il va falloir outrotate les ORigen en early. La game s’annonce donc très passive côté Origen, voir défensive, et le pick d’Anivia est parfait dans cet optique. Les FW perdent cette draft.

Comme prévu la partie s’éternise en early, et malgré de beaux ganks sur xPeke au mid, les FW n’arrivent pas à prendre un réel avantage. Toutes les lanes de Origen sont en avance sauf au mid où Anivia passe evidemment un sale quart d’heure. Les Origen arrivent rapidement à prendre quelques tours via de bon walls de Anivia qui empèchent les FW de s’interposer, mais la game continue à traîner en longueur. Ce n’est que lorsque Niels aura 2 items et demi sur sa Jinx et que sOAZ aura fait un Encenseur Ardent sur sa Lulu qu’ils vont décidés de se rassembler pour push. Et c’est là que Origen fait la différence. Les FW sont dans un état d’esprit tel qu’ils n’ont pas envie d’engage malgré une supériorité en midgame, et pourtant ce sont les Origen qui prennent les initiative. Les Flash Wolves ne réagissent jamais comme un bloc, chaque membre apporte sa contribution de manière isolée. Cela permet aux européens de capitaliser sur les objectifs et d’arriver à faire de bons push. C’est grâce à un Baron qu’il vont pouvoir prendre la game, à ce moment là sOAZ a 40% de réduction de délais des sorts et peut donc perma buff Niels. Ce dernier ne peut donc pas se faire catch et arrive à poser d’énormes dégâts sur les tours toplane, ces dernière tombent tellement rapidement que les FW ne peuvent pas sonner la retraite. Ainsi les Origen peuvent prendre quatre kill et passer en quart de finale où ils affronteront le gagnant de ahq e-Sports Club/SK Telecom T1.

 

AHQ e-sports Club contre Invictus Gaming, Jour 8

 

lXtS53o

 

Nous nous étions focalisés sur Cloud 9 et Fnatic la semaine dernière pour ce qui était du groupe B, il est maintenant temps de jeter un œil à la rencontre qui opposa les deux autres équipes dans cette poule très serrée : les Chinois d’Invictus Gaming et les Taïwainais d’AHQ.

Nouvelle surprise de ces worlds, iG n’était parvenu à accrocher qu’une seule victoire dans ce groupe contre AHQ justement grâce à un taunt décisif de Shen sur la Jinx de AN qui avait scellé la partie en toute fin de game. AHQ avait fini la première semaine avec deux victoires et une défaite et se présentait donc en favoris pour cette seconde rencontre tant les Chinois paraissaient amoindris.

Côté redside, rien de bien étonnant puisqu’on doit encore se forcer à bannir les deux champions OP du moment (Mordekaiser et Gangplank) ainsi que le targetban sur Tahm Kench, qui s’est révélé très énervant de par sa capacité à protéger les cibles prioritaires. Jinx, autre priorité de AHQ sera confisquée par iG qui fait un draft très intéressant avec Hecarim jungle mais aussi Janna et Lulu pour amener des stéroïdes à Jinx mais aussi à Hecarim/Olaf.

Gros targetban de Rookie côté AHQ avec trois midlaners retirés (Yasuo, Azir et Viktor). On reprend une nouvelle fois la bonne synergie de straight CC (Elise et Thresh) accompagnée de bons follow up avec l’ultimate de Fizz/Kalista ou le grab de Darius.

Le début de partie semble être à sens unique. Alors que l’on pourrait penser Mountain à son avantage grâce à la puissance d’Elise en early, il n’en est rien puisque KaKAO va très bien lire les intentions de son adversaire. S’en suit deux morts pour Elise qui va permettre à iG de prendre le contrôle des débats avec 1.5k gold et un dragon d’avance à 10 minutes de jeu.

C’est ici que la game devient très intéressante puisque iG, pourtant assez largement en avance et possédant un très bon late game (Janna/Jinx/Lulu) va peu à peu retomber dans ses travers et laisser toute la confiance nécessaire à AHQ qui va renverser le jeu. Tout d’abord, Ziv va solokill le top sur une très belle action alors qu’il avait un niveau de retard, tandis que la botlane Kid et Kitties va multiplier les erreurs assez incroyables. Flash agressif de Janna qui ne donnera rien ou des ultimates de l’adc qui ont pour but de « commencer » les combats alors que la roquette est un finisher.

AHQ va très bien jouer autour de Ziv et multiplier les picks dans la jungle iG qui sera sans réaction face à cela. Les Taïwanais vont très bien contrôler la vision autour du Baron et prendre des kills très important pour leur snowball global.

Le teamfight dans la jungle iG à la 25e minute va doucher les derniers espoirs Chinois. Alors que le combat semblait bien engagé pour eux, Mountain, alors peu en réussite jusqu’ici, va placer deux cocons primordiaux et tuer les deux carry iG à l’aide de Ziv, encore auteur d’une très belle prestation.

Très décevants lors de ces worlds, les iG quitteront la compétition la tête basse et une dernière victoire face aux Cloud 9 (où Kid a été remplacé par Time) malgré tout. Belle partie des AHQ qui se montrent solides et performants alors qu’ils étaient derrière en début de partie. AHQ et Fnatic avancent vers les quarts de finale.

 

Team SoloMid contre Origen, Jour 7

 

NWxEm0K

 

Fin du groupe D ce samedi avec un classement pour le moins surprenant ! Si il n’est pas surprenant de retrouver KT Rolster en quarts de finale, il est presque inconcevable de voir l’équipe LGD déjà éliminée ! L’équipe Origen rejoint les Coréens en quarts au détriment des Nord-américains TSM, et c’est cette partie que nous allons analyser.

Replaçons le contexte : après la première partie du groupe, les OG réalisent un 3-0 tandis que les TSM sont dans le mur avec une victoire pour deux défaites. Une victoire assurerait les quarts aux Européens et placerait TSM en situation précaire.

TSM est blue side pour ce match et se contente de priver Niels de Kalista puis de faire des bans normaux sans éliminer les top picks, chose que va faire OG en sortant Mordekaiser et Gangplank (89% de banrate avant cette game pour les deux) mais aussi Twisted Fate, maître du split push.

Les compositions sont très bien étudiées, plus particulièrement celle de TSM qui se révèle très intéressante avec des CC en ligne droite et à longue distance (cocon d’Elise, cage de Morgana, stun de Syndra) qui assure une très bonne synergie. On trouve aussi une bonne complémentarité également au bot avec la très sous-estimée botlane Morgana/Jinx.

Côté OG, on reste sur du classique avec ce fameux double sort de téléportation ainsi que le Thresh de Mithy pour replacer tout ce beau monde lors des pushs. Il est intéressant de voir que OG se permet même de prendre Kog’Maw et Kennen dès la première rotation pour conserver le last pick au mid (Orianna).

L’early game ne semble pas être un problème pour les TSM qui prennent encore les bonnes décisions en ce début de partie. En l’absence d’un cleanse au mid, Santorin permet le first blood grâce à l’enchaînement de CC décrit plus haut. Orianna, peu inspirée perd rapidement ses deux summoner spells. OG ne va pas se laisser faire et enverra tout de suite Mithy et Amazing supporter le midlaner en le couvrant de par leur présence et leur vision.

À quinze minutes de jeu, c’est pourtant TSM qui se place en tête grâce à un nouveau pick au mid tandis que OG peine à trouver la solution.

Et pourtant, malgré un très bon départ (comme lors de leurs trois précédents matchs), TSM va peu à peu lâcher prise et se laisser dicter le jeu par l’équipe européenne. C’est d’autant plus regrettable que les Nord-américains avaient toutes les cartes en main pour garder leur mainmise sur la partie.

Un mauvais shotcalling de la part de TSM qui ne doit cependant pas occulter l’énorme macro-gestion de Origen qui parviendra à remonter la partie et à gagner en plus de cinquante minutes et « seulement » 15 kills (9 à 6 pour OG) !

Malgré sa longueur, la partie est très intéressante et serrée grâce à deux steals drake (Turtle puis Amazing) et à une bonne gestion des lanes et TP par Origen. Une victoire qui permet à Origen de se qualifier en ouvrant (on l’espère !) la voie pour Fnatic dimanche 11 octobre.

 

SK Telecom T1 contre Edward Gaming Jour 6

 

wFnewSM

 

Le groupe C ne devrait pas montrer trop de surprises d’ici la fin de la journée avec une qualification probable des mastodontes EDG et SKT face aux outsiders que sont H2K et BKT. Néanmoins, la première place reste importante pour les quarts de finale et on a pu voir la faible confiance des équipes chinoises lors de la première partie de ces groupes. Tout n’est donc pas encore joué dans ce groupe, même si on voit mal SKT en être éliminé.

Le premier match de la journée est le plus palpitant sur le papier entre SKT et EDG (trois anciens champions du monde sur la Faille de l’invocateur) et devrait décider de la première place du groupe. On attendait beaucoup de ce match retour tant la première partie avait été one-sided.

Rien de bien étonnant dans cette phase de picks & bans si l’on excepte peut-être le fait que Elise passe entre les mailles du filet pour Bengi. Marin, étincelant depuis le début de la compétition, ose le blind pick Darius contre AmazingJ qui choisira Gnar. Seul joueur des Worlds à le jouer, Faker récupère une nouvelle fois Ryze face aux Edward Gaming.

Marin, le vrai carry de cette team ?

Malgré beaucoup d’attentes, la confrontation aura déçu. Les Chinois vont commettre énormément d’erreurs impardonnables contre une équipe du calibre de SKT. Clearlove, se focalisera une nouvelle fois sur la bottom lane, laissant le contrôle de la toplane à Bengi qui se fera un plaisir de feed le Darius de Marin. AmazingJ n’étant pas exempt de tout reproche sur un towerdive téléphoné, il faut bien reconnaître que cette erreur de tactique chinoise permettra à Marin de snowball puis de carry la game aisément. Une analyse plus poussée serait inutile tant la game était déjà finie avant même les vingt minutes et cet ace fatidique au dragon (5 pour 2). À ce niveau, tant d’erreurs mène à une victoire rapide et inéluctable, ce que les Coréens ne se priveront pas de faire en enfonçant la midlane après un baron et une erreur aussi ridicule qu’incroyable de Meiko.

Cette partie nous amène cependant quelques problématiques : Faut-il remplacer AmazingJ ? Les Chinois sont-ils overrated et parviendront-ils à se relever des nombreuses défaites (et pas seulement pour EDG) ? Est-il inquiétant de voir Meiko si peu habile avec Thresh ou PawN sortir un Rod Of Ages sur Twisted Fate ?

Le titre est-il déjà promis à SKT ?

Évidemment non, la route est encore longue pour SKT jusqu’au Bo5 victorieux à Berlin. Néanmoins, il est sûr que l’équipe coréenne se place en favoris, même si les matchs à élimination directe n’auront rien à voir avec les phases de groupe. EDG et Fnatic sont assez décevants pour le moment, sans parler d’une EDG virtuellement éliminée avec leur 0-3 de la première semaine, la voie est pour le moment libre pour SKT qui voit également se dresser devant elle des outsiders tels que Origen ou Cloud9.

En attendant les quarts, à SKT de pouvoir se permettre de masquer ses picks et de préparer ses compositions calmement pour la Belgique, et à EDG de ne pas trembler face à H2K et BKT pour assurer la deuxième place qualificative.

 

paiN Gaming contre Counter Logic Gaming Jour 5

 

6EhXNPh

 

Dernière game de la journée, et dernier sursaut d’orgueil des deux équipes, paiN Gaming et Counter Logic Gaming. Dans cette game les paiN font des bans peu conventionnels contre CLG, ce qui force ces derniers à enlever Malphite et surtout Mordekaiser et Darius. C’est alors que, contrairement à son habitude, Mylon va pick un Gangplank et que la composition des paiN va un peu s’orienter autour. Ce qu’il faut surtout noter, c’est que les paiN décident de prendre le Draven de brTT, lui qui a longtemps été considéré comme le meilleur au monde sur ce champion, afin de faire plaisir au public. Côté CLG, cela décide de partir sur une pick comp avec presque une équipe de soloQ. Il est possible de retrouver Zionspartan sur Riven pour contrer Gangplank et surtout pour montrer le pick qui l’a fait connaître. Dans le même ordre d’idées, les CLG prennent Vayne sur Doublelift, Bard sur aphromoo, Morgana sur Pobelter et surtout Lee Sin sur Xmithie. Clairement, les deux équipes sont là pour le spectacle.

Au niveau de la game, rien d’étrange ne se passe si ce n’est que les paiN décident de mettre Zionspartan directement au fond afin de l’empêcher de faceroll le Gangplank de Mylon. La stratégie marche plutôt bien et Mylon arrive a avoir le double de farm sur son vis-à-vis tandis qu’au mid, Kami prend un petit avantage de 10 creeps avec Twisted Fate. Cela permet aux paiN d’avoir un immense gold avantage. Celui qui décide de l’early game c’est Dioud sur Thresh, il va ganker toutes les lanes pour vraiment mettre la pick comp de CLG au fond et donner quelques kills à son Draven. Cela va mettre du temps à se mettre en place tant Dioud prend de kills, mais dès le premier kill de brTT, c’est terminé. Il est trop en avance et two shot quasiment n’importe qui. Les CLG sont pris au dépourvu, et à part quelques solokills sur Vayne et du fun avec le Magical Journey de Bard, ils ne font rien. Les deux carrys des paiN prennent alors la game à leur compte et forcent les escarmouches pour toujours prendre plus d’objectifs. Ils montrent les rotations les plus propres de paiN dans ces worlds, et c’est grâce à ce travail de sape sur CLG qu’ils arrivent à gagner la partie. Même si cette game comptait pour du beurre, les équipes ont montré du spectacle et les paiN ont raté d’un poil la qualification. Ils doublent le score des Wildcard aux Worlds, 2 games cette année, contre 2 depuis le début des WildCard.

 

Cloud 9 contre Fnatic Jour 4

 

tRcShOC

 

Ces Worlds n’en finissent pas de nous surprendre, et ce n’est pas la phase de picks et bans de Cloud 9 contre Fnatic qui nous dira le contraire ! Les Cloud 9 partent sur du target ban en enlevant Olaf et Elise des mains de Reingover et enlèvent en plus Lulu, sûrement en prévision d’un pick Darius. De leur côté, les Fnatic sont forcés de ban Gangplank et Mordekaiser et doivent faire le choix entre ban Azir ou ban Veigar. Ils choisissent le second, tant incarnati0n a impressionné lors de la game contre ahq e-Sports Club. Ce qui pendait alors au nez des Fnatic se réalise, Darius est pris par Balls. Et les Cloud 9 ne s’arrêtent pas là. Ils prennent Azir et Tristana pour refaire une composition de siège et fast push. Et c’est là que les Fnatic font l’erreur qui leur coûtera la game. En deuxième rotation ils décident de prendre Yasuo, il est plus joué par Huni que Febiven mais cela reste un flex pick, et ce en sachant que Darius est un mauvais match up et que Cloud 9 n’a pas révélé son midlaner. Autre point noir, Azir est encore pire contre Yasuo. Febiven est alors obligé de prendre une Orianna. Cela donne néanmoins du sens à la composition des Fnatic qui sera très forte en teamfight, mais pour atteindre la backline des Cloud 9, ils devront passer par Darius, pas question de le kite si c’est le teamfight qui est recherché. Les Fnatic passent à côté de leur draft.

La partie débute sur un swap lane et un four man push très rapide de la part de Fnatic qui va résulter en un first blood sur Darius, mais, confiants, ils décident de l’être trop. Reingover sur Gragas va gank deux trois fois au top, mais les Cloud 9 s’y attendent et retournent tout contre les européens, et c’est Darius qui sort gagnant. Grâce à cela, Hai sur Lee Sin va réussir à mettre Huni encore plus au fond et donner à Darius une avance irrattrapable. Les Fnatic sont alors en retard, ils n’arrivent pas à suivre les rotations et perdent tous les objectifs, mais un call de génie de YellOwStaR va les remettre sur le droit chemin. Il voit les Cloud 9 partir faire un early Baron avec une composition de siège, les Fnatic punissent cette décision avec un ace, mais n’arrivent pas à steal le Baron. Cela les remet bien et ils arrivent même à prendre inhibiteur toplane. Mais un deuxième Baron, et une meilleure défense des Cloud 9 redonne l’avantage a ces derniers. La game est alors plus difficile pour Fnatic, mais ils peuvent pourtant, sur un teamfight, gagner. Un seul problème, Darius a beaucoup d’items et Huni n’arrive plus à le tuer, et lors d’un teamfight au mid, les Fnatic n’arrivent pas à tomber Azir et Tristana, ils s’empalent sur Darius qui prend le premier Pentakill des Worlds. Les Fnatic ont voulu jouer le skill, et le skill personnel a fait défaut à Huni. Ce n’est pas suffisant pour sortir de cette phase de groupe, il va falloir reprendre à zéro !

 

Edward Gaming contre SK Telecom T1 Jour 3

 

zdAwA27

 

La grosse game du jour, le match retour après la défaite des SKT au MSI commence par une série de target bans de la part de EDG. Pas de Alistar sur Wolf, pas de Azir sur Faker et surtout pas de Elise sur Bengi. On rappellera que Bengi est considéré comme l’une des deux meilleurs Elise jungle depuis la saison 3. Les SKT se contentent seulement d’enlever les picks forts du moment, soit Gangplank, Lulu et Mordekaiser, 100% de bans pour ce dernier. Darius, Fiora restent donc disponible, et c’est là que les EDG surprennent tout le monde. Ils décident de first pick une Kalista sans avoir la possibilité de sécuriser Annie. Bien entendu Wolf n’est pas un joueur de la petite fille, mais tout de même, cela reste dangereux. Les EDG ont bien parié et arrivent à avoir Annie, et surtout Darius, MaRin semble ne pas aimer le champion. Et c’est là que les deux équipes nous régalent, un Renekton sort côté SKT, un Jarvan IV pour les EDG et surtout un Ryze pour contrer le Ekko mid de PawN. Les EDG partent donc sur une composition très offensive mais qui a besoin de scale sur le late, et ce avec un carry AD qui aura de plus en plus de mal à s’exprimer, il aurait peut être fallu s’orienter sur du hyper carry à la Tristana, Jinx ou Kog’Maw. Côté SKT on retrouve toutes les clefs pour réussir du début à la fin, avec un Renekton ils s’assurent un très bon early et un late game puissant, tandis que le Ryze sera là pour rouler sur tout le monde dès le mid game. Là où ils sont intelligents, c’est avec le pick Sivir qui va leur permettre de disengage sur un engage de PawN et/ou de Meiko sur Annie.

La game commence sur un swap lane de la part des deux équipes qui se transforme en 4-man push au top de la part de SKT tandis que les EDG prennent leur temps pour clean la jungle. Et c’est là que l’intelligence de jeu des coréens frappe, ils ne prennent pas la tour et laisse la vague de sbires s’écraser pendant que Renekton prend toute l’expérience seul. Cela va permettre à la lane de reset de de push en faveur de Renekton. Grâce à cela il va prendre un gros avantage sur Darius et garder son téléport pour un prochain teamfight. La game se ralentit alors et il faut attendre longtemps avant que quoi que ce soit ne se passe. C’est finalement un décal mid de la part de la botlane des EDG qui va ouvrir le score sur Faker, mais ce dernier va call un engage au Dragon après la décision tardive des EDG de s’y attaquer. Faker a le temps de réssuciter et de se téléporter pour follow l’engage de MaRin. Ce dernier va utiliser le dash en furie de son Renekton pour debuff quatre EDG et offrir le teamfight à son équipe. C’est un ace et un teamfight qui donne la game aux SKT. Derrière ils vont profiter de l’avance pour snowball avec beaucoup de visions, de pink wards et prendre les traps qu’il faut. Les EDG montrent des teamfights exemplaires, mais le Renekton de MaRin est trop devant. Ce dernier a tout tanké, a fait beaucoup de dégâts et surtout n’est pas mort. Pour comprendre comment il a réussi à tant impacter la partie, il faut regarder son itemisation. Il est parti sur un Tiamat très tôt suivi d’une Gemme Exaltante. À partir de là on ne sait pas s’il va partir sur Hydre Titanesque Couperet Noir ou Hydre Vorace Visage Spirituel..

Voyant qu’il prend un avantage irrémédiable, il prend la Vorace et ajoute un Gage de Steral pour faire toujours plus de dégâts avant de prendre le Visage Spirituel. MaRin est donc intombable et fait énormément de dégâts. C’est cette décision qui lui permet d’être utile tout le long de la partie, de tanker les dégâts de la bakcline des EDG avant de la tuer. Les SKT s’imposent dans un style qui laisse penser qu’ils sont peut-être les meilleurs prétendants au titre cette année.

 

LGD Gaming contre Origen Jour 2

 

SobOufQ

 

Parlons tout d’abord des picks et bans de cette game. Les LGD décident de target ban Origen en enlevant Varus et Gangplank, ils ont peur des invidualités, Origen fait de même en enlevant deux junglers. Elise sort de la phase de bans, et les LGD ne la prennent pas. C’est la première erreur qu’ils font dans cette phase de picks. Derrière, Origen punit immédiatement en prenant le jungler du moment, pour voir la botlane des LGD prise. À ce moment, il est clair que les LGD veulent jouer autour de Kog’Maw, et quoi de mieux qu’un double AP Lulu/Orianna, surtout dans la meta juggernaut. Les Origen outdraft encore en enlevant cette Orianna et obligent les LGD à prendre du hard engage avec un Malphite, qui se retrouve contre une compo AP. Les LGD ont d’un côté de l’engage, et de l’autre un jugger’maw. C’est une composition difficile à mettre en place, il faut qu’Imp puisse être fed, et avec seulement Braum pour peel, il sera difficile de le protéger contre Origen. Origen eux décident de jouer le hard engage pour empêcher Kog’Maw de placer ses dégâts. C’est sûrement la bonne solution.

La game commence sur un swap lane intelligent des LGD, ils veulent absolument que Kog’Maw ne perde pas sa lane contre Annie/Kalista, et décident de porter l’agression très vite sur sOAZ pour l’empêcher d’être en rampage trop vite. Si sOAZ a un mauvais départ, il est connu qu’il entre dans un mauvais état d’esprit et perd ses moyens. Pour autant, les Origen ne se démontent pas, et jouent très intelligemment. Sur la première offensive des LGD, ils se jouent de Acorn et esquivent tout pour rendre son téléport inutile et en profitent même pour flash in et permettre à xPeke de prendre le first blood sur TBQ, le jungler des LGS jouant Vi. Derrière, les LGD se reconcentrent et sortent un jeu très propre sans beaucoup d’erreurs, et surtout un énorme avantage de vision qui permet à Kog’Maw de se feed. Les quelques erreurs de LGD sont celles de TBQ qui donne kill sur kill aux Origen. Les LGD prennent petit à petit l’avantage mais n’arrivent pas à le creuser jusqu’à un fight au mid. Les LGD arrivent à catch Annie mais Niels utilise l’ultime de Kalista pour la sauver et lui permettre de ré-engage sur les carrys de LGD. C’est un quadra-Tibbers/Stun qui est suivi par une quadra-schockwave de xPeke sur Orianna. La foule est en délire, les LGD ne peuvent rien faire et xPeke prend le quadra kill, un inhibiteur mid tombe alors pour les européens, suivi de l’ace into Baron. Les Origen prennent l’avantage, et push alors sur toutes les lanes. Les LGD se replient et ont peur du get back tant que le Baron est up. Ils attendent patiemment pour surprendre Origen lorsque le buff baron ne sera plus là. Les LGD esquivent tous les skill shot mais la tourelle inhibiteur bot perd beaucoup de vie tandis que les creeps prennent celle du top. Les LGD sont au pied du mur, mais Acorn voit l’opportunité de reprendre la partie en main. Kog’Maw est bien placé, Malphite ulti, mais les deux carrys de Origen flash out instantanément et arrivent à retourner l’engage des LGD contre eux. Vi n’arrive toujours pas à être utile et se suicide encore. Les Fnatic prennent alors les trois inhibiteurs sur un fight propre qui empêche totalement Imp de jouer son Kog’Maw. Les Origen back et se font surprendre en terme de vision. Alors qu’ils prennent le Dragon, les LGD rushent sur le Baron, mais ce que LGD n’avait pas prévu est le base race des Origen. sOAZ est tout seul dans la base des LGD et pendant que son équipe empêche les LGD de back, il xPeke le nexus des LGD de la plus belle des manière, il esquive tout, même lorsque Malphite arrive à revenir dans la base. Les Origen défient toutes les probabilités et s’imposent de la plus belle des manière contre LGD. Ils auront maîtrisé leur composition de bout en bout, et xPeke qui était pointé du doigt comme l’élément faible de Origen a su montrer un niveau de jeu qui fait rêver !

 

Fnatic contre Invictus Gaming Jour 1

 

AfFKyYF

 

Cette première partie part sur une phase de picks et bans que l’on a pas encore l’habitude de voir dans un match compétitif. Pas de Mordekaiser, ni de Darius. Les Fnatic gèrent bien la toplane avec le first pick d’Elise qui est le jungler le plus polyvalent sur ce patch, et qui est surtout l’un des rares junglers à pouvoir arrêter Skarner. Les Fnatic axent leur composition autour de ce pick et prennent des champions capables de suivre très rapidement un cocon, c’est pourquoi le pick Sivir est très important dans les mains de Rekkles. Son ultime sera la clef de la réussite des escarmouches dans la jungle. De l’autre côté, IG tombe dans le piège et se concentre sur la prise de champions très forts et moins sur la synergie entre eux. C’est ainsi qu’on voit sortir le pick Skarner contre une composition conçue pour l’esquiver et, surtout, avec des champions qui ne peuvent pas suivre rapidement l’engage que KaKAO en fera. Les Fnatic sortent gagnants de la phase de picks et bans.

Tout au début de la partie, les deux équipes décident de swap lane pour éviter que Riven et Hecarim ne prennent trop d’avance en 1v1, bon calcul et mauvais calcul, les deux toplaners se retrouvent face-à-face au bot. C’est de là que va venir la différence entre les deux équipes en early game. Hecarim va mettre une pression énorme au bot qui va lui permettre de prendre la tour très rapidement et qui permet à Reignover sur Élise de voler la jungle de son adversaire. Avec ce trou dans les lignes chinoises les Fnatic mettent la pression et prennent l’avantage en vision. C’est sur ce maigre avantage qu’ils vont capitaliser en faisant des Dragons facilement et surtout en prenant des tours en sachant où leurs adversaires se trouvent. Il est clair que les Fnatic prennent l’avantage dès le mid game, et ce n’est pas les deux barons qui vont dire le contraire. Un premier très bien maîtrisé empêche KaKAO de smite au bon timing, l’ultime d’Azir le repousse alors qu’il flash in pour steal, l’obligeant ainsi a Smite tant qu’il le peu. Il laisse l’objectif à 100 points de vie et les Fnatic profitent du buff pour prendre toutes les tours en dehors de la base de leurs adversaires. Le deuxième Baron signera la défaite des IG qui vont se faire engage par Huni par derrière et donc perdre 3 de leurs membres. Les Fnatic prennent un inhibiteur, et les chinois se rendent. Fnatic ouvre le bal avec un game d’objectifs bien réalisée. La vitesse de réaction associée aux picks qui engagent et se retirent facilement a permis à Fnatic d’esquiver tous les mauvais fights et de prendre ceux qu’ils étaient sûrs de gagner.

 

KT Rolster contre KOO Tigers

 

Pour ce dernier quart de finale opposant les KT Rolster aux KOO Tigers, c’est la dernière game, où KOO remonte un 7k golds d’écart à la 17ème minute, qui sera analysée. Pour cette game, les bans sont plutôt étrange car KOO décide de ban Mordekaiser en blue side. Cela laisse penser qu’ils ne veulent pas la jouer, et au vu de la performance de Arrow dessus un phase de poule, le choix est compréhensible. Les autres bans sont plus communs, Azir et Lulu sont bans contre Nagne, ce sont ces deux meilleurs personnages, alors que Kt décide de ban Veigar que KurO a déjà beaucoup joué dans la BO et surtout Tahm Kench, peut être le personnage le plus fort en ce moment. Au  niveau de la composition d’équipe, grâce à leur bans les KOO sécurisent la Elise de Hojin et prennent donc un net avantage sur la draft. Plutôt que de prendre Fiora ssumday pick Darius en première rotation, ce qui laisse le toplaner de KOO sur le personnage qu’il joue depuis le début du bo, l’escrimeuse Fiora. Ce choix est discutable dans la mesure où Smeb a montré un niveau de jeu exemplaire sur le personnage, et ce même en étant dérrière. Les Kt ont dû se dire que comme en game 1 ssumday était devant Fiora avec Darius, il pourrait de nouveau prendre l’avantage. Sauf que cette fois ci Hojin est sur Elise, et cela risque de donner des ganks très forts en top. En terme de composition pure les KOO possèdent une Caitlyn et un Viktor, signe qu’il vont avoir un early plutôt faible, mais grâce au chain contrôle disponible avec Alistar, Viktor et Elise, il vont pouvoir se sortir de la plupart des fight early sans trop de dégâts. Côté Kt, il est décidé de prendre le Shen support en première rotation pour empêcher GorillA de la jouer, sur les deux dernière games, gagnées par KOO, GorillA jouait Shen. Les Kt décident alors de partir sur une composition adcentrique avec le pick de Jinx sur Arrow, avec en renfort en dernière rotation un pick Cassiopeia qui sera là pour stun en zone et faire beaucoup de dégâts. Les deux équipes misent donc sur une composition late avec un jungler qui peux faire la différence en early.
La game commence comme prévu avec une mise en bouche lente mais sûre, les deux équipes envoient leurs junglers au top pour tenter de donner l’avantage à l’un des toplaners, et celui qui sort gagnant de cette histoire est Smeb comme depuis la deuxième game du jour. Ses méchaniques sur Fiora sont excellentes et il prend un avantage certain même si ssumday prend des kills avec son téléport. Malheureusement, sur le reste de la map les Kt font le travail, Piccaboo place des taunt de génie avec Shen et donne la dynamique à son équipe. Les Kt s’envolent et arrivent à avoir 7k golds d’avance à 17 minutes de jeu. Pour autant les KOO ne se démontent pas et continuent à mettre la pression sur Darius. Plus la game avance, plus les KOO arrivent à sanctionner un push ou bien une mauvaise position de ssumday. Dès lors, ils remontent petit à petit et prennent les objectifs neutres. À un moment, le Kt arrivent à tomber KurO et décident donc d’engager un premier Baron, mais le flanking de PraY sur Caitlyn les fait tomber low et temportise suffisement pour que leur midlaner revive, se téléporte et aide son équipe à prendre l’objectif. Dès lors les KOO arrivent à push avec leur poke et prennent un inhibiteur botlane. Les Kt semble perdu, ssumday fait de plus en plus d’erreurs et Smeb les sanctionne toutes. Les Kt n’arrivent plus à maintenir un map contrôle suffisant pour avancer sur la carte et se font grignoter petit à petit. C’est enfin sur un deuxième Baron très bien maîtrisé que les KOO prennent l’avantage. Ils obligent Score à back et ssumday fonce seul dans le tas. Il meurt et les Kt mettent la pression en prenant deux inhibiteurs. Il ne leur reste plus qu’à prendre celui toplane et à terminer. Les Kt se réveille à ce moment là, mais faute de ward dans leur jungle et de stuff ils assistent inéxorablement à la qualification de KOO Tigers en demi-finales. Ces derniers affronteront Fnatic la semaine prochaine. La game se résume donc à deux choses, pas de pick/bab Fiora contre Smeb, et surtout mauvaise vision de jeu qui sera sanctionné par KOO. Les Kt ont été en dessous tout le BO, que ce soit pendant la phase de draft qu’en jeu.

Esport

Plus Esport